Tourisme à Venise : pourquoi la municipalité traîne pour éloigner les paquebots ?


Il y a eu un incident sur le canal central de Giudecca (Venise) qui n’aura fait aucune victime. Tous les médias se sont jetés sur les images impressionnantes sur ce grand navire de croisière. Par contre, on oublie de signaler que la Mairie de la ville traîne pour éloigner l’arrivée de ces paquebots.

Des images impressionnantes mais pas de victimes

On peut observer, l’énorme navire de croisière qui semble avoir soudainement perdu tout contrôle dans la ville lagon italienne. Il longe inexorablement le quai en poussant un petit bateau taxi et en actionnant la sirène.

Selon les autorités, au moins quatre personnes ont été légèrement blessées et amenées à l’hôpital pour des soins.

Quelle est la raison de cette perte de contrôle ?

La cause de l’accident serait une « panne moteur » sur le bateau de croisière, a déclaré Davide Calderan, président de la compagnie de remorqueurs. Un des moteurs du MSC Opera, qui peut accueillir 3 500 personnes, est resté bloqué. Le moteur a accéléré sans raison au lieu de ralentir.

A Venise, les autorités locales rejettent la faute sur le gouvernement

Luigi Brugnaro (photo ci-contre), le maire de Venise, a déclaré qu’il n’était plus concevable que des navires de croisière puissent passer à travers le canal très fréquenté de la Giudecca et a appelé à l’ouverture immédiate d’un nouvel itinéraire.

Un plan visant à détourner les grands navires de croisière du bassin de Saint-Marc et du canal de la Giudecca vers le canal de Vittorio Emanuele a été élaboré par les autorités locales il y a quatre ans.

Paola Mar, responsable du tourisme à Venise, a indiqué : « le gouvernement national n’a pas répondu ». Danilo Toninelli, qui est devenu ministre des Transports il y a un an, a déclaré que le gouvernement était enfin sur le point de trouver une solution.

«Après tant d’années d’inertie, nous sommes enfin près d’une solution définitive pour protéger à la fois le lagon et le tourisme à Venise

Il y a un plan … qui est resté à quai !

En novembre 2017, la précédente administration italienne avait annoncé un plan prévoyant que les navires pesant plus de 96 000 tonnes pénétraient dans la lagune par le canal de Malamocco pour atteindre la zone continentale de Marghera, où un terminal de passagers serait construit.

Pendant ce temps, les navires de taille moyenne traverseraient Marghera et emprunteraient le long chemin empruntant le canal Vittorio Emanuele avant d’atteindre le terminal de Marittima, où les bateaux de croisière accostent actuellement.

Ces travaux nécessitent le dragage des canaux et la construction d’un nouveau port. Cela devrait prendre environ quatre ans. Rien n’a encore été décidé !!

Est-ce que les aspects financiers paralysent une véritable action ?

L’UNESCO a déjà averti Venise que les navires géants mettaient en péril le patrimoine mondial. Les écologistes mettent en garde contre les risques pour l’écosystème particulier de la lagune. De l’autre côté, les propriétaires d’entreprise tremblent à l’idée de voir leurs entreprises en danger. Les croisières rapportent beaucoup d’argent à Venise. L’industrie de la croisière emploie près de 4 300 personnes ainsi que 200 personnes dans des entreprises de Venise. Les navires arrivant à Venise généreraient plus de 400 millions d’euros et représenteraient 3,26 % du PIB de la municipalité.

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme durable : Pourquoi les professionnels du tourisme doivent agir ?

Tourisme durable : Pourquoi les professionnels du tourisme doivent agir ?

1398 vues
25 juin 2019 0

Il n’y a pas un jour où on ne parle pas d’une information sur...

Tension USA – Iran : quelles conséquences pour le tourisme ?

Tension USA – Iran : quelles conséquences pour le tourisme ?

1464 vues
24 juin 2019 0

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à leur comble depuis qu’un drone...

Tourisme en Amérique Latine : comment Globalia fait d’une pierre deux coups

Tourisme en Amérique Latine : comment Globalia fait d’une pierre deux coups

1433 vues
21 juin 2019 0

Le groupe espagnol, qui détient notamment Air Europa et la chaîne hôtelière Be Live,...