Tourcom, un congrès sous surveillance


Des gardes armés jusqu’aux dents, un service de sécurité sur le qui-vive, une armada de caméras de télévision du monde entier, cette 22 ème convention Tourcom à Genève s’est déroulée dans un climat de haute surveillance.

Non pas que les propos de Richard Vainopoulos ne fasse trembler les chancelleries du monde entier mais plus simplement parce que l’hôtel Intercontinental, lieu de la convention, et accueillant la conférence iranienne sur le nucléaire, était placé ce week-end au centre de l’actualité mondiale.

Concernant la convention, l’une des plus réussies selon bon nombre de participants (adhérents et fournisseurs), elle a finalement montré que l’opposition distributeurs-producteurs était bel et bien dépassée (70 % des agences Tourcom ont un site web) et que le marché touristique français recelait encore de merveilleuses et nombreuses opportunités, à condition toutefois de l’aborder de façon ciblée, professionnelle et méthodique.

Richard Vainopoulos, le président de Tourcom, a rappelé qu’internet, loin d’être une menace pour les agences, devait être abordé comme un véritable outil d’information sur les qualités reconnues de conseils des agents de voyages et que finalement les produits touristiques à petits prix, largement vendus par les pure players (à la rentabilité douteuse selon lui) sur le net, déchargeaient ses agences en leur laissant le temps de se concentrer sur des prestations beaucoup plus rentables et génératrices de marge.

 » Nous ne sommes pas en chute. Loin de là. Les français, champions de l’épargne (avec 12 000 milliards d’Euros) ont encore envie de partir en vacances toute l’année. La vague internet promettait de tout submerger et finalement l’économie réelle résiste bien mieux que l’économie virtuelle ».

D’ailleurs, il constate qu’il « n’y a plus de basse ou de haute saison et que les dossiers en agences Tourcom n’ont jamais été autant élevés (avec un panier moyen oscillant entre 3 000 et 4 000 Euros).

 » Quand un client entre dans une agence, il est déjà convaincu à 50 % de la valeur ajoutée des services qu’elle propose « .

Pour le président du 2ème réseau français (630 points de vente avec un volume d’affaires de 2 milliard d’euros),  il faut  » redevenir des commerçants en s’adaptant aux nouveaux comportements des consommateurs« .

Cela doit passer, selon lui, par une politique de choix clairs et définitifs ainsi que par une mise en action plus rapide et plus efficace.

 » La marge reste notre principal critère d’appréciation de la performance  » martèle le président,  » nous développons notamment très fortement le segment du sur-mesure, adossé à une proposition systématique de services additionnels telle la conciergerie, par exemple, en nous appuyant sur notre structure Tourcom Réceptifs (20 millions d’euros de CA margés à 20 %).

Les tour opérateurs ne sont pas oubliés

Devant les 200 participants de la convention, le discours du président de Tourcom a été clair et direct : «  Il faut industrialiser ce qui est industrialisable et proposer du sur-mesure à un coût acceptable« .

La production de masse, n’a selon lui, plus grand chose à attendre car  » les outils informatiques ont permis de créer des concepts pour chaque segment de clientèle« .

Les Tour opérateurs restent des partenaires privilégiés du réseau car  » ils proposent de bons produits packagés sur un large panel de destinations et avec, pour certains (NF), une marque forte, gage de ventes assurées .

L’activité TO génère ainsi, pour l’ensemble du réseau, quelques 200 millions d’euros avec une marge à 14 %.

 » Le forfait reste le produit de base que l’on peut facilement enrichir avec une assurance, une location de voiture ou des services de conciergerie, par exemple, précise Richard Vainopoulos qui souhaite que le yTourcom TO d-or-Abou Fall-stephane Le cozield Management soit utilisé par les tour opérateurs vis-à vis des distributeurs, de la même manière qu’il est utilisé dans l’aérien ou l’hôtellerie.

Les 50 fournisseurs présents à la convention ont, en tout cas, été ravis de la participation active des adhérents lors du speed dating organisé et de la chaude ambiance amicale lors de la traditionnelle soirée de remise des trophés TO d’or (400 agences votantes sur les 630), à l’hôtel Kempinski, qui a vu Empreinte couronné meilleur service commercial, Climats du monde (meilleur service réservation), Donatello (meilleur service après-vente) et Passion des îles by Tourinter, grand vainqueur de la soirée, amené par Abou Fall et Stéphane Le Coz, obtenir le titre envié de Tour opérateur de l’année choisi par les adhérents du réseau.

PR





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment Split est devenue la nouvelle destination préférée des touristes Français en Croatie

Comment Split est devenue la nouvelle destination préférée des touristes Français en Croatie

1262 vues
10 décembre 2019 0

Le workshop organisé à l’ambassade de Croatie à paris le 28 novembre à l’initiative...

Selectour à Jérusalem : un congrès sous une bonne étoile

Selectour à Jérusalem : un congrès sous une bonne étoile

2641 vues
9 décembre 2019 0

Le congrès Selectour qui vient de s’achever hier à Jérusalem a été un franc...

Expedia en plein dans la tourmente

Expedia en plein dans la tourmente

1741 vues
6 décembre 2019 0

Mark Okerstrom, le président opérationnel du groupe Expedia, et Alan Pickerill, le Directeur financier...