Sur les bords du Rhône, un Ditex Grand Cru


On connaît l’adage qui affirme que l’on se bonifie en vieillissant… Une chose est sûre en tout cas, la 12 éme édition du salon de printemps des agences de voyage qui s’est tenue aux portes d’Avignon s’est avérée comme une cuvée de qualité. Et les professionnels ont pu la déguster sans modération.

N’allez pas croire qu’à l’heure de tirer des bilans après un événement, je sois enclin à trouver de grandes qualités à l’organisateur pour répondre simplement à l’accueil qu’il m ‘a réservé. Représentants des médias comme participants, tous savent depuis des lustres que le savoir faire du GO Jean François Alexandre n’a d’égal que la convivialité qui parcourt les travées de ses salons…

Alors, au risque de faire preuve d’ un optimisme délirant, et de m’entendre dire que mon point de vu est par trop léonin, je persiste et signe en affirmant que cette 12éme édition aura marqué l’histoire. Rien de moins.

Tout d’abord parce que le changement de dates -ou plutôt de jours- dans la semaine, a incontestablement porté ses fruits. Le mercredi et le jeudi, tout est permis à l’ évidence. Et cela a recentré la participation en évitant la fuite des cerveaux du tourisme attirés dès le vendredi matin par l’odeur d’un week-end (« en famille », « avec les potes », « une maîtresse » ou « les enfants car c’est mon tour »…).

Ensuite parce que, comme l’a toujours souhaité le Pape Alexandre -oui, je sais, aucun des 9 papes ayant résidé en Avignon ne s’est appelé Alexandre-, son Ditex est revenu à ses fondamentaux. Entendez par là que cette année, du côté du Parc des Expositions de Chateaublanc, on a parlé, échangé, trinqué, bavassé, rêvé et refait le monde du voyage entre vrais décideurs.

« De Boss à Boss », comme se plaît à le répéter Jean François Alexandre, histoire, on l’aura compris, de jouer avec le sigle B2B.

Et de fait, même si je n’ai eu que peu de temps à consacrer cette année au Ditex, ce sont bien de vrais décideurs qui arpentaient le parquet du salon. Des patrons, directeurs généraux et autres directeurs commerciaux du côté des exposants… comme de celui des agences de voyages.

Que tout soit clair entre nous : je n’ai rien contre mes amies -et lectrices- agents de comptoir. Rien « contre » car comme Sacha Guitry, je serai plutôt « tout contre » cette profession très majoritairement féminine… Mais dans mon esprit torturé j’ai toujours pensé que ce rendez-vous qui a accueilli prés de 1 000 professionnels ne devrait pas se résumer à une simple distribution de brochures ! Çà c’est dit !

Et pour avoir pu interroger après leur départ du Vaucluse quelques uns de ces distributeurs et TO qui me font l’amitié de me supporter -au propre comme au figuré-, je pense pouvoir dire que tous les présents ont été satisfaits. Très satisfaits même. Avec, comme corollaire, le sentiment que les absents ont eu tort …

A ce sujet, et pour couper courts à certaines interprétations, je vais replonger dans mes vieux cours de commerce. Certains voyagistes mettent en avant la crise, les difficultés et les nécessaires économies à réaliser pour ne plus investir dans l’avenir. Pour pratiquer la politique de la chaise vide, tailler dans les budgets de promos. Alors que c’est justement dans ces périodes de crise qu’il convient de plus communiquer….

A ce stade, on ne peut que souligner la présence au Ditex des Offices de tourisme d’Égypte et de Tunisie. Deux pays pour le moins en pleine déconfiture au niveau du marché français mais deux pays animés par une foi en l’avenir de leurs secteurs touristiques respectifs. Et les applaudissements nourris recueillis à l’issue de son discours par Abdellatif Hamam, le DG de l’Office National du Tourisme Tunisien, avaient quelque chose de réconfortant. Et de prémonitoire…

Au passage, le vin tunisien servi lors de ce cocktail offert à tous les participants du salon était remarquable. Mais les références œnologiques du début de mon gribouillis ne voulaient, elles, que vous engager à imaginer ce que sera le cru 2017 du Ditex ! Car qu’on se le dise, Jean François Alexandre m’a promis de continuer à vendanger pour vous… pour nous.

Jean BEVERAGGI





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme & coronavirus : les aventuriers perdus de la guerre sanitaire

Tourisme & coronavirus : les aventuriers perdus de la guerre sanitaire

1930 vues
25 mars 2020 6

Du fait de la guerre contre le Covid-19 et de la suspension des voyages...

Exclusif vidéo : Coronavirus, querelle de chiffres par 4 experts du tourisme

Exclusif vidéo : Coronavirus, querelle de chiffres par 4 experts du tourisme

1446 vues
16 mars 2020 0

Nos quatre experts du tourisme reviennent ici, à la Table de La Quotidienne, sur...

5 mesures efficaces pour surmonter la crise touristique du Coronavirus, par JL Dufrenne

5 mesures efficaces pour surmonter la crise touristique du Coronavirus, par JL Dufrenne

3291 vues
13 mars 2020 0

Jean Luc Dufrenne a assisté hier matin, au titre des Entreprises du Voyage et...