Sri Lanka m’était contée par Salaün…


L’ancienne Ceylan, mythique royaume du thé, n’a rien à voir ou presque avec son voisin géant, l’Inde. Le Sri Lanka est bien un monde à part, riche de multiples découvertes, comme l’a démontré Michel Salaün, président du groupe éponyme, en y envoyant fin janvier une vingtaine de journalistes, revenus enchantés.

Avec ses 21 millions d’habitants sur 65 610 km2 (1/9 de la France métropolitaine), le Sri Lanka cultive l’art de la diversité.

Dans ses paysages avec vastes rizières, montagnes fières et belles plages ; dans ses traditions et temples issus du bouddhisme, l’hindouisme, l’islam, le catholicisme ; dans sa faune où les éléphants vivent à l’état sauvage ; dans ses hébergements, du 5* style anglais aux lodges spécialisés dans l’éco tourisme ou les soins ayurvédiques… Balnéaire, culturel, sportif, farniente, chacun y trouve la motivation d’un séjour à la meilleure période qui court de début décembre à fin avril.

Si Colombo, la capitale économique, est virevoltante, c’est l’ambiance zen qui prédomine autour des plus illustres sites du pays : Kandy et son temple de la Dent d’or, au cœur des plantations de thé que l’on apprécie à traverser à bord d’un train local ; le Rocher du Lion à Sigiriya et ses
1200 marches ; les pêcheurs sur perche des plages du sud…

Une sérénité apparente qui tranche avec l’histoire mouvementée du pays, exploité par les Portugais, Hollandais puis Anglais jusqu’à l’indépendance de 1948, avant une longue guerre civile terminée il y a seulement dix ans et entre temps, le tsunami de 2004 avec 35 000 morts et 250 000 sinistrés et à la Pâques 2019, des attentats islamiques ponctués de 269 morts.

D’aucuns ne s’en seraient pas remis, pas les Sri Lankais farouchement tournés vers l’avenir. Paradoxe dans cette Asie du sud : ici, pas de déchets à terre pour des rues propres, un tri sélectif plus exigeant qu’en Europe, des soins entièrement gratuits, une espérance de vie similaire à l’occident…

L’action et la vertu

C’est dans ces cadres et contextes uniques que Michel Salaün fit le point sur l’activité de l’entreprise qui en 2019, aura fait voyager plus de 250 000 personnes vers 250 propositions réparties sur 110 pays de la planète.

Avec 800 collaborateurs, 204 agences en propriété, 3 500 agences revendeurs, Salaün a conforté sa place de 1er TO français sur la Russie, 2ème sur le Vietnam, 2ème groupiste, et au bilan général, 6ème TO national avec un chiffre d’affaires de 240 millions d’€.

Cette venue au Sri Lanka avait une autre motivation, entrée dans les priorités de Michel Salaün, le développement d’un tourisme solidaire et
durable. Le TO a rejoint l’été passé l’association « Reconstruire et Vivre » (R.e.V.), crée au lendemain du tsunami de 2004 pour reconstruire des maisons et des écoles, déjà soutenue par Chandra Wickramasinghe, patron de « Connaissance de Ceylan », le réceptif partenaire de Salaün au Sri Lanka, et de la chaîne hôtelière Thème Resorts & Spas.

Enfin, on est loin là du déplorable « green washing », consistant à revendiquer des actions écolos hypothétiques pour faire oublier un impact négatif sur la planète.

Il y avait un constat : autour du village de Audangawa, en plein cœur du pays, les 2500 étudiants du lycée le plus proche avaient à leur disposition 15 ordinateurs et les 450 collégiens voisins, un seul.

A un moment où l’offre d’emplois est grande pour des postes demandant compétences en informatique et anglais, en particulier dans l’hôtellerie. Toutes les énergies se sont alors mobilisées.

La communauté de moines bouddhistes a offert un terrain disponible auprès d’un temple, les habitants ont apporté leurs coups de main, les autorités facilité les formalités.

Débuté en septembre, l’édification du bâtiment de deux salles, une pour la théorie, l’autre pour la pratique devant 12 ordinateurs flambant neufs avec un formateur rémunéré par l’association, s’est achevée en janvier pour une école d’informatique et d’anglais à la pointe de la technologie.

A tour de rôle, tous les jeunes de la région vont bénéficier de ces équipements et cours gratuitement.

Et plus que jamais, le Sri Lanka pourra démontrer sa qualité d’accueil et mettre en valeur ses multiples charmes.

Au moment de l’inauguration, l’ensemble des médias du pays a accouru relayer l’initiative auprès de Michel Salaün et de l’ambassadeur de France, Eric Lavertu. Tiens vertu ?

Yves Pouchard





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Les solutions de l’OMT pour relancer le tourisme

Les solutions de l’OMT pour relancer le tourisme

1196 vues
2 juin 2020 0

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a présenté un ensemble de lignes directrices pour aider...

Du tourisme « Ready & Safe » déjà bien en place

Du tourisme « Ready & Safe » déjà bien en place

2715 vues
29 mai 2020 2

La Tunisie a mis en place « une politique sanitaire qui la classe parmi les...

Le 15 juin la Grèce ouvre son tourisme à l’international

Le 15 juin la Grèce ouvre son tourisme à l’international

4070 vues
26 mai 2020 0

C’est le Premier Ministre Grec Kyriakos Mitsotakis en personne qui a annoncé à la...