Risque Requin à La Réunion : la Région sort les crocs !


La Région ne tolère plus l’inertie de la Réserve Marine et la non prise en compte des propositions formulées à plusieurs reprises par les collectivités membres du GIP Réserve Naturelle Marine, alors que les pertes humaines se sont de nouveau alourdies avec la dernière attaque mortelle du 21 février dernier. Ainsi pour Didier Robert, le Président de la Région Réunion, « nous devons impérativement changer la réglementation de la Réserve Marine».

« Que nous ne puissions pas avoir de débat ouvert que ce soit avec les services de l’Etat ou la Réserve marine sur les questions de réglementation ou les arrêtes préfectoraux, est une posture détestable à l’encontre des citoyens réunionnais» a t-il déclaré la semaine dernière.

Concrètement, la Région veut tout mettre en oeuvre pour que les Réunionnais puissent se réapproprier sereinement les plages de leur île. 230 000 euros, initialement alloués à la Réserve Marine, seront ainsi, à ce stade, réengagés pour financer les actions suivantes : Vigies requins renforcées, Caprequins, entretien et maintenance des sites de baignade…

« En 2017, la Collectivité reste donc plus que jamais engagée et appelle à la mobilisation de tous les acteurs afin d’offrir aux Réunionnais et aux touristes des sites totalement sécurisés pour la pratique de la baignade et des activités nautiques » poursuit le sénateur Didier Robert.

Face à l’augmentation avérée du nombre d’attaques de requins depuis 2011, la Région souhaite une réévaluation des dispositifs mis en oeuvre sur le territoire et lancer une discussion avec l’ensemble des partenaires institutionnels. En effet, selon elle, plusieurs dispositifs de sécurisation mis en place s’avèrent insuffisants :

Le programme Caprequins qui s’inscrit dans une démarche de gestion durable du « risque requins » est exclu dans le périmètre de la Réserve.

Les filets installés sur la commune de Saint-Paul, combiné au dispositif « VRR », comportent cependant des contraintes techniques en fonction de la houle et demandent des coûts d’exploitation et de maintenance élevés pour les collectivités.

Comme solutions, la Région souhaite autoriser le déploiement du programme Caprequins dans tout le périmètre de la Réserve, pour laisser la possibilité aux pêcheurs de déposer leurs engins de pêche sur des zones réputées fréquentées par les requins bouledogue et tigre ainsi que la mise en oeuvre de l’article 21 élargi aux communes afin de permettre la réoccupation de la colonne d’eau par les chasseurs sous-marins, le changement des modèles de bouées balises qui ont un rôle attractif (effet Dispositif de Concentration des Poissons).





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Pourquoi le tourisme en Thaïlande doit trouver son second souffle ?

Pourquoi le tourisme en Thaïlande doit trouver son second souffle ?

1244 vues
20 janvier 2020 0

Le royaume est fier d’annoncer à nouveau un record du nombre de touristes pour...

Stratégie Tourisme : Pourquoi Bruno Berrebi lance Alma Europa

Stratégie Tourisme : Pourquoi Bruno Berrebi lance Alma Europa

3378 vues
17 janvier 2020 0

En toute discrétion, Bruno Berrebi trace sa route dans le Tourisme professionnel. Le président...

Des fêtes de fin d’année 2019 excellentes pour le Tourisme à Cannes

Des fêtes de fin d’année 2019 excellentes pour le Tourisme à Cannes

1075 vues
17 janvier 2020 0

Christine Welter, la présidente du Syndicat des hôteliers de Cannes et du bassin cannois,...