Rendez-vous Canada : Le tourisme dans tous ses états


RVC 2018, la grande messe du tourisme réceptif canadien qui vient de se terminer à Halifax est un succès. Les précédents records d’affluence ont été dépassés. Ce qui fut impressionnant, pour moi qui découvrais cette manifestation, c’est le grand professionnalisme apporté à tous les détails de l’organisation. Même les plus infimes. Rien n’est jamais laissé au hasard. Et, l’implication des organisateurs est parfaite.

De l’intervention de l’honorable Bardish Chagger, la jeune et brillante ministre du Tourisme, leader parlementaire. Jusqu’au dévouement des jeunes bénévoles qui fléchaient le chemin pour se rendre aux déjeuners extérieurs. Une organisation pensée, efficace et sans faille. Mais, rien de « mécanique » ou de forcé. Comme toujours au Canada, l’implication, la bonhomie sont de rigueur. La disponibilité de tous est totale.

Si le sourire est de mise, il n’est jamais crispé

Les acheteurs étaient au diapason. Pour qu’un spectacle soit bon, il faut des performeurs et des spectateurs. L’un ne va pas sans l’autre.
En fait, la chose qui m’interpella fut la présence massive de professionnels chinois. Qu’ils soient réceptifs ou acheteurs. Comme toujours ils pratiquent une organisation intégrée efficace comme le prouvent les chiffres de leur présence touristique au Canada.

C’était deux mille personnes qui agissaient de concert. Dans le calme d’une organisation bien rodée. Nulle frénésie, aucune bousculade, pas d’impatience. Du bel ouvrage.

La meilleure démonstration de ce savoir-faire et l’impressionnante organisation de la partie
festive de RVC 2018. Que ce soit le somptueux cocktail organisé à Pier 21, le débarcadère pour des milliers d’immigrants arrivant en terre promise aujourd’hui, c’est un musée interactif.

Mais également la sympathique soirée organisée par nos cousins québécois à l’emblématique restaurant Murphy. Avec en point d’orgue, la soirée Cunard, qui se jouait à domicile.

Sympathique manifestation qui permit de battre un record officieux. Celui de préparer et de faire déguster près de 2000 homards en un même lieu.

Dans une ambiance survoltée de musique d’artistes venus des provinces atlantiques. Qu’ils soient celtiques ou acadiens. Un moment rare de convivialité et de partage.

Halifax était bien l’écrin nécessaire pour permettre la réussite de cet événement

Une ville attachante, tournée vers la mer dont l’histoire est pourtant émaillée de drames.

Comme ce terrible accident survenu le 6 décembre 1917 à 9 h 4, lorsque le mont Blanc, un cargo français chargé de 2925 tonnes d’explosifs fut percuté dans le port par l’Imo, un ravitailleur norvégien. Le navire prit feu, ce qui provoqua une meurtrière explosion qui fit 1 900 victimes, 20 000 blessés et 6 000 sans-abris. L’horloge de la mairie s’est bloquée sur cet instant fatidique est le dernier témoin. Un autre record, tragique celui-là, ce fut la plus meurtrière explosion due à l’homme avant la bombe atomique d’Hiroshima.

Mais bien sûr, la ville ne vit pas que dans le souvenir de ce drame. C’est une métropole de plus de 400 000 habitants. Un cocktail subtil de traditions britanniques et celtiques, dans un décor Nouvelle-Angleterre et un modernisme résolument nord-américain. Une ville où il fait bon vivre.

La musique est omniprésente, dans de nombreux restaurants et des bars animés qui se trouvent sur les quais et les pontons du port ou dans le quartier en dessous de la citadelle.

Une gastronomie basée sur les produits de la mer et d’excellents vins locaux qui fait d’Halifax un endroit qu’apprécieront les touristes français.
C’est une porte d’entrée idéale pour une visite approfondie de Nova Scotia et du Nouveau-Brunswick.

D’autant plus que la grande compagnie WestJet mettra en place, à compter du 31 mai prochain, une rotation aérienne quotidienne Paris/Halifax/Paris avec des correspondances vers plus de 35 destinations canadiennes.

Avec cette cohérence et ce souci constant d’efficacité. Pour parfaire cette ambition d’ouverture, Destination Canada a signé durant RVC un accord de partenariat avec l’administration de l’aéroport d’Halifax (AAIH.) Pour promouvoir et stimuler le tourisme réceptif des provinces atlantiques et le faire découvrir au marché français. Un vaste programme que nous détaillerons volontiers par la suite.

L’ambition affichée étant de pérenniser les liens entre la France et la belle et riche culture acadienne. Qu’elle soit de la Néo-Écossaise ou du Nouveau-Brunswick. Une vision différente et novatrice pour les touristes hexagonaux.

François Teyssier





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Madère choisie pour la grande finale des World Travel Awards 2024

Madère choisie pour la grande finale des World Travel Awards 2024

0 View
19 avril 2024 0

Les World Travel Awards viennent de dévoiler que leur grande finale 2024 aura lieu...

L’Autriche, l’Allemagne et l’Inde déconseille les voyages en Iran et en Israël

L’Autriche, l’Allemagne et l’Inde déconseille les voyages en Iran et en Israël

2741 vues
15 avril 2024 0

Dans un consortium de gouvernements de plus en plus nombreux, l’Inde a fortement déconseillé...

La Sagrada Familia enfin en voie d’achèvement ?

La Sagrada Familia enfin en voie d’achèvement ?

2703 vues
12 avril 2024 0

Elle est en permanente construction depuis tellement d’années que la coexistence avec les grues...