Les professionnels azuréens veulent la suspension du Décret Plage


La Côte d’Azur est la plus impactée par le Décret plage qui se traduit par la disparition d’emplois et aussi d’attractivité, les plages privées en secteur urbain contribuant largement par leur offre en restauration ou leur animation à la vie touristique des communes.

Lors de la 2ème Convention Nationale des Plagistes de l’UMIH le 10 mai dernier à Antibes, les professionnels ont interpellé le futur gouvernement sur les conséquences économiques de la réglementation sur l’emploi et l’activité. Un nouvel appel à la mobilisation contre le décret après une première l’an dernier lors de la première Convention à Cannes en mai également.

Pour les plagistes venus de toute la France le temps presse, 4.000 emplois sont menacés en France et au moins 1.500 sur la Côte d’Azur.

Les plages privées génèrent environ un milliard de chiffre d’affaires par an et 8 000 à 10 000 emplois salariés. La restauration représente 58 % du chiffre d’affaires global de ces plages. Le bar représente 28 % et la location de matelas environ 24 %.

Le décret de 2006 relatif aux concessions de plage, confirme les difficultés de sa mise en œuvre, son coût financier pour les plagistes et les conséquences sur l’emploi. Il réduit la durée d’exploitation des plages privées par concession à 12 ans, réduisent les surfaces exploitables sur le linéaire du littoral à 20 % (30 % auparavant).

Par exemple le texte entraînerait, la suppression de 400 emplois sur la ville de Cannes, la disparition de 400 emplois à Cannes et autant à Antibes. A Antibes notamment, sur les cinquante-cinq plages privées, les trois quarts vont disparaître.

La Côte d’Azur représente à elle seule un tiers de l’offre nationale des activités de plage privées et 2.000 emplois sont menacés de même que l’attractivité de la destination par rapport aux voisins Italiens et espagnols.

Les plages privées en secteur urbain sont souvent complémentaires à l’offre de nombreux hôtels et restaurants.

Dans le seul département des Alpes-Maritimes, on dénombre 185 plages privées qui réalisent 144 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploient plus de 2 200 personnes.

L’application du texte impacterait la suppression de 1 500 emplois entre Saint-Tropez et Menton ».

Sont dénoncées la durée des concessions, la surface et la période d’ouverture.

Michel Chevillon, président UMIH Cannes Hôteliers, a évoqué ce problème avec Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie. « Les plagistes lors du Festival international du film de Cannes engageront des actions auprès des autorités nationales. A Cannes 4 établissements devraient disparaître dont une partie de celle face à l’hôtel Martinez. »

A Nice ou 80 % des plages sont libres la situation a été gérée en supprimant une quinzaine de mètres par établissement soit au total la suppression d’un millier de matelas au total.





    2 commentaires pour “Les professionnels azuréens veulent la suspension du Décret Plage

    1. @Resseguier alexia
      Manifestement vous ne connaissez rien à la Côte d’Azur :
      1) La Côte d’Azur c’est aussi le Var où les plages de sable fin n’ont rien à envier à celles du Roussillon ou de l’Atlantique
      2) Les plages de Cannes et d’Antibes sont pour la plupart couvertes de sable
      3) Il n’y a pas que des plages privées, il y aussi fort heureusement et en majorité des espaces publics
      4) Toutes les plages privées ne pratiquent pas des tarifs prohibitifs
      5) Il existe à Antibes des plages gérées en régie municipale où l’on peut bénéficier d’un matelas et d’un parasol pour 10 euros la journée.

      Sur le fond de l’article maintenant, ce décret est une manoeuvre politicienne qui n’a d’autre objectif que de nuire à une région dont l’électorat est fidèle à la droite.
      Les Provençaux et Azuréens sont en colère contre un Etat qui bafoue les règles d’égalité de traitement entre les régions.
      Déménagement de la base de la Sécurité Civile de Marignane à Nîmes, fermeture du poste de douane aux aéroports de Castellet et de La Môle, Décret plage… Maintenant ça suffit !!!

    2. Bonjour,
      Étant de Toulouse, je connais bien les plages immenses, de sable fin et soumis aux matées de l’océan Atlantique et je connais bien les plages toujours de sable de Méditerranée côté Roussillon. Sur ces sites, les plages privées ne m’inspiraient guère: trop bourgeois,m’as tu vu et compagnie et faisaient en plus obstruction à la loi littoral. Entre sa serviette posée gratuitement sur le sable fin et un matelas a 30€ la journée…,parqué dans un enclos « privé ».,..
      par contre, sur la côte d’Azur, la différence majeure est la fréquentation et la configuration des plages. Il n’y a pas beaucoup de Russes et autres milliardaires à Argeles sur mer, paradis des
      campeurs, dont le pouvoir d’achat et la recherche du luxe justifient le confort et le personnel à leurs soins… sinon ils iront à Porto Cervo …
      il faut surtout souligner l’absence du sable sur ces plages. Elles sont majoritairement faites de galets ! Et ces plages ne sont pas derrière les dunes, elles sont dans la ville. Seul un trottoir les separe de la rue !!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

MMV tourisme craint le double effet du Coronavirus

MMV tourisme craint le double effet du Coronavirus

1306 vues
27 mars 2020 5

La crise économique qui s’annonce difficile après la crise sanitaire risque de mettre à...

Les professionnels du tourisme à Antibes-Juan les Pins ont les deux genoux à terre

Les professionnels du tourisme à Antibes-Juan les Pins ont les deux genoux à terre

5062 vues
25 mars 2020 0

C’est l’expression imagée d’Henry Mathey, président de l’Umih 06 Antibes-Juan-les-Pins. Il en appelle à...

A Monaco, le Méridien Beach Plaza et l’Hermitage ferment leurs portes

A Monaco, le Méridien Beach Plaza et l’Hermitage ferment leurs portes

1020 vues
24 mars 2020 0

Progressivement Monaco s’endort au rythme de la fermeture de ses palaces étoilés. Le 14...