Pourquoi les problèmes financiers de Thomas Cook ne sont pas encore réglés ?


Tout le monde était persuadé que le groupe Thomas Cook (TC) allait pouvoir être sauvé par le groupe chinois Fosun, son principal actionnaire. Aujourd’hui, il semblerait que cela ne soit pas aussi simple que prévu.

Fosun verrait des obstacles au sauvetage de Thomas Cook

Le plan de sauvetage annoncé avec Fosun à la mi-juillet prévoyait que Fosun acquière une participation majoritaire dans la division « tour-operating » de Thomas Cook et une participation minoritaire dans l’aérien. Il se pourrait que le groupe Fosun ne participe pas à la recapitalisation de Thomas Cook dans lequel il détient 18 %.

Dans le journal japonais « Nikkei Asian Review », le PDG de « Fosun Tourism », Qian Jiannong (photo ci-contre), a déclaré « l’acquisition d’une participation majoritaire dans Thomas Cook reste une opération très compliquée car soumis à de multiples paramètres complexes ».

Cette prise de position du groupe chinois peut être diversement interprétée dans un contexte d’intenses négociations. Le risque reste la dilution de leur participation financière.

L’arrivée d’un investisseur turc reste surprenante

La société Anex, basée en Turquie, a acquis près de 8 % du capital de TC. Cette société exerce ses activités principalement en Russie, en Ukraine, au Kazakhstan et en Allemagne, tandis que sa filiale Onex Travel est présente en République tchèque, en Slovaquie et en Pologne. La société posséderait également 26 Boeing sous la marque Azur Air. Anex ferait voyager environ trois millions de clients par an.

Neset Kockar, patron de la société Anex, souhaiterait jouer un rôle dans le groupe britannique. Il aurait déclaré : « Mon objectif n’est pas de réaliser des profits en échangeant des actions de Thomas Cook. Tout le monde voit TC comme une machine en panne, mais je crois que si les mesures appropriées sont prises, c’est une excellente machine qui fonctionnera à nouveau très efficacement ».

Thomas Cook entre recapitalisation et besoin de fonds pour l’hiver

Le groupe Thomas Cook a indiqué que l’ensemble de l’opération de recapitalisation allait permettre à ses créanciers de récupérer leurs prêts sous forme d’actions, le groupe étant lourdement endetté tant auprès des banques (650 millions de livres) que sur le marché obligataire (1,15 milliard de livres). Il faudrait pour cela un versement de 805 millions d’euros de liquidités pour lui permettre de continuer à fonctionner.

Dans le même temps, le groupe aurait besoin d’un capital supplémentaire d’environ 160 millions d’euros qui soulagerait la trésorerie pour la saison hivernale 2019/2020.

Le cours de l’action a fondu comme neige au soleil

Le cours de son action a fondu depuis 18 mois et son titre a été éjecté de l’indice FTSE-250 des valeurs moyennes de la Bourse de Londres à la fin 2018.
Le titre s’échangeait à hauteur de 7,93 pence le 21 Août dernier. Il s’échangeait à 82,15 pence, il y a tout juste un an.
L’arrivée du groupe turc avait fait frémir l’action avant de redescendre rapidement.

Les spéculations sur l’avenir du groupe vont, très certainement, circuler dans les prochains mois. La bataille entre créanciers et actionnaires va encore faire couler beaucoup d’encre !

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Annulation IFTM Top Resa 2020 : les vraies raisons

Annulation IFTM Top Resa 2020 : les vraies raisons


18 septembre 2020 0

La crise sanitaire actuelle et ses conséquences s’inscrivent hélas dans la durée : interdiction...

L’ APST sauve les meubles

L’ APST sauve les meubles


4 septembre 2020 1

L’association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APST) a tenu à « remettre les pendules à...

L’ APST veut favoriser l’emploi dans le tourisme

L’ APST veut favoriser l’emploi dans le tourisme


26 août 2020 0

Pour bien préparer la reprise, l’ APST et la plateforme d’emploi spécialisée tourisme «...