Pourquoi les géants de l’automobile investissent dans les VTC ?


Les déplacements en VTC (voiture de transport avec chauffeur) font également partie de la panoplie des agences de voyages, notamment pour celles qui sont dans le business travel. En y regardant de près, on s’aperçoit que tous les grands constructeurs sont présents dans les VTC. Mais pourquoi donc finalement ?

La plupart des grands constructeurs s’impliquent dans les VTC

Ces grands constructeurs comme Renault, Daimler, Toyota, Volkswagen… ne veulent pas être absents d’un marché qui continue de progresser. Ils imposeront peut-être un jour leurs véhicules aux chauffeurs de VTC. Dans tous les cas, c’est d’abord un pari sur l’avenir, car certains veulent croire à la voiture autonome. S’ils ont été lents sur la voiture électrique, les constructeurs d’automobiles sont tous attentifs à cette évolution.

Daimler a de vraies ambitions

Daimler, le constructeur auto allemand, a racheté « Chauffeur Privé ». Le groupe qui possède Mercedes a pris plus de 50 % du capital de la plateforme VTC. L’objectif étant pour Daimler de devenir propriétaire à 100 % d’ici à 2019. Le groupe Daimler veut être un des leaders de la mobilité urbaine.

Objectif clair : déloger Uber de sa place de leader

Pour l’instant, « Chauffeur Privé » est avec ses 1,5 million de clients et 18.000 chauffeurs, le numéro 2 en France. En s’alliant avec Daimler Mobility Services, la branche services de mobilité du groupe de Stuttgart, Chauffeur Privé rejoint « Car2Go », un service d’autopartage. Le constructeur allemand possède également une des plus importantes applications de commande de taxi en Europe « mytaxi ».

Mais d’autres constructeurs sont à l’affut

Volkswagen avait fait découvrir en 2016 sa marque « Moia ». Mais le constructeur allemand n’a pas hésité à financer la start-up israélienne « Gett »qui elle-même à racheter l’américain Juno. On évoque maintenant, une co-entreprise avec le géant chinois du VTC : Didi Chuxing. Il faut se souvenir que l’entreprise chinoise avait réussi à déloger Uber.

Renault et Peugeot sont présents également

Peugeot est également de la partie avec « Free2Move ». RCI Bank and services, filiale de Renault-Nissan, a mis la main sur la société parisienne Yuso en 2017.

L’une des marques de Yuso est le service de VTC : « Marcel », créé en 2014. Celui-ci opérait jusque-là sur un segment plutôt haut de gamme.

Mais aujourd’hui Toyota a mis le paquet

Toyota a investi environ 1 milliard d’euros dans la société de VTC : Grab. Il s’agit du leader en Asie du Sud-Est (Singapour, Malaisie, Thaïlande, Vietnam…).

Des investisseurs de renommées sont également présents comme Didi et la banque japonaise, Softbank. On y trouve également Uber qui a revendu ses activités de la région en échange d’un part des actions.

Les constructeurs misent sur la voiture connectée

Dans le cadre de l’accord entre Toyota et Grab, il est annoncé que les deux sociétés renforceront et élargiront leurs partenariats existants dans les voitures connectées, les programmes de financement et la maintenance prédictive.
Mais, Toyota comme ses concurrents ne veulent pas être absent du covoiturage et du développement de systèmes autonomes. C’est la prochaine grande révolution de l’automobile.

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

1603 vues
3 juillet 2020 2

Tout le monde est bien d’accord sur la nécessité de sauvegarder notre planète ce...

Vacances d’été : les prix devraient baisser… ou pas

Vacances d’été : les prix devraient baisser… ou pas

1718 vues
2 juillet 2020 0

Depuis le début du confinement, le volume des ventes de billets d’avion a énormément...

Ouverture des frontières : des conseillers en voyage au bord de la crise de nerf 

Ouverture des frontières : des conseillers en voyage au bord de la crise de nerf 

7821 vues
1 juillet 2020 0

Dans les agences de voyage, il suffit d’interroger, non pas les patrons, mais les...