Pourquoi le patron d’ Expedia Voyages revoit toute son organisation ?


Au début du mois de décembre dernier, le conseil d’administration de Expedia Voyages a pris la décision de demander au PDG Mark Okerstrom et au Directeur financier Alan Pickerill de démissionner. Officiellement, ils n’étaient pas d’accord sur la stratégie et sur les performances de l’entreprise. Officieusement, Expedia doit améliorer son cours de bourse pour (peut-être) mieux se vendre.

Barry Diller, un homme de médias qui contrôle Expedia

Il a 78 ans et est actif dans les médias depuis longtemps. Il est président du conseil d’administration d’Expedia via InterActiveGroup (IAC). Ce groupe possède plus d’une centaine de médias comme Vimeo, Dictionary.com, Investopedia, Tinder, Match ou OkCupid.

S’il possède moins de 10 % des actions d’Expedia, il contrôle 48 % des droits de vote de la société. Il pourrait augmenter son droit de vote à 49,3 %, s’il choisissait d’acheter plus d’actions.

Barry Diller reprend les rênes pour sortir par la grande porte

La vente d’Expedia est une option largement partagée. Les propriétaires de sociétés de capital-investissement ou les géants de la technologie comme Amazon ou IBM pourraient être intéressés. Pourtant, la capitalisation boursière d’Expedia est de 16,3 milliards de dollars, et en supposant qu’un acheteur paie une prime, le coût pourrait être d’environ 20 milliards de dollars.

Pour information, la valorisation de Booking Holding est supérieure à 100 milliards de dollars. En ne choisissant pas de remplacer le CEO, Barry Diller veut faire grimper le cours de l’action en prenant des mesures radicales pour se rapprocher de son concurrent Booking.

Expedia Group possède de très nombreuses marques (Trop ?)

Expedia Group est le deuxième acteur mondial du voyage en ligne, derrière Booking Holdings, et a enregistré plus de 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2019.

Expedia est présent dans l’aérien, l’hôtellerie, la location de vacances, la croisière, le voyage d’affaires, la location de voitures. Le groupe possède notamment : Hotel.com, VRBO, Egencia, Trivago, HomeAway, Orbitz, Travelocity, Hotwire, Wotif, Ebookers, Cheaptickets, CarRentals, Traveldoo, Classic Vacations, SilverRail, ExpediaCruiseShipCenters, Expedia Local Expert … Au-delà de ces marques, Expedia apporte ses solutions technologiques à de nombreuses entreprises du tourisme. Une des options de Barry Diller pourrait être de rationaliser en tuant ou cédant certaines marques.

Expedia prévoit de licencier au moins 2 800 personnes

Après moins de trois mois de travail au quotidien, le président Barry Diller et le vice-président Peter Kern ont fait leurs premiers pas en vue de remodeler l’entreprise avec l’intention de licencier 12 % de ses effectifs. Ils ont confirmé que certains projets, activités … vont être rationalisés. Expedia Group emploie 25 400 employés, y compris les employés à temps partiel, à la fin de 2019. Ces licenciements pourraient concerner au moins 2 800 personnes.

Réduire les coûts d’exploitation pour séduire les actionnaires

Barry Diller a déjà décidé de réduire les coûts d’exploitation de 500 millions de dollars en 2020.

L’objectif est clair, il s’agit de faire remonter le cours de bourse. L’action valait 126,16$ le 25 Février 2019, plongeait à 94,31$ le 21 Novembre et remontait à 121,10$ le 14 Février. La confiance des investisseurs revient. Cependant, les prochains jours seront difficiles à cause de la crise du Covid-19.

Nous ne sommes qu’au début de la transformation du groupe américain. Il semble évident que Barry Diller tentera de céder sa participation au prix fort. Plusieurs sociétés ont évoquées pour racheter Expedia dont Amazon. Pour le moment, les sociétés de capital-investissements sont sur les rangs.

Serge Fabre





    1 commentaire pour “Pourquoi le patron d’ Expedia Voyages revoit toute son organisation ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme & coronavirus : la Birmanie dans le déni ?

Tourisme & coronavirus : la Birmanie dans le déni ?

1552 vues
8 avril 2020 1

Il y a quelques jours, nous avions évoqué la situation de l’Indonésie face au...

Un confinement touristique à la sauce hollandaise

Un confinement touristique à la sauce hollandaise

1783 vues
7 avril 2020 2

La Hollande est un pays de 17,8 millions d’habitants, aussi travailleur que pragmatique. L’improvisation...

Vacances de Pâques 2020 : la fête gâchée du tourisme

Vacances de Pâques 2020 : la fête gâchée du tourisme

1771 vues
6 avril 2020 0

La fermeture de l’ensemble des établissements et lieux touristiques génère une perte de 4...