MSC garde la frite


On pourrait définir Patrick Pourbaix, le Directeur Général France du croisiériste MSC, comme un funambule tant, souvent sur le fil, il recherche le parfait point d’équilibre entre convivialité et professionnalisme, performances et relations humaines ou business et empathie. Il peut parfois dénoter dans le monde fermé de la croisière mais sa longue expérience des bateaux de Croisières font de lui un homme précieux chez Msc. Normal, comme Obélix, il est tombé dedans quand il était petit.

Une vocation de chanteur qui tombe à l’eau

Ses amis proches peuvent en témoigner, Patrick Pourbaix aurait pu faire une belle carrière de chanteur. Las, le destin en aura décidé autrement et c’est dans le monde de la Croisière qu’il fera ses premières gammes jouant aujourd’hui, à la tête de Msc France, les tous premiers rôles.

La Belgique comme socle solide

La famille est une notion très importante pour Patrick Pourbaix. Ce belge, polyglotte et curieux de tout, est le digne fils de Jacques Pourbaix, un pionnier de la croisière en Belgique qui a fait partie de ceux qui ont fait entrer la croisière dans l’ère moderne et compris avant les autres tout le potentiel touristique de ces navires géants.

Son fils Patrick entre en 2003 chez Costa Croisières pour représenter la compagnie sur le marché Benelux (Belgique, Pays Bas, Luxembourg) puis rejoint en 2008 Georges Azouze, le patron pour la France. « De merveilleux moments  » se souvient- il aujourd’hui.

En 2012, l’épisode Concordia, véritable tsunami en interne chez Costa, sera l’un des déclencheurs de son passage, en Mars 2016, chez le concurrent MSC Croisières où il retrouve une ambiance familiale et professionnelle avec des valeurs profondes véhiculées par la famille Aponte, les armateurs italiens.

Des projets très ambitieux et du temps pour les réaliser

« En 2017, MSC va grandir dans beaucoup de régions du monde et notamment aux Antilles  » explique Patrick Pourbaix.

Msc est actuellement le 4ème plus grand croisiériste au monde (derrière le groupe Carnival propriétaire de Costa, Royal Carribean et Norwegian Cruise Line, ndlr).

Le 4ème mondial et paradoxalement le plus souple car avec une stratégie de développement non assujetti aux desideratas boursiers (« souvent basés sur des quarters, résultats par trimestre »), il peut avoir une vision et des moyens à long terme.

11 navires sont ainsi en construction de 2017 à 2026, avec à peu près un chaque année (sauf 2 en 2017 : juin et décembre). Ces 11 bateaux vont venir compléter les 12 de la flotte actuelle de MSC Croisières.

L’ensemble de la flotte mondiale représente grosso modo 200 bateaux avec une omni-présence des Etats-Unis, Msc entend bien se démarquer et faire valoir son adn européen en proposant un style incomparable.

« MSC, née en 2002, est aujourd’hui arrivée à maturité. Tous les profils se sont affinés, l’outil est bien rodé et apprécié. Nous nous concentrons sur ce que nous considérons, avec la sécurité et l’originalité des itinéraires, comme l’essentiel : l’excellence du service« .

On peut le croire sur parole : il connait bien la musique !

PR

 





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

« Ici nous ne voulons plus de croisières à touristes »

« Ici nous ne voulons plus de croisières à touristes »


29 mai 2020 0

Le gouvernement des Seychelles veut prévenir les risques d’une nouvelle épidémie de Covid-19 dans...

Travel Europe 2021 : pas de frais d’annulation

Travel Europe 2021 : pas de frais d’annulation


28 mai 2020 0

Travel Europe met le cap sur 2021 et se réjouit à ce titre de...

Comment les croisières MSC font du bien à Marseille

Comment les croisières MSC font du bien à Marseille


22 mai 2020 0

Le Club de la Croisière Marseille Provence a coordonné la récupération de produits alimentaires...