MatterHorn : l’opération gigantesque pour les clients perdus de Thomas Cook


Après la chute du voyagiste Thomas Cook, le gouvernement britannique a lancé la plus importante opération de rapatriement en période de paix. Nom de code : Opération Matterhorn. Et ironie pré-Brexit: c’est une directive européenne qui devrait permettre aux vacanciers anglais de retrouver leur argent …

Des centaines d’avions vont ainsi être affrétés par les autorités britanniques pour récupérer quelques 600 000 touristes éparpillés de part le monde. Des compagnies aériennes privées vont ainsi être mis à contribution.

Pour les voyages organisés, les forfaits (soit un billet d’avion et un hébergement), c’est une directive européenne va venir en aide aux voyageurs.

Pour la France, c’est l’APST qui va mettre tout cela en musique. Pour l’instant la balle est du côté des assureurs, en attendant la mise en faillite officielle du voyagiste.

Le monde du voyage sous le choc

En 2018, on notait une croissance de plus de 6 % de voyageurs dans le monde et surtout à destination de l’Europe méridionale, la destination phare de Thomas Cook.  L’avenir s’annonçait radieux.

En 2019 la hausse du prix du kérosène, les incertitudes liées au terrorisme, ou encore la perceptive d’un brexit ont considérablement ralenti la croissance du tourisme européen.

Pour les concurrents de Thomas Cook Voyages, pourtant il semble que les voyants sont au vert : TUI par exemple a tout misé sur les croisières et se porte (sauf la France !) très bien. En France, Club Med ou Voyageurs du monde se sont recentrés sur le haut de gamme et ne paraissent pas connaitre de difficultés majeures.

Thomas Cook paie des années d’erreurs stratégiques : une fusion très coûteuse en 2007 (avec MyTravel pour devenir l’un des plus importants voyagistes européens, opérant en Allemagne, dans les pays scandinaves, en Russie et encore ailleurs) qui a accru son endettement à 1,9 milliards d’euros, une dette colossale … mais c’est surtout sa stratégie de modèle intégré qui est mise en cause, avec la gestion de deux compagnies aériennes, une flotte de 100 avions, 200 hôtels à travers le monde, et le concept de voyage clé en mai, un modèle jugé par les observateurs « complètement dépassé » à l’heure du voyage sur internet, de Airbnb ou des compagnies low-costs. Soit une entreprise à forte intensité d’actifs dans une économie numérique à faible intensité d’actifs.

« Cette concurrence, elle affaiblit les forts et peut tuer les faibles. Thomas Cook malgré ses 170 ans était finalement un colosse aux pieds d’argile« .

Le gouvernement britannique n’aura fait aucun effort

Thomas Cook ne représentait pas un intérêt stratégique fort pour le gouvernement de Sa majesté.

«C’est beaucoup d’argent pour les contribuables et cela constitue un aléa moral, a expliqué le premier ministre Boris Johnson aux journalistes qui l’accompagnaient dans l’avion vers New York.
éD’une façon ou d’une autre, l’Etat doit arrêter d’intervenir pour sauver des voyagistes en faillite. On finit par se demander si les dirigeants de ces sociétés reçoivent les bonnes incitations pour régler ce genre de problèmes

Ironiquement, c’est une directive européenne, ATO, qui va protéger les vacanciers britanniques. Ce que ne manquent pas de souligner les réseaux sociaux, partagés entre tristesse et colère

En France 9 842 clients concernés

Dans le cas d’une déclaration de cessation des paiements de Thomas Cook France, dans son action, l’APST (Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme) doit sécuriser le retour des vacanciers qui sont actuellement à l’étranger. Pour le marché français, 9 842 personnes sont actuellement en vacances à l’étranger. Le retour des clients directs des agences Thomas Cook France sera sécurisé par l’APST.

Pour mémoire l’APST dispose à ce jour de réserves globales d’environ 40 M€ et estime dans un premier temps le coût éventuel de retour de ces clients directs à environ 5 M€.

Le retour des clients qui ont réservé dans une autre agence de voyages sera pris en charge par cette dernière.
Les programmes globaux de retour s’effectueront en collaboration étroite entre les instances professionnelles, les opérateurs de voyages et les pouvoirs publics.
Pour cela, nous nous mobilisons pour trouver des solutions au cas par cas afin que les clients reviennent normalement.

Thomas Cook France/Jet tours informe les vacanciers

Compte tenu des fortes perturbations attendues à destination, Thomas Cook France/Jet tours préconise de NE PAS partir. « Nous regrettons d’avoir à préconiser cela, mais il nous parait plus raisonnable de procéder ainsi, afin d’éviter davantage de difficultés« .

Concernant les demandes de remboursements : Pour les clients directs de Thomas Cook France : ceux-ci ne pourront intervenir que si et lorsque Thomas Cook France se placera en cessation de paiements, ce qui n’est pas encore le cas.

Pour les clients des agences de voyages partenaires : Thomas Cook France/Jet tours invite ces dernières à prendre les mesures idoines de reprotection de leurs clients.

Pour les clients actuellement en vacances à destination, Thomas Cook France/Jet tours met en place le numéro d’urgence suivant 01 41 05 40 81 pour les clients rencontrant des difficultés dans la poursuite de leur séjour ou pour leur retour en France.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme & coronavirus : Pourra t-on skier à Noël ?

Tourisme & coronavirus : Pourra t-on skier à Noël ?

2120 vues
25 novembre 2020 2

La saison d’hiver 2020-2021 s’annonce bien différente des précédentes. La région Auvergne Rhône Alpes...

Tourisme & Covid : Hong Kong coincée dans sa bulle

Tourisme & Covid : Hong Kong coincée dans sa bulle

1558 vues
24 novembre 2020 0

Le tourisme est complètement à l’arrêt dans la cité Etat de Hong Kong. Un...

Pourquoi les croisières Carnival lâchent l’affaire en 2021

Pourquoi les croisières Carnival lâchent l’affaire en 2021

1768 vues
23 novembre 2020 0

Carnival Cruise Line a annulé ses croisières pour la première partie de 2021. La...