L’été de tous les dangers ?


Décidément l’été 2016 ne s’annonce pas très bien, tout au moins pour le transport aérien européen. Presque tous les pays sont touchés et les perturbations concernent non seulement les transporteurs, mais également les aéroports et presque inévitablement le contrôle aérien. Faisons un petit tour d’Europe.


La Grande Bretagne.

baroux-1Le Brexit voté par les britanniques à une confortable majorité aura des conséquences certaines sur les opérations des transporteurs britanniques qui ne pourront plus bénéficier des facilités de l’ »Open Sky » européen, une politique qui a permis aux « low costs » d’étendre leur emprise sur l’ensemble du continent. Certaines parades comme l’obtention par EasyJet d’un AOC (Airline Operating Certificate) européen limiteront probablement les dégâts, mais il y aura certainement des conséquences néfastes pour les deux grands opérateurs que sont Ryanair et EasyJet.

L’Espagne

Pas de chance pour les espagnols. Tout allait à peu près bien lorsque les opérations de Vueling se sont déréglées entrainant d’innombrables annulations. On se demande d’ailleurs somment et dans quelles conditions les passagers seront indemnisés. Si le règlement européen 261/2004 s’applique, la compagnie devra débourser entre 250 € et 450 € par passager, ce qui est certainement largement supérieur à la recette encaissée. Faut-il voir dans ces perturbations l’effet du changement de CEO puisque Alex Cruz l’emblématique développeur de la compagnie a pris désormais la position de CEO de British Airways ?

Quoiqu’il en soit, il semble qu’il y ait eu une très sérieuse erreur dans la programmation des vols et des équipages…

L’Italie

La situation s’améliore doucement, mais il reste encore quelques sérieux soubresauts dans les compagnies italiennes. D’abord chez Alitalia ou une grève des pilotes est prévue pour le 24 juillet afin de protester contre une mesure qui enlèverait à ces derniers le droit de voyager gratuitement lors de la prise de leur service. Il est à noter que nombre de navigants ont décidé de vivre dans des endroits très éloignés de leur lieu de travail en utilisant les facilités de transport sur les lignes de leur compagnie.

La nouvelle direction, poussée certainement par l’actionnaire de référence Etihad, a décidé de revenir sur cet avantage, déclenchant inévitablement la riposte des pilotes concernés.

Et puis il y a la situation chez Meridiana. La compagnie est en passe d’être rachetée par Qatar Airways, notez d’ailleurs l’emprise croissante des transporteurs du Golfe, et pour finaliser cela il est prévu de licencier 25 % des effectifs, excusez du peu. Là encore la réponse a été la grève, ce qui n’arrangera certainement pas les affaires de ce transporteur tenu à bout de bras par l’Aga Khan.

L’Allemagne

Les grèves du printemps ont laissé des traces. Mais il semble que la paix sociale soit enfin en train de s’installer. C’est en particulier de cas du personnel navigant de Lufthansa. En effet un accord historique vient d’être signé. En échange de modestes augmentations de salaires et la promesse de ne pas supprimer des postes dans ce secteur jusqu’en 2021, la compagnie a obtenu un objectif de réduction des coûts liés au PNC de 10 % et l’engagement de ne pas faire de mouvement de grève jusqu’en … 2023.

La Turquie

Le pays est attaqué violemment par le terrorisme. Et la cible est le transport aérien et en particulier l’aéroport emblématique d’Istanbul. Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Une annulation massive des réservations a suivi immédiatement l’annonce de l’attentat. Cela affectera durablement et significativement les résultats de Turkish Airlines.

La France

Et puis il y a notre beau pays. On n’en finit pas de solder les effets de la fameuse « loi travail » qui bien avant d’être signée a mis dans la rue des manifestants qui n’étaient pour la plupart pas concernés, et des casseurs dont les images ont fait le tour de la planète. Par voie de conséquences, les touristes et en particulier les américains ont massivement déserté notre territoire. Les contrôleurs s’y sont mis eux aussi alors qu’ils ne sont pas touchés par cette loi. Cela ne les a pas empêchés de perturber gravement les opérations aériennes fin juin et début juillet.

Et côté Air France, il semble bien que les navigants commerciaux tiennent à leur grève entre le 27 juillet et le 02 août. Si Jean Marc Janaillac a réussi à déminer jusqu’à l’automne le conflit avec les pilotes, il semble bien qu’il n’échappera pas facilement à celui des hôtesses et stewards.

Voilà un été qui ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, vous en conviendrez.

Jean-Louis Baroux





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

1729 vues
3 juillet 2020 2

Tout le monde est bien d’accord sur la nécessité de sauvegarder notre planète ce...

Vacances d’été : les prix devraient baisser… ou pas

Vacances d’été : les prix devraient baisser… ou pas

2074 vues
2 juillet 2020 0

Depuis le début du confinement, le volume des ventes de billets d’avion a énormément...

Ouverture des frontières : des conseillers en voyage au bord de la crise de nerf 

Ouverture des frontières : des conseillers en voyage au bord de la crise de nerf 

8033 vues
1 juillet 2020 0

Dans les agences de voyage, il suffit d’interroger, non pas les patrons, mais les...