Les flottes mondiales : ce qu’il faut retenir


baroux-1Le magazine « Flight » vient de publier, comme toutes les années, la liste des appareils utilisés par les compagnies aériennes régulières. Et cette liste est pleine d’enseignements.

Actuellement 25.401 appareils sont en service dans l’une des quelques 900 compagnies régulières.

Ces appareils sont de 129 modèles différents si l’on ne compte pas les sous-séries. Pas moins de 24 constructeurs, certains d’ailleurs disparus, se partagent cette énorme flotte.

Mais cette liste globale cache d’énormes disparités.

En tête, on trouve les deux géants. Boeing compte 9.781 appareils en service dont certains font preuve d’une extrême longévité comme par exemple les 727-100, il y en a encore 4 en opération et les 727-200 dont 83 volent encore.

Derrière vient Airbus avec 7.342 avions dont les plus anciens sont les A-300, 216 d’entre eux sont en opération.

Les deux grands constructeurs se partagent plus des 2/3 des flottes : 67,41 % pour être précis. Sans surprise particulière Bombardier avec 2.173 appareils et Embraer avec 1.798, occupent les 3 et 4èmes positions. Si on rajoute la production d’ATR avec 841 avions on arrive avec 5 constructeurs seulement à couvrir 86 % des avions en service.

Les 14 % restants se répartissent dans 19 constructeurs dont certains n’ont produit que … 2 unités.

Au chapitre des curiosités, mentionnons que Mc Donnell, pourtant disparu depuis plus de 20 ans, absorbé alors par Boeing, fait encore voler 111 appareils dont 8 DC3 dont le premier vol remonte à… 1937.

Rappelons que la Douglas Corporation créateur de cette mythique machine volante, a été rachetée par Mc Donnell dans les années 1980.

Les avions ont décidément une grande longévité car on voit encore des Convair : 47 en service ou des Fokker dont la production a été arrêtée depuis plus de 10 ans : 306 en service dont 2 vénérables Fokker 28.

L’appareil le plus utilisé est européen : c’est l’Airbus 320 avec 3.346 unités en vol, suivi de très près par le Boeing 737-800 avec 3.262 avions en service. A l’autre extrémité NAMC ou Gaf Nomad ne font voler que 2 appareils.

La plus grande diversité revient à Boeing dont 31 modèles différents sont en opération contre, seulement serait-on tenté de dire, 15 pour Airbus, mais tout de même 14 pour Antonov dont le géant cargo AN 225 n’a été livré qu’a un seul exemplaire.

Les deux frères ennemis dans les avions régionaux, Bombardier et Embraer, mettent la même variété sur le marché : 8 types différents chacun.

Notons enfin l’énorme domination des constructeurs « occidentaux ». Les Russes avec pourtant 6 constructeurs n’ont vendu que 789 avions et les asiatiques, Chine comprise sont encore pratiquement inexistants.

L’analyse des commandes fermes est également intéressante. 9.908 appareils ont été commandés et non livrés à ce jour. Et la part conjuguée de Boeing et d’Airbus est encore plus grande puisqu’ils trustent à eux deux 86 % des commandes. Mais là, Airbus arrive en tête avec 4.526 appareils

contre 4.002 à Boeing. L’un et l’autre ont un cheval de bataille : le A-320 Neo pour Airbus : 1.669 commandes et le B 737 Max pour Boeing avec 1.344 commandes. Airbus fait encore mieux avec sa série Neo car l’appareil a été commandé également en version A-319 : 27 commandes et surtout a-321 : 487 commandes.

La taille moyenne des appareils en commande est nettement supérieure à celle des avions en service. De sorte qu’avec 39 % d’avions supplémentaires, les compagnies mettront en ligne plus de 50 % de sièges.

Les Russes, les Chinois et les Japonais sortent leur épingle du jeu en plaçant 569 avions. Certes nous sommes encore très loin des constructeurs occidentaux, certes aussi, leurs appareils sont d’une taille plus modeste, mais cette percée est peut-être significative, d’autant plus que les prix de revient dans ces pays sont, à l’exception du Japon, bien inférieurs à ceux des constructeurs occidentaux.

Bref, même s’il y a, ici ou là, des difficultés économiques importantes, le transport aérien se porte bien et sa croissance continue au même rythme : 5 % par an, ce qui signifie qu’il doublera d’ici à 2029. Ce n’est pas si loin.

Jean-Louis BAROUX





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Un été touristique des français qui s’annonce très favorablement

Un été touristique des français qui s’annonce très favorablement

1190 vues
22 mai 2019 0

Hier matin avait lieu la conférence de presse des Entreprises du Voyage, le syndicat...

Comment Cannes veut séduire les start ups du Tourisme

Comment Cannes veut séduire les start ups du Tourisme

1248 vues
21 mai 2019 0

Déjà bien positionnée sur l’accueil de salons professionnels du tourisme et destination favorite des...

La fatalité du Tourisme et du Transport aérien en Inde

La fatalité du Tourisme et du Transport aérien en Inde

1383 vues
20 mai 2019 0

L’Inde est un grand pays en très fort développement économique. Sa population est équivalente...