Tourisme animalier : un marché qui sort ses griffes


Le marché mondial du tourisme animalier est évalué à 135 milliards de dollars américains à l’heure actuelle et devrait valoir 219,9 milliards de dollars américains d’ici 2032 avec un TCAC (taux de croissance annuel composé) de 5 % entre 2022 et 2032.

Les visiteurs s’intéressent aux diverses espèces de flore et de faune et cela nécessite la mise à disposition d’hôtels, d’acteurs locaux d’écotourisme, de tour opérateurs, de réceptifs, de maisons d’hôtes etc…

Aujourd’hui avec l’omniprésence de l’écologie et de la lutte pour l’environnement, les touristes privilégient cette forme de tourisme en lieu et place des tracas de l’urbanisation.

Ce facteur, selon la récente étude de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) devrait stimuler le marché du tourisme animalier dans les années à venir.

Les autres sources de revenus des réserves fauniques, indique le rapport, pourraient être le tournage de courts métrages et de films, les voyages organisés par les écoles et les collèges et, sans oublier, les photographes animaliers. Ces trois catégories de revenus pourraient maintenir l’élan du marché du tourisme animalier.

Les études sur Instagram le prouvent la photographie animalière est de plus en plus utilisée. Les milléniaux (nés autour de l’an 2000) explorent diverses options de carrière, dont la photographie des milieux sauvages.

Un élément contributif à faire sonner les caisses enregistreuses pour le marché du tourisme animalier.

Les touristes pouvaient profiter de la faune aquatique, notamment en kayak, en canoë ou en croisière.

Certains pays africains proposent des transports locaux comme le mokoro, qui attirent de nombreux voyageurs.

Et même Future Market Insights, célèbre cabinet d’études de marchés, basé à Dubaï, ouvre la voie à des recherches constructives sur le sujet avec notamment sa dernière étude de marché intitulée «Wildlife Tourism Market».

Des niches touristiques à explorer

Il existe de nombreux sanctuaires fauniques connus pour leur faune. Par exemple le sanctuaire de Lone Pine Koala (Brisbane, Australie), Noah Arc (Géorgie, États-Unis), le centre de sauvetage de Chengdu Moonbear (Chine) ou encore le parc national de Corbett (Uttarakhand, Inde).

L’Inde abrite à elle seule quasiment la majorité des sanctuaires fauniques de la planète, en particulier pour les tigres. Le parc national de Kanha et le sanctuaire de la faune de Ranthambore (tous deux basés en Inde) sont deux d’entre eux, où les touristes peuvent profiter de la vue sur les tigres. 

Dans le même temps, les impacts négatifs liés au tourisme du tigre ne peuvent être ignorés. Par exemple, les touristes ont tendance à déranger les tigres en prenant leurs photos ou leurs vidéos.

Mais c’est l’Afrique qui est en tête du marché du tourisme animalier avec diverses opportunités offertes aux touristes comme les vues aériennes de la faune en Tanzanie et au Kenya, des safaris en montgolfière et des produits spécifiques à ce marché.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La marque Pullmantur est à vendre pour seulement …

La marque Pullmantur est à vendre pour seulement …


30 janvier 2023 0

Data Bankruptcy va mettre en vente la marque Pullmantur. Le processus devrait commencer le...

Le tourisme de Luxe veut revoir ses chinois

Le tourisme de Luxe veut revoir ses chinois


27 janvier 2023 0

Le secteur européen du luxe se réjouit de la fin des fermetures pandémiques en...

Tourisme en Egypte : Travel Evasion réouvre Taba et le Nouveau Grand Musée du Caire

Tourisme en Egypte : Travel Evasion réouvre Taba et le Nouveau Grand Musée du Caire


25 janvier 2023 0

Taba Heights, station balnéaire de la Mer Rouge avec des hôtels 5* offre la...