Le Shiki-Shima, un train qui fait déjà le buzz


À environ 1.000.000 yens sur une base double (un peu plus de 8.000€/personne) pour un voyage inoubliable de 4 jours/3 nuits, le tout nouveau train japonais Shiki-Shima de la Compagnie JR East explose les tarifs des trains de luxe. Avec seulement 17 suites, le Shiki-Shima ne peut embarquer qu’un maximum de 34 passagers qu’il emmène à la découverte de la partie nord de Honshü, l’île centrale du Japon, ainsi que de l’extrême sud de l’île d’Hokkaido.

Partant de la gare d’Eneo à Tokyo, le Shiki-Shima propose au fil des saisons des voyages de 2, 3 ou 4 jours. Des excursions sont offertes tout au long du parcours pour découvrir le charme des villes étapes, avec un accent mis sur l’authenticité des lieux visités, la très haute qualité de la gastronomie locale et la découverte des fleurons d’un artisanat régional qui reflète l’exceptionnelle survie de traditions japonaises séculaires.

Les principales étapes pour les invités du Shiki-Shima incluent les villes d’Hakodate, de Datemonbetsu et Nobotibetsu sur Hokkaido où pour pouvoir apprécier et découvrir au mieux l’âme de ces villes, les passagers vont passer la nuit à terre dans un splendide hôtel dont la cuisine se veut à la hauteur de celle servie à bord du train.

Sur Honshü les villes étapes sont Aomori, Tsuruoka et Tsubame. Mais tout au long de ce périple les larges fenêtres des suites et des salons panoramiques offrent une vue permanente sur les majestueux paysages de la campagne et de la côte japonaises ajoutant une sensation de sérénité, une Zen attitude, très recherchée surtout par les passagers japonais qui pour un temps sont fort loin de leur trépidante vie au travail.

Au milieu du train se trouvent les voitures salon-bar et restaurant, tandis qu’aux deux extrémités de la rame ont été placées les deux wagons panoramiques aux immenses baies et aux larges banquettes.

A bord les cabines sont toutes des suites élégantes au design japonais, mélange de sobriété moderne et de raffinement japonais traditionnel. Certains pourraient même les trouver un peu minimalistes, au vu de nos critères européens.

La décoration est à la fois sobre et luxueuse, et le confort est bien présent. Le service est exceptionnel, avec un personnel aux petits soins, toujours tiré à quatre épingles, aussi discret qu’efficace.

L’équipe de restauration sous la houlette du Chef Katsuhiro Nakamura, et de son Executive Chef Hitoshi Iwasaki, présente une cuisine élégante, raffinée avec une présentation tout en délicatesse.

Tout au long du trajet des chefs locaux de talent sont mis à contribution pour offrir aux passagers des repas réalisés dans la plus pure des traditions culinaires du crû. Pour le chef Itoshi Iwasaki « les repas se doivent d’être parmi les meilleurs souvenirs qu’emporteront les passagers ». Et tout est fait pour cela.

Mais, (même en étant parfaitement zen, il y a souvent un « mais ») si vous voulez faire partie de ces happy-fews qui auront le privilège de monter à bord du Shiki-Shima,il vous faudra au moins deux choses : d’abord, et c’est une nécessité basique, un portefeuille suffisamment garni pour un tel budget, mais en plus, et cela est beaucoup moins évident, il vous faudra aussi faire partie de ceux qui ont de la chance aux jeux de hasard.

Le Shiki-Shima vient tout juste d’effectuer son premier voyage, mais la demande a été telle que le train affiche complet jusqu’en mars 2018.

Devant l’afflux massif de réservations, la Cie JR-East a fermée les ventes jusqu’à cette date et a annoncé que pour départager tous ceux qui s’étaient inscrits (et avaient déjà versé des arrhes conséquentes) il va être procédé à un tirage au sort pour désigner les heureux futurs passagers.

Pour les voyages au delà de mars 2018 les réservations vont bientôt rouvrir et la ruée suivra… Bon courage et bonne chance à tous !

Frédéric de Poligny





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Le président de Thomas Cook France sort de son silence

Le président de Thomas Cook France sort de son silence


16 octobre 2019 0

On s’étonnait de n’avoir pas de commentaires officiels de la part de Nicolas Delord,...

Tourisme et transport aérien : Le coût exorbitant des erreurs stratégiques

Tourisme et transport aérien : Le coût exorbitant des erreurs stratégiques


15 octobre 2019 1

Un communiqué de presse paru dans Airlines Business à propos d’ Etihad Airways m’a...

Comment les espagnols ont sauvé Thomas Cook Belgique

Comment les espagnols ont sauvé Thomas Cook Belgique


14 octobre 2019 0

C’est une excellente nouvelle ! Le groupe Wamos reprend une partie du réseau de...