La gastronomie, le nouvel axe fort du tourisme grec


Pour tous, la Grèce reste une destination synonyme de bleu infini, celui du ciel et de la mer, et de blanc éclatant, celui des petits villages pleins de charme, deux couleurs que magnifie une lumière extraordinaire qui illumine aussi  bien des petites criques de rêve que des sites archéologiques antiques majeurs, qui les unes comme les autres se doivent d’être appréciés de tout visiteur. Mais depuis quelque temps déjà, certains veulent mettre en avant d’autres raisons, un peu négligées dans la communication du pays, et qui mériteraient d’être mieux traitées. La gastronomie locale en est une.

La région de l’Halkidiki de l’Est, au nord-est du pays et qui est aussi la région frontalière du Mont Athos, célèbre état monastique, fut une des premières à franchir ce pas en faisant la promotion de sa gastronomie locale.

Depuis bientôt 10 ans, la Chef Dina Nikolaou, organise chaque année vers les derniers jours du printemps, un festival gastronomique, le « Koutzina Feast », un événement gastronomique sur le territoire de la grande Municipalité d’Aristoteles, qui englobe principalement les villes d’Ouranopolis, de Iérissos et d’Olympiada.

Chaque année de nombreux restaurants de la région participent à ce festival, chacun créant pour un soir un menu spécial à prix fixe et préférentiel, à base de produits locaux et en utilisant des recettes de cuisine traditionnelles de la région.

Un roulement est établi de façon que tout un chacun, touriste ou habitant de la région, puisse profiter de cette offre gastronomique dans un restaurant différent chaque soir pendant le festival.

Cette année, la Chef Dina Nikolaou et Stelios Valianos, le maire de la Municipalité d’Aristoteles ont invité deux journalistes pour participer au festival, et c’est en compagnie de Gilles Pudlowski, certainement le plus connu des critiques gastronomiques français, que votre serviteur est arrivé en Halkidiki.

Avec Gilles, dès notre descente de l’avion à l’aéroport de Thessalonique nous avons été rejoints par Dina Nikolaou et Christos Panaretou, le PDG de Yalos tours, qui apportait son soutien à ce voyage.

Deux heures de route plus tard nous avons retrouvé Stelios Valianos, sur le quai du tout petit port de Stratoni, simple abri pour les pécheurs locaux, où nous attendait un diner-surprise sous les étoiles, une vraie parenthèse hors du temps au bout du monde.

Sur ce petit embarcadère un petit festin, succession de pleins de petits plats aussi simples que goûteux avait été préparé par les femmes des pêcheurs, très fières de nous montrer leurs talents de cuisinières, tandis que leurs maris faisaient griller la pêche du jour sur un grand barbecue fait maison.

Les poissons étaient des Orkynis, une sorte de petit thon locaux que l’on ne trouve que dans les eaux de la région, un vrai régal.

Nous nous sommes tous assis autour d’une vaste table improvisée, et nous avons consciencieusement fait honneur aux excellents vins locaux, ce qui a largement facilité les échanges même sans parler la même langue, tout en appréciant cette cuisine du cœur et son parfum d’authenticité. Une longue soirée à marquer d’une pierre blanche.

Beaucoup plus tard nous avons rejoint l’hôtel qui sera notre base pour ces quatre jours dans la région, le Mount Athos Resort, un tout nouveau 5*, en bord de mer dominant le petit port de pêche de Ierissos.

Après cette longue journée nous avons tous apprécié le confort de nos vastes chambres dont nous n’avons découvert les vastes balcons-terrasses face à la mer que le lendemain matin.

Et pendant trois jours nous avons visité la région tout en profitant d’agapes festives dans différents restaurants des environs.

La visite des ruines de l’antique ville de Stagiria où est né Aristote le fameux philosophe, précepteur et ami d’Alexandre le Grand, nous a permis du haut de ses deux collines de découvrir la limpidité des eaux turquoise de la mer en contre-bas.

Dans la région, la mer est extrêmement poissonneuse car ici il n’y a aucune source de pollution, aucune industrie et aucune grosse agglomération.

Et c’est cette pureté des eaux qui a permis l’installation de fermes d’élevage de moules dont la qualité est telle qu’elles s’exportent en Grèce et même à l’étranger.

Nous avons eu la chance de pouvoir visiter celle de Vasilis Anastasiou qu’il gère avec son fils. Pour y arriver, le seul moyen est d’embarquer sur un petit bateau de pêche, car aucune route ne mène à ces jolies criques où sont installés les élevages.

Pendant une quarantaine de minutes nous avons longé une côte sauvage sans aucune maison ni construction.

Et pendant la demi-heure ou nous apprenions comment les moules grandissent, Dina Nikolaou a improvisé trois recettes à base de moules sur un réchaud style réchaud de camping.

Des moules cuites avec oranges et citrons, une vraie merveille, ou simplement revenues avec du féta, le fameux fromage grec, mais aussi des moules aux olives parfumées d’herbes et largement arrosées de vin de Samos.

Nul n’a pu dire quelle recette était la meilleure, mais nous les avons dévorées jusqu’à la dernière. Un lieu perdu loin de tout, des plats exceptionnels, du bon vin, une très belle compagnie, encore un moment à marquer d’une pierre blanche.

Autre lieu exceptionnel de la région, le Mont Athos, ce petit état monastique où ont été bâtis des dizaines de monastères tous différents les uns des autres mais qui ont tous en commun d’être de véritables forteresses, car ils devaient pouvoir résister aux innombrables attaques de pirates barbaresques et autres envahisseurs.

Depuis des siècles, les règles du Mont Athos interdisent strictement l’accès aux femmes. Aussi comme peuvent le faire les touristes des deux sexes, nous avons embarqué sur la Calypso pour une très agréable croisière le long des côtes du Mont Athos pour découvrir des dizaines de ces monastères.

Evidemment la Calypso est resté à au moins 300 mètres du rivage, la limite légale pour pouvoir naviguer dans ces eaux-là.

Petit conseil, n’hésitez pas à emprunter quelques morceaux de pain au petit déjeuner, et vous pourrez faire de superbes photos des mouettes du coin qui connaissent le truc et accompagnent le bateau tout au long de la croisière attendant avec impatience de venir dérober un morceau de pain au ras de votre main.

Privilégiés, nous avons eu le lendemain le droit assez exceptionnel d’embarquer sur un autre navire qui lui effectue des liaisons vers différents monastères pour vraiment débarquer sur le Mont Athos au pied du grand Monastère de Vatopédi, le 2 ème plus important des monastères, ou à côté des merveilleuses fresques qui couvrent les murs de l’église dont certaines sont datées de 1312, des icones, et du superbe réfectoire des moines, nous ont été présentés les plus beaux trésors religieux du monastère.

Tout au long de notre séjour nous avons dégustés une grande variété de plats principalement à base de produits locaux issus des jardins tout proches et de la mer.

D’authentiques salades grecques au féta, du thon grillé, en tartare ou en sauce , du poulpe sur un lit de purée de fèves, des crevettes sous différentes présentations, es légumes tout frais ramassés, des moules, des fruits de mer et des poissons…

Sans oublier des desserts tentants dont une mention spéciale pour la mousse de fraises sur glace du restaurant de l’hôtel Eagles Palace à Ouranopolis.

Parmi les vins de la région, une mention spéciale pour un vin blanc sec local, l’Assyrtiko 2017 (100 %cépage assyrtiko) du Domaine Akrathos, avec des arômes subtiles et délicats de citron vert, de fleurs de citron et de pèche.

Chaque région de Grèce possède une cuisine traditionnelle dont les subtilités lui sont propres. La cuisine crétoise est bien différente de celle que l’on peut trouver à Corfou par exemple et cela constitue un nouvel aspect de promotion touristique pour chaque région.

De même, les régions commencent à découvrir que grâce à la grande variété de leurs productions viticoles, l’œnologie pourrait devenir un nouvel axe de communication pour un tourisme pas forcément estival.

Frédéric de Poligny





    1 commentaire pour “La gastronomie, le nouvel axe fort du tourisme grec

    1. Le commentaire de Monsieur de Poligny, m’a donné « l’eau à la bouche », j’ai été très souvent (pendant 50 ans) durant de très longs séjours dans ce Pays extraordinaire, de la Macédoine aux Météores, en passant par quelques iles… les repas sur le Pirée, en allant dans la cuisine du restaurant, choisir ses plats , c’était charmant et, c’est vrai,,…la cuisine est originale et savoureuse, en pensant aux vins grecs, très variés et excellents. (J’aime le vin et il y a, en Grèce, chez nos amis, des vins exquis….) Zito Ellada, insighia…..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Un pari sur l’avenir : être tous agents de voyages

Un pari sur l’avenir : être tous agents de voyages

1508 vues
14 octobre 2021 0

Des voix s’élèvent pour savoir si les agents de voyages doivent adopter ou non...

Tourisme Loisirs et affaires : SriLankan Airlines reprend les vols directs depuis Paris 

Tourisme Loisirs et affaires : SriLankan Airlines reprend les vols directs depuis Paris 

1616 vues
12 octobre 2021 0

C’est Mr Ashok Pathirage, le Président de SriLankan Airlines, qui a tenu à venir...

La France : un enjeu majeur pour Nayef Al-Fayez, Ministre du Tourisme de Jordanie

La France : un enjeu majeur pour Nayef Al-Fayez, Ministre du Tourisme de Jordanie

1783 vues
11 octobre 2021 0

Pour la Jordanie, la France a toujours été un des meilleurs marchés européens, faisant...