La Croisière touche le fond


Nous annoncions il y a peu que Pullmantur Cruises déposait son bilan (www.laquotidienne.fr/flash-info-pullmantur-cruises-annonce-son-depot-de-bilan ). Ce n’est malheureusement pas la seule société touristique spécialiste des croisières à être touchée par les effets économiques liés à la crise du Covid-19.

Plus de 150 000 clients affectés par la faillite

L’association des consommateurs, OCU, a calculé qu’en Espagne, il pourrait y avoir plus de 150 000 passagers affectés par la faillite de Pullmantur Cruises.

L’organisation a demandé à l’administration compétente d’intervenir pour garantir le respect des obligations de garantie légale contre les insolvabilités.

Il faut bien reconnaître que la société traîne, depuis la fin de l’année dernière, des problèmes financiers auxquels se sont s’ajoutés l’arrêt des opérations consécutif à la crise du Covid-19.

Royal Caribbean propose une solution

Les deux actionnaires de Pullmanntur Cruises sont Cruises Investment Holding (51 %) et Royal Caribbean Cruises (49 %). RCL a déclaré que les clients qui ont réservé une croisière Pullmantur pourraient choisir de naviguer sur d’autres croisières proposées par d’autres marques du groupe qui comprend notamment : Celebrity Cruises, Azamara, Silversea Cruises …

La plupart des grandes compagnies repoussent encore la date de reprise

Les grandes compagnies de croisières, dont Royal Caribbean et Carnival Cruise Line, ont annoncé la prolongation de leurs suspensions de navigation jusqu’à l’automne.

C’est l’association Cruise Lines International (CLIA), qui propose de prolonger la suspension des opérations de croisière, notamment aux États-Unis jusqu’au 15 septembre en raison de problèmes de coronavirus.

Carnival tente de réduire les coûts

Carnival, le plus grand groupe de navires de croisières au monde est actuellement en train de vendre six de ses navires de croisière. Peut-être même davantage !

Le groupe tente de réduire les coûts car les dates de navigation sont reportées et les réservations ne parviennent pas à rebondir rapidement aux niveaux d’avant le coronavirus. La maintenance des navires de croisière est une opération coûteuse, les dépenses se chiffrant à environ 1 milliard de dollars par mois lorsque toute la flotte est opérationnelle contre 250 millions de dollars par mois à quai et à l’arrêt.

La vente concerne des navires anciens

Il faut rappeler que Carnival, c’est aussi Princess Cruises, Holland America Line, Seabourn, Costa Cruises, AIDA Cruises, P&O Cruises (UK) et Cunard. Le groupe Carnival possède plus de 100 navires ! Il existe déjà des accords préliminaires pour la vente de six navires de croisière et des discussions sont également en cours en vue de conclure des accords supplémentaires. On ne sait pas quels navires de croisière seraient vendus, mais nous savons déjà que le Costa Victoria, sera vendu au groupe San Giorgio del Porto. La rumeur dit que le navire pourrait être utilisé comme hôtel flottant pour les travailleurs des sites appartenant à l’entreprise.

CMV, au Royaume-Uni, se fait saisir des navires

Il s’agit de CMV au Royaume-Uni (et non de CMV en France, clin d’œil amical à Clem et Cedric, ndlr)). La « British Maritime and Coast Guard Agency » (MCA) aurait saisi, temporairement, un certain nombre de navires de croisière. Les navires de croisière Astoria, Astor, Columbus, Vasco da Gama et Marco Polo ont été saisis par le MCA à la suite des inspections en raison de problèmes liés aux contrats expirés d’équipage. Il y aurait également eu des retards de payement de salaires. La direction de CMV a indiqué que ces problèmes seraient régularisés très rapidement.

MSC pourrait reprendre en Europe

MSC aux Etats-Unis devraient suivre les recommandations de CLIA. Cela veut dire que les croisières ne devraient pas reprendre avant le 15 Septembre. Par contre, en Europe MSC Croisières plus tôt.

La compagnie a indiqué être à la recherche de membres d’équipage pour un éventuel départ le 1er août en Méditerranée, selon une information de « Cruise Industry News ».

Dans le courrier, la société a déclaré qu’elle travaillait sur un plan de démarrage avec de nouvelles normes sanitaires et des directives opérationnelles.

Ponant attend avec impatiences des autorisations

Les croisières Ponant sont prêtes à repartir pour des mini-croisières au départ de ports français. La compagnie attend le feu vert des autorités pour lancer ses programmes.

Par ailleurs, lorsque Ponant reprendra ses activités, l’entreprise bénéficiera d’une suite de solutions « Redémarrez votre entreprise » de Bureau Veritas (BV) et du label « Sauvegarde » développé pour les navires à passagers.

BV a déclaré qu’il travaillait avec Ponant et sa flotte de 11 navires, combinant une technologie de pointe et le respect de l’environnement, pour mettre en œuvre des mesures efficaces de prévention des infections.

Serge Fabre





    2 commentaires pour “La Croisière touche le fond

    1. Merci pour les précisions Cédric ! Ainsi que nous l’avions bien indiqué cela concernait CMV au Royaume Uni et non CMV en France. Je vous informe que je n’ai pas reçu de communiqué officiel. C’est un partenaire anglais qui m’a signalé le problème. Comme je l’ai également écrit, la compagnie assurait de faire le nécessaire très rapidement. Donc tout rentre dans l’ordre. Il faut bien admettre qu’actuellement les situations sont bien confuses
      On souhaite bonnes ventes à CMV France

    2. Nous nous permettons de réagir à votre article de ce matin « La Croisière touche le fond » et la mention qui y est faite de CMV.

      L’action, menée par l’ITF, syndicat international de marins, visait essentiellement à alerter sur la problématique des équipages actuellement dans l’incapacité de rejoindre leurs pays.

      En premier lieu, les navires de CMV UK n’ont pas été « saisis » mais « détenus », ce qui juridiquement parlant est une différence importante à noter. Il convient également de souligner que ces 5 unités ont été « relâchées » le jour même par la MCA.
      Ensuite, les salaires avaient été régularisés avant l’intervention de la MCA et pas d’un non paiement.

      Concernant la problématique des contrats expirés, comme toutes les compagnies maritimes au monde (et pas seulement croisières), ils existent effectivement mais les compagnies ne sont nullement responsables de la situation. Nombre de compagnies ne peuvent rapatrier leurs membres d’équipage car leurs propres pays refusent/refusaient le retour de leurs ressortissants sous prétexte de la crise pandémique (Philippine, Indonésie, Inde et bien d’autres dont des pays d’Amérique centrale et du Sud ou encore même les USA avec leurs propres citoyens). Et ceci est inacceptable.

      L’action de l’ITF a néanmoins permis de « débloquer » la situation puisqu’avant cet événement, CMV a reçu l’autorisation des autorités indiennes notamment, de rapatrier ses membres d’équipage.

      A noter enfin que CMV attend les autorisations comme beaucoup de compagnies, de pouvoir redémarrer ses opérations arrêtées pour l’instant jusqu’à la fin Août et que deux nouveaux paquebots rejoindront la flotte CMV au printemps prochain (Amy Johnson & Ida Pfeiffer).

      Bien à vous

      Cedric Rivoire-Perrochat
      Directeur Marketing, Communication & Opérations

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Coup dur pour le tourisme : le Japon subit et l’Indonésie provoque 

Coup dur pour le tourisme : le Japon subit et l’Indonésie provoque 


7 juillet 2020 0

Il y a des phénomènes naturels et d’autres qui le sont beaucoup moins. Comme...

Ponant boucle son Tour de France

Ponant boucle son Tour de France


6 juillet 2020 0

Ponant, le leader mondial des croisières d’expédition, a décidé d’élargir son offre touristique au...

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique


3 juillet 2020 2

Tout le monde est bien d’accord sur la nécessité de sauvegarder notre planète ce...