Impressions métissées d’Afrique du sud


L’Afrique du sud fut mon premier grand voyage. C’était il y a bien longtemps, à la triste époque de l’apartheid de sinistre mémoire. En tant que touriste, j’avais adoré cette destination.

Pour de nombreuses raisons, je suis toujours resté perplexe par cette destination tant les paradoxes sont nombreux.

Près d’un demi-siècle après ce premier voyage, je reviens en Afrique du sud avec des souvenirs plein la tête. Mes impressions initiales sont toujours présentes et contrastées.

D’abord, après avoir fait 8728 kilomètres, depuis Paris, nous arrivons à Johannesburg une dizaine d’heure après le départ, à la même heure. Sensation étrange.

Mais, du fait de l’inclinaison de la terre, les saisons sont inversées entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud. Donc, après être parti de France au milieu du printemps, nous arrivons au cœur de l’automne en Afrique du sud. Le jour tombe donc à partir de 18h00.

Pire, les températures sont sensiblement identiques au cours du printemps boréal et l’automne austral.

A peine arrivé on se rend vite compte que l’on n’est pas vraiment en Afrique. Un véritable paradoxe toujours vérifié selon mes propres constatations. Mais, je n’ai visité aucun township au cours de mon séjour.

Le réseau routier est de bonne qualité, parfaitement entretenu. Les véhicules qui circulent sont récents et globalement luxueux. La vitesse est même contrôlée, c’est dire que les structures étatiques sont existantes.

Les grandes villes sont modernes, souvent très américanisées avec des sky lines de gratte-ciels. L’aménagement urbain est structuré les équipements sont modernes et n’ont rien à envier à notre vieille Europe.

La réalité des chiffres :

La population totale de l’Afrique du sud est de 53 millions d’habitants. Soit 25 % de moins que celle de la France.

La superficie est de 1 219 090 km2, soit plus de deux fois celle de la France. Logiquement, les plus grandes concentrations de population sont urbaines.

Les origines ethniques des sud africains sont connues. Depuis toujours, elles sont institutionnelles. Elles ne créent toutefois aucune polémique. Elles sont parfaitement admises par toutes les communautés :

79,6% des habitants sont noirs africains ;
9,1% sont blancs (Italiens, Néerlandais, Allemands, Anglais, Italiens) ;
8,9 % sont métis,
2,5 % sont d’origine indienne ou asiatique.

Il n’existe pas moins de neuf langues officielles.

metis-afrique du sud80 % de la population est de religion chrétienne tous vivent en bonne entente. Merci Monsieur Nelson Mandela qui a réussi un pari fou qui semblait perdu d’avance.

Toutes ces populations vivent désormais entre elles d’une manière communautaire. Libres, mais séparées.

Le pouvoir politique, démocratie parlementaire oblige, est logiquement entre les mains des populations noires.

Le pouvoir économique et la propriété foncière sont par contre l’apanage quasi exclusif des populations blanches.

La sécurité est satisfaisante. Rien à voir en tout cas avec le reste de l’Afrique.

François Teyssier,
Depuis l’Afrique du Sud





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Top of Travel revisite le tourisme en Groupes

Top of Travel revisite le tourisme en Groupes

1255 vues
20 septembre 2019 0

TOP of Travel renforce sa proximité avec les groupes et sort son nouvel outil...

Austral Lagons entretient sa légende

Austral Lagons entretient sa légende

1314 vues
19 septembre 2019 0

C’est dans ses nouveaux locaux du 30 rue Cambronne à Paris qu’Hélion de Villeneuve,...

Kuoni se rajoute de la valeur et lâche du lest

Kuoni se rajoute de la valeur et lâche du lest

1252 vues
16 septembre 2019 0

Décidément les gilets jaunes auront pénalisé une grande partie de l’économie française et notamment...