Il n’y avait plus de pilote dans l’ avion !


Le 5 septembre dernier à 21h00 locale un Boeing 738-800 de Ceiba Intercontinental qui reliant Dakar à Cotonou est « supposé » avoir eu une collision en plein ciel. Son itinéraire à croisé celui d’un avion sanitaire. Un jet biréacteur Hawker Siddeley HS-125 de Sénégalair qui reliait Ouagadougou à Dakar. Avec à son bord, un malade rapatrié, un médecin, deux infirmières et un équipage de trois personnes. Soit sept personnes à bord.

Le Boeing 738-800 à pu poursuivre son vol. Il s’est dérouté avant sa destination finale vers sa base opérationnelle située à Malabo (Guinée équatoriale) où le vol a pu se poser normalement.

De son côté, le vol sanitaire a continué sa route au niveau 350. Il a survolé Dakar et à disparu un peu plus tard au dessus de l’océan Atlantique. Il est vraisemblable que l’ avion se soit écrasé en mer.

Des recherches ont été rapidement lancées par les autorités sénégalaises pour retrouver l’épave de l’avion. Le point d’impact à été estimé à environ 60 Miles Nautique à l’ouest de la capitale sénégalaise. Quatre avions et un bateau participent toujours activement aux recherches en mer.

Le lendemain, l’ANACIM, l’agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie à publié un communiqué qui estimait que la collision avait causée une brutale décompression qui a fait s’évanouir les passagers de l’avion sanitaire. L’ avion, qui était en mode pilotage automatique à continué sa route. Il s’est écrasé en mer après avoir épuisé son carburant.

Le 8 septembre, le ministère des affaires étrangère sénégalais a confirmé qu’il suspectait l’avion de Ceiba Intercontinental d’être impliqué dans la collision en plein ciel. Une inspection au sol a montré des dommages à l’une des ailes de l’ avion. Dégât compatible avec les conditions supposées de l’accident. Une position étayée par un rapport du contrôle aérien de Bamako qui a suggéré la possibilité d’une collision entre les deux avions.

Le Boeing 737-800 de Ceiba Intercontinental avait décollé de Dakar à 18h13 Z et volait au niveau 350.

Les deux avions se sont croisés au même niveau de vol.

Certains passagers à bord ont déclaré qu’ils avaient entendu un bruit étrange environ une heure environ après le décollage.

C’est avant l’atterrissage à Cotonou que le commandant de vol a annoncé qu’il se déroutait sur Malabo « pour des raisons technique impliquant la sécurité de l’ avion et des passagers. »

Les responsabilités ne sont pas encore établies. La logique pencherait soit pour une erreur du contrôle aérien. Soit à une incompréhension sur le niveau de vol de l’un ou l’autre des appareils. Mais l’attitude et la compagnie de la compagnie aérienne est bien opaque.

Mais, il faut noter que tous les transporteurs connus de la Guinée équatoriale font l’objet d’une interdiction totale d’exploitation dans l’Union Européenne. Il n’y a sans doute pas de fumée sans feu.

Cet étrange accident fait écho en partie à la disparition toujours inexpliquée du vol MH 730.

Il se passe parfois de drôles et dramatiques situations dans le ciel.

François Teyssier





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Le transport aérien russe au bord de la banqueroute

Le transport aérien russe au bord de la banqueroute

1419 vues
29 juin 2022 0

Le transport aérien russe est victime d’une part, de la baisse des passagers, qui...

Le gouvernement italien bloque t-il réellement la vente d’ ITA ?

Le gouvernement italien bloque t-il réellement la vente d’ ITA ?

1404 vues
24 juin 2022 0

Le gouvernement italien a t-il intérêt à faire capoter la vente du transporteur Ita...

Brèves du ciel : Volotea, easyJet, Qatar Airways, French bee, Transavia France, Air France/KLM, etc.

Brèves du ciel : Volotea, easyJet, Qatar Airways, French bee, Transavia France, Air France/KLM, etc.

1905 vues
22 juin 2022 0

Akbar Al Baker, le PDG de Qatar Airways, et Guillaume Faury, le haut dirigeant...