Des hôtels français qui remontent en flèche


Le marché hôtelier français enregistre de bons résultats au mois de décembre 2017 et termine très bien l’année. Le verdic du dernier baromètre hôtellerie de décembre 2017 d’In Extenso TCH qui vient de paraitre est sans appel : Les taux d’occupation et les prix moyens par chambre louée progressent sur l’ensemble des catégories. Seule, l’hôtellerie de Luxe, affiche une baisse d’occupation. Les chiffres d’affaires hébergement (RevPAR) sont en croissance en décembre sur toutes les catégories.

En cumul à fin décembre 2017, les RevPAR sont en progression sur toutes les zones géographiques et sur l’ensemble des catégories, excepté l’hôtellerie Super-économique azuréenne.

L’Ile-de-France en croissance

Les taux d’occupation progressent dans l’ensemble des catégories. De plus, l’hôtellerie parisienne enregistre une hausse des prix moyens par chambre louée, notamment dans les catégories supérieures (Haut de gamme & Luxe) et au niveau de l’Economique, de l’ordre de 8 % à 10 %. Les chiffres d’affaires hébergement sont en croissance sur tous les segments, entre 12 % pour l’Economique et 20% pour le Luxe.

Philippe Gauguier, Associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso précise qu’  » après deux exercices compliqués (2015 et 2016), le marché hôtelier retrouve des couleurs grâce à la reprise économique et à l’activité touristique.  »

Des régions (hors Île-de-France et Côte d’Azur) au mieux

Les taux d’occupation ainsi que les prix moyens progressent sur tous les segments, à l’exception du Luxe dont la fréquentation est en recul de 7 %. Les RevPAR sont en croissance en 2017 sur l’ensemble des catégories, de l’ordre de 1 % (Economique) à 3 % (Haut de gamme) par rapport à 2016.

Les régions françaises confirment leur statut de locomotive pour l’activité hôtelière, affichant des RevPAR (toutes catégories confondues) en croissance de 2 % par rapport à 2016 et de 6 % par rapport à 2013.

La Côte d’Azur dans le ventre mou

Sur la Côte d’Azur, les taux d’occupation sont en hausse au mois de décembre 2017, sauf sur l’hôtellerie de Luxe et Super-économique. En cumul à fin décembre 2017, l’hôtellerie azuréenne, toutes catégories confondues, enregistre une hausse de près de 3% d’occupation par rapport à 2016, et une légère hausse de 1% par rapport à 2013.

Les prix moyens s’affichent en léger retrait de presque de 1 % par rapport à l’année précédente, mais en augmentation d’environ 4 % depuis 2013.

Quoi qu’il en soit, l’année 2017 s’est terminée sur une tendance favorable, avec un RevPAR en croissance par rapport à 2016 et 2013, respectivement de l’ordre de 2 % et 5 %.

Des résultats contrastés pour les résidences de tourisme urbaines

Tous les indicateurs sont dans le vert sur le marché des résidences urbaines en Île-de-France et en Régions, sur l’ensemble des catégories.

Cependant, en dépit de RevPAR en hausse sur la plupart des espaces urbains observés, le bilan 2017 des résidences de tourisme urbaines apparaît mitigé.

En Ile-de-France, la mauvaise année 2016 n’est pas totalement digérée tandis que les indicateurs faiblissent dans les métropoles régionales.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Etats Unis : une hôtellerie touristique au bord du gouffre

Etats Unis : une hôtellerie touristique au bord du gouffre

1551 vues
27 mars 2020 0

Le virus Covid-19 aux États-Unis va réduire les dépenses touristiques de 355 milliards de...

L’hôtellerie touristique madrilène offre des lits pour les malades

L’hôtellerie touristique madrilène offre des lits pour les malades

1017 vues
19 mars 2020 0

La Communauté de Madrid a déjà reçu une offre de 60 000 lits de...

Les hôteliers niçois aux abois

Les hôteliers niçois aux abois

1067 vues
18 mars 2020 0

Les annulations s’enchaînent pour les hôtels niçois, certains responsables envisagent des fermetures et un...