Hors Taxes, la formule magique ? par JL Dufrenne


Il est un temps, pas si ancien, où la dérive du montant des taxes d’aéroport et corolaires défrayait la chronique tant dans le monde aérien que dans celui de la distribution ! Le business travel, dans son ensemble, s’insurgeait contre des taxes dites d’aéroport à géométrie variable et aux écarts incompréhensibles entre compagnies.

Dans le même temps, les agences tourisme s’étonnaient de montants de taxes , non commissionnables, bien différentes d’un producteur à l’autre pourtant sur le même axe et la même destination.

jean-luc-dufrenneAccaparé depuis quelque temps par plusieurs dossiers chronophages et n’ayant entendu aucun confrère ou journaliste s’exprimer sur le sujet, je pensais naïvement que le sujet était clos et que tout était rentré dans l’ordre !

J’ai quand même voulu vérifier que tout était rentré dans l’ordre….mal m’en a pris !

Je ne prendrai que deux exemples pour illustrer, une fois encore, mon état d’irritation :

Un vol Paris Barcelone Paris, au départ de CDG, du 6 au 8 février 2017 : Montant total des taxes aéroport avec Air France : 49,43 euro. Montant total des taxes aéroport avec Easyjet : 18,82 euro !

Qui peut m’expliquer? La Cie aérienne nationale serait elle davantage taxée que ces consœurs étrangères, j’émets un sérieux doute.

Y aurait-il, dissimulé dans ce package surévalué de taxes, un revenu complémentaire perçu par la Compagnie, cela semblerait plus plausible.

Cette situation engendre néanmoins des conséquences plus que fâcheuses tant pour les transporteurs que les distributeurs. Ce manque de transparence sur les composantes du prix peut aussi être l’une des explications de l’intérêt grandissant que porte les voyageurs aux compagnies low cost.

dufrenne-jean luc-taxesProfessionnels, faisons entendre en masse notre voix pour que cette situation s’assainisse.

Un circuit ouest américain proposé par un tour operator français au printemps 2017. Un circuit classique affiché à un prix d’appel de 1 475 euro dont 470 euro de taxes à ce jour.

Le montant des taxes aéroport à ce jour sur un CDG LAX SFO CDG est de … 370 euro à ce jour

J’ai donc encore une fois du mal à comprendre ou je ne comprends que trop.

En effet, si le montant total du vol sec payé (principal et taxes) a peu d’incidence sur la rémunération du distributeur, celui-ci se rémunérant sur des frais de service dissociés, il en est tout autre sur la rémunération du distributeur qui est calculé par un pourcentage appliqué sur le montant HORS TAXES du forfait.

Le distributeur est donc encore une fois victime de cette « pirouette ».

En prenant ce second exemple, et pour une rémunération TO que nous fixerons arbitrairement à 11 % HT, l’agence va donc percevoir une rémunération de 1470 € – 470 € = 1000€ x 11 % = 110 €.

Soit une rémunération de 7,5 % ( 110 €/1470 €).

Le HT après le 11% prend ici toute son importance.

Je ne suis pas ici en train de démontrer qu’il faille rémunérer des taxes aéroport que le producteur paie en totalité aux compagnies. Je souhaiterai simplement que le producteur tienne compte, dans son assiette de rémunération, du montant réel des taxes qu’il paie et que les distributeurs soient, une fois encore, sensibilisés au réel décalage entre un taux de commission affiché en HT et le taux de commission net ou réellement perçu.

La transparence entre partenaires est vecteur de confiance et de fidélité, n’est ce pas ?

Bonnes ventes à tous

Jean-Luc Dufrenne





    3 commentaires pour “Hors Taxes, la formule magique ? par JL Dufrenne

    1. Ceci est exact en ce qui concerne les compagnies aériennes qui devraient s’aligner, toutefois ça l’est moins quand il s’agit de TO (puisque si la compagnie aérienne qui assure le vol fixe les taxes à 470, on est bien obligé de se baser là dessus) Donc tant qu’il y aura un écart sur les taxes à l’achat sur un même trajet (notez qu’un tel écart dans cet exemple le 470 étant souvent lié à un vol via un hub relativement cher comme LHR ou FRA par exemple) on sera bien obligé d’appliquer les taxes du vol en question puisqu’il s’agit du prix d’achat réel.

    2. Vaste sujet que les taxes d’aéroport, mais ce qui me semble anormal c’est que toutes les taxes YQ ou YR ne sont pas remboursables quand un billet est annulé avant départ , et elles représentent une part non négligeables: Toulouse St Martin départ 18 décembre sur AF : montant total des taxes :322.80 eur et YR 20000eur. Il y a une disposition qui aurait du être votée : ou en est ‘on et pourquoi obligatoirement demande en ligne, ne sommes nous pas capables de le faire en agence?

    3. Poussons le bouchon et l’exercice jusqu’au bout : comme c’est un circuit « classique » (j’imagine auto-tour basique) , si le distributeur le fait lui-même en assemblant le vol +la voiture+les hotels idem le TO et qu’il le vend au même tarif, quelle marge se fait-il ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Annulation IFTM Top Resa 2020 : les vraies raisons

Annulation IFTM Top Resa 2020 : les vraies raisons


18 septembre 2020 0

La crise sanitaire actuelle et ses conséquences s’inscrivent hélas dans la durée : interdiction...

L’ APST sauve les meubles

L’ APST sauve les meubles


4 septembre 2020 1

L’association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APST) a tenu à « remettre les pendules à...

L’ APST veut favoriser l’emploi dans le tourisme

L’ APST veut favoriser l’emploi dans le tourisme


26 août 2020 0

Pour bien préparer la reprise, l’ APST et la plateforme d’emploi spécialisée tourisme «...