Homo Ibericus garde un temps d’avance, par JL Dufrenne


L’Espagne et Turespana, l’office espagnol du tourisme, ont décidément toujours une longueur d’avance en matière d’innovations touristiques. On connait leur culture d’ouverture , génératrice de bien-être, pour toutes les clientèles touristiques qu’elle accueille et notamment pour la clientèle gay. Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle amplifie officiellement ce positionnement au travers d’opérations de grande envergure en direction des prescripteurs de « voyages pour gay » et plus particulièrement au travers d’un évènement qui vient de se dérouler à Torremolinos ce week-end :

« LGBTI tourism meeting » 

Pendant 4 jours, Turespana , le département touristique Costa Del Sol/Malaga, La ville de Torremolinos, le palais des Congrès de Torremolinos , le Conseil du Tourisme d’Andalousie et de nombreux partenaires privés ont accueilli près de 70 agents de voyages spécialisés dans le tourisme gay issus de plus de 40 pays au Monde dont le Japon, le Canada, les Etats Unis, le Mexique, le Danemark, la Colombie …

La séance d’ouverture du congrès fut présidée par le Maire de Torremolinos et plusieurs élus étaient présents en amont d’un workshop qui a accueilli plus de 80 professionnels de la région.

 

Il convient, à mon sens, de tirer plusieurs enseignements de ce rendez-vous :

– Une collaboration singulière des » publics et des privés » en direction d’une clientèle touristique rarement identifiée en tant que telle,

– Une volonté politique d’afficher la couleur ! (le rainbow flag est bien visible à de nombreux endroits de la ville)

– Un opportunisme assumé de voir passer à 10 % le nombre de touristes gay et LGBTI (Lesbian Gay Bi Transsexuel Intersexe) dans la ville et la région

On peut donc aussi se poser légitimement la question de ce qui fait une destination gay en général et pourquoi Torremolinos en particulier.

Pour qu’une destination attire les gays en nombre, il faut qu’elle réponde a minima à 3 critères : intérêt touristique et/ou culturel de la destination, structures d’hébergement dédiées ou « gay friendly », vie gay nocturne.

Torremolinos répond parfaitement à ces 3 critères : en dehors d’un climat très agréable quasiment tout au long de l’année, la ville se situe au cœur d’une région extrêmement riche en découvertes et à 15 mn de Malaga qui , décidément, mérite bien plus qu’ une escapade de quelques heures.

Le cœur de ville est remarquable et l’ouverture récente des Musées Picasso et Pompidou ne font qu’amplifier son attractivité.

La promenade agréablement aménagée qui longe la plage de Torremolinos à Benalmadena ravira tant les joggeurs que les promeneurs et l’ancien
village de cette station balnéaire mérite vraiment le détour.

Un hôtel, le Virtual, accueille quasi exclusivement une clientèle gay et beaucoup d’autres sont gay friendly. Un « chiringuito », à côté de la plage gay, accueille une clientèle essentiellement LGBTI.

Enfin, quand la nuit tombe, le quartier de la Noagalera, dans le Centre Ville , rassemble plus d’une trentaine de bars, disco, restaurants fréquentés majoritairement par une clientèle gay.

Beaucoup d’agents de voyages en France sont parfois désorientés lorsque des clients gay leur demandent conseil pour une destination pas trop loin, pas trop chère et adaptée à leurs attentes :

N’hésitez pas à leur proposer Torremolinos ou Malaga en adaptant l’hébergement (au très large choix) à leurs habitudes.

N’importe quelle agence est aujourd’hui en mesure de vendre ce type de produit en séjour. C’est probablement la raison pour laquelle il est difficile, en France comme dans beaucoup de pays au Monde, de dédier une agence de voyages à une clientèle exclusivement LGBTI.

Toutefois, les agences qui parviennent à se distinguer sont celles qui, comme nous, créent des produits spécifiques réservés exclusivement à une clientèle gay (privatisation de bateaux en Adriatique, Orient Express, Croisières de luxe, etc..) .

Une fois encore, c’est le service et la valeur ajoutée qui font la différence.
A bientôt.

JL Dufrenne

 





    1 commentaire pour “Homo Ibericus garde un temps d’avance, par JL Dufrenne

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Du golf à Palma au Son Gual, un tourisme qui roule au pas

Du golf à Palma au Son Gual, un tourisme qui roule au pas

1518 vues
17 janvier 2019 0

Si parfois, on vous emmène au bout du monde pour évoquer un parcours de...

Au Japon, la région de Setouchi prioritaire à visiter selon le New York Times

Au Japon, la région de Setouchi prioritaire à visiter selon le New York Times

1221 vues
16 janvier 2019 0

Le classement 2019 des destinations à visiter selon le New York Times est paru...

Russie : Un e-Visa tourisme plus ouvert d’ici 2021 ?

Russie : Un e-Visa tourisme plus ouvert d’ici 2021 ?

1277 vues
15 janvier 2019 0

La Russie, qui dispose déjà d’un système de délivrance de visas électroniques dédié à...