Les Français ont besoin de vacances


Selon le Baromètre réalisé par IPSOS, publié le 30 mai dernier, à la demande d’Europ Assistance, les Français partiront davantage en vacances en 2017, mais moins longtemps et avec un budget moindre, se rapprochant ainsi des habitudes des autres Européens.

Après la baisse observée en 2016, les prévisions pour les vacances d’été des Européens paraissent plus ensoleillées cette année : 63 % d’entre eux déclarent qu’ils partiront en vacances cet été, soit un gain de 9 points par rapport à 2016.

À égalité avec les Britanniques, 65 % des Français prévoient de partir en vacances, ce qui représente une augmentation de 8 points par rapport à l’année dernière.

Cette augmentation est observée dans tous les autres pays interrogés : 63% des Allemands (+8 pts), 61 % des Italiens (+9 pts), 60 % des Belges (+13 pts) et 58 % des Espagnols (+9 pts). L’Autriche (+3 pts) et la Suisse (sondée pour la première fois) auront le pourcentage le plus élevé de vacanciers, 66 % d’entre eux ayant des projets pour les vacances d’été.

Le phénomène s’étend aux États-Unis, où les projets de vacances sont en hausse de 5 points par rapport à l’année dernière, atteignant les 66%, un pourcentage également mesuré au Brésil (66 %, +2 pts par rapport à 2016).

De même, cette tendance concerne toutes les catégories sociales. Bien qu’il existe encore des décalages importants entre les familles à revenu élevé et les familles à faible revenu, l’augmentation des projets de vacances en Europe a été observée parmi les cadres et les employés de bureau (respectivement +5 pts à 77 % et +12 pts à 73 %), ainsi que parmi les ouvriers (63 %, +13 pts), les retraités (51 %, +6 pts) et les chômeurs (48 %, +12 pts).

Les séjours plus courts se multiplient, y compris en France…

L’augmentation du nombre de vacanciers s’explique en partie par une hausse des séjours plus courts, au lieu de longues vacances.

Il y aura plus de vacanciers français, mais ils partiront moins longtemps en moyenne : 2 semaines cet été, contre 2,7 en 2016. Les courts séjours sont également à la hausse : 8 % des vacanciers ne partiront que quelques jours (+4 pts par rapport à 2016) et 29 % d’entre eux partiront une semaine (+13 pts).

On observe simultanément une baisse des vacanciers français qui prendront 4 semaines ou plus de congé (10 %, -10 pts), tandis que le pourcentage de Français partant 2 ou 3 semaines reste globalement stable (respectivement 35 % et 18 %).

Dans l’ensemble, les Européens prendront 1,9 semaine de vacances cet été (contre 2,4 semaines l’année dernière). Tous les pays sont affectés par cette réduction de la durée des vacances d’été : la France, suivie de l’Allemagne (1,9 contre 2,5), l’Espagne (1,9 contre 2,3), l’Italie (1,7 contre 2,1), la Belgique (1,8 contre 2,5) et l’Autriche (1,8 contre 2,3).

… et entraînent un budget moyen en baisse

Puisqu’un plus grand nombre d’Européens a l’intention de partir en vacances cet été, et que la durée moyenne de leurs séjours est plus courte, le budget moyen est en baisse de 12 % par rapport à l’année dernière et s’élève à 1 989€.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Pourquoi le maire de Nice veut interdire sa ville aux touristes

Pourquoi le maire de Nice veut interdire sa ville aux touristes


15 janvier 2021 0

Pour endiguer l’épidémie de coronavirus qui prend dans les Alpes Maritimes une ampleur jamais...

Comment des fonds vautours ont mis la main sur Aeromexico, Avianca et Latam airlines

Comment des fonds vautours ont mis la main sur Aeromexico, Avianca et Latam airlines


14 janvier 2021 0

La faillite des trois géants latino-américains du transport aérien, tels que Latam Airlines, Avianca...

Des Champs Elysées obligés de se mettre au vert

Des Champs Elysées obligés de se mettre au vert


13 janvier 2021 1

Anne Hidalgo vient s’apposer sa signature pour le démarrage d’un grand projet environnemental, touristique...