easyJet dévoile sa vision pour le transport aérien européen


La Commission européenne planche en ce moment sur les dossiers aériens.

L’occasion pour easyJet de prendre la parole entre autres sur la réforme des redevances aéroportuaires et le Ciel unique européen : deux sujets problématiques et récurrents.

Les passagers ont largement bénéficié de la libéralisation du transport aérien, qui a conduit à une concurrence accrue entre les compagnies aériennes.

Ces 20 dernières années, celles-ci ont réduit leurs tarifs d’1 à 2 %. Toutefois, ces réductions n’ont pas été répercutées au sein des autres secteurs du transport aérien européen, notamment la gestion des aéroports et de l’espace aérien.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun contrôle efficace des charges et des services au sein des nombreux principaux aéroports européens en situation de monopole. Les passagers en sont les premières victimes payant ainsi plus qu’ils ne le devraient.

Pour ces aéroports particulièrement, easyJet suggère de renforcer la régulation et de réviser la Directive européenne sur les redevances aéroportuaires.

De nouvelles études conduites par Frontier Economics et publiées hier démontrent qu’une régulation plus consciencieuse des charges au sein des 15 principaux aéroports européens en situation de monopole, permettrait d’économiser 1,48 milliards d’euros soit l’équivalent de 12,3 millions d’allers simples, contribuant à l’accroissement des dépenses touristiques et à la stimulation des échanges commerciaux.

Au total, une meilleure gestion aéroportuaire au sein de l’Espace économique européen conduirait à une croissance de 37 milliards d’euros (+0,23 %) du PIB ou la création d’environ 470 000 emplois.

Carolyn McCall (photo), Directrice générale d’easyJet, a fait valoir la vision de la compagnie lors de ses rencontres avec Violeta Bulc, la nouvelle Commissaire européenne aux Transports, et invité l’Europe à mettre les passagers au cœur du processus.

« L’Union Européenne joue un rôle clé dans le soutien au secteur européen de l’aviation . Sans la libéralisation du Ciel unique européen, nous n’existerions pas dans notre forme actuelle. Dans l’intérêt des passagers et des consommateurs, nous croyons que ce cadre réglementaire doit reposer sur une concurrence libre et équitable, la liberté de choix avec des passagers au cœur du processus de décision. Nous appelons les décideurs européens à modifier la directive sur les redevances aéroportuaires et repenser le Ciel unique européen ».

Pour easyjet la concurrence entre les services d’assistance d’escale n’est aujourd’hui pas suffisante (le coût des prestations est trop cher par rapport au niveau de service offert) et il est de plus essentiel que les compagnies aériennes soient autorisées à échanger les créneaux dont elles disposent afin d’en optimiser les utilisations.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Voyages et déconfinement : Que va-t-il rester du pavillon aérien français ?

Voyages et déconfinement : Que va-t-il rester du pavillon aérien français ?

1533 vues
2 juin 2020 0

Le déconfinement arrive tout doucement et le réveil n’est pas très heureux. Plus le...

Tourisme : Encore un géant qui abandonne

Tourisme : Encore un géant qui abandonne

5407 vues
29 mai 2020 2

Depuis la crise sanitaire du coronavirus, beaucoup de groupes de distribution, tourisme ou autres,...

Les chinois vont-ils continuer d’investir dans le tourisme en Europe ?

Les chinois vont-ils continuer d’investir dans le tourisme en Europe ?

1973 vues
28 mai 2020 0

Le géant chinois du tourisme et du voyage en ligne continue de faire son...