Difficultés du transport aérien : le point de vue tranché de Marc Rochet


Marc Rochet est une véritable « pointure » dans le transport aérien français. Non content de diriger deux compagnies aériennes d’exception, Air Caraibes et French Bee, il réalise la gageure d’en tirer des bénéfices. A l’occasion du dernier congrès Manor à Monaco, il a bien voulu répondre aux questions de La Quotidienne.

Quelles conséquences pour le transport aérien français va avoir selon vous l’arrivée de Google Flight et plus généralement des GAFA dans le voyage ?

L’impact va être majeur. Non pas sur la distribution aérienne mais sur les compagnies aériennes elles-mêmes. Les GAFA sont dans une logique d’évolution permanente. Elles évoluent beaucoup plus vite que les transporteurs aériens.
Et le renouvellement technologique des compagnies aériennes n’est pas en cause (les Gafa ont et auront les mêmes contraintes que les compagnies aériennes notamment en matière d’environnement).
Je regrette d’ailleurs qu’en Europe, nous n’ayons pas été capable de créer un concurrent sérieux à ces géants, principalement américains.
Le transport aérien représente entre 8 et 9 % du PIB mondial, c’est donc clairement un marché qui intéresse les géants américains (et chinois également).

On peut s’attendre à une triangulation entre l’aérien, l’hébergement et le loisir. Avec en plus une parfaite maitrise de la chaîne globale dont la Data du client.

Est ce irrémédiable ?

Pour lutter contre cette hégémonie, il faut, selon moi, se recentrer sur le client. Connaitre son client, ses habitudes de voyages et savoir personnaliser le plus possible son service, sera la clé. Etre très rigoureux sur la gestion financière de son entreprise et ajouter une bonne dose d’affect, de passion et d’engagement.

Quel est selon vous l’avenir du low cost et particulièrement du low cost Long Courrier ?

En matière de moyen courrier, le low cost est aujourd’hui un modèle extrêmement performant. En Europe, il représente un peu plus de 50 % des segments (il y a 35 ans, les low cost n’existaient pas, ndlr). Elles ont ouvert beaucoup de routes et affichent des taux de satisfaction client plutôt bons.

Le maillage (national et européen) est également un facteur très important dans la réussite des low cost, avec une efficacité prouvée dans la sécurité des vols et l’organisation interne des compagnies.

Le modèle low cost va donc , selon moi, continuer à se développer et va prendre une part de marché de plus en plus importante.

Le Long courrier représente des montants plus importants avec des machines plus complexes et un système d’organisation très différent.

En Asie, le phénomène prend de l’ampleur. En Europe, je pense que Norwegian va s’en sortir et n’oublions pas French Bee qui, sans fausse modestie, prend une excellente voie.

Je rappelle que les low cost ne font pas d’économies sur la maintenance, qui est vitale et extrêmement réglementée et non plus sur le personnel qui n’est pas moins payé contrairement à ce que l’on pense. L’implication des collaborateurs est par contre très différente par rapport aux compagnies Legacy.

Les aménagements des avions se sont nettement améliorés avec souvent l’airbus A 350 (photo ci-contre) privilégié pour son confort et sa fiabilité.

Propos recueillis par PR





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Virgin Hyperloop fin prêt pour les touristes

Virgin Hyperloop fin prêt pour les touristes

1172 vues
4 mars 2021 0

Après un premier test réussi de transport de passagers en novembre dernier, Virgin Hyperloop...

Vues d’en haut : Air France, Korean Air, Qantas, Vueling, Jetstar, Qatar Airways, etc.

Vues d’en haut : Air France, Korean Air, Qantas, Vueling, Jetstar, Qatar Airways, etc.

1333 vues
3 mars 2021 0

Qantas et Jetstar prévoient de redémarrer les vols internationaux réguliers de passagers vers la...

Comment Air Astana compte rebondir face à la crise

Comment Air Astana compte rebondir face à la crise

1273 vues
2 mars 2021 0

Air Astana vient d’annoncer une perte de 94 millions de dollars pour 2020. Ce...