Des stations de ski au bord de la crise de nerfs


Avec un taux moyen d’occupation de 25 %, soit -70 % par rapport à 2019-2020, et une baisse de plus de 80 % de l’activité économique, les stations de montagne paient un très lourd tribut à la crise sanitaire. Le taux d’occupation tombe même à 19 % dans les stations d’altitude. Sur ces deux semaines, 1,5 Md d’euros de chiffre d’affaires a été perdu par l’ensemble de la filière.

Si certaines aides ont été annoncées par le gouvernement à la mi-décembre, le compte n’y est pas. La décision de fermer les remontées mécaniques est une catastrophe économique non seulement pour les stations à proprement parler mais aussi pour tout l’écosystème de la montagne. A cela s’ajoutent les mesures de confinement dès 18 heures en particulier pour les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes et les Vosges.

Malgré la situation, les stations de montagne ont fait preuve de responsabilité en accueillant les vacanciers avec des dispositifs sanitaires adaptés conformément au protocole sanitaire national.

Dans ce contexte, Jean-Luc Boch, Président de l’ANMSM et de France Montagnes, demande au gouvernement de redonner des perspectives aux acteurs de la montagne (les vacances d’hiver représentent 40 % du chiffre d’affaires de la saison) en réouvrant au plus vite les remontées mécaniques, dès le 7 janvier prochain comme indiqué par le Premier ministre, ainsi qu’en soutenant financièrement très fortement les communes support de stations qui vont perdre une grande partie de leurs recettes.

Sans visibilité quant à la date d’ouverture, la situation économique liée aux vacances de février deviendra rapidement intenable.

Les élus et professionnels des stations de ski
poursuivent leur mobilisation. C’est la survie d’un modèle économique et de dizaines de milliers d’emplois qui est en jeu.

Pas de risques prouvés

Domaines Skiables de France qui propose que les premières autorisations d’ouverture soient données dès maintenant suivant la situation sanitaire de chaque département et que ces ouvertures soient accompagnées des évaluations préalablement à la période des vacances scolaires.

A ce jour, aucune étude ne prouve que des activités individuelles à l’extérieur, au grand air, soient à risque (y compris sur les remontées mécaniques où le masque sera obligatoire).

A 4 semaines des vacances de février, l’enjeu est majeur pour remettre en route les stations de ski, privées de 80 % d’activité à Noël.

Domaines Skiables de France souhaite montrer par l’exemple que les protocoles sanitaires mis en place sont efficaces et que le ski n’est pas une activité à risque.





    2 commentaires pour “Des stations de ski au bord de la crise de nerfs

    1. Il ne serait pas envisageable de ne délivrer un forfait que sur présentation d’un test négatif, voir de n’autoriser l’accès aux stations qui le peuvent qu’avec le résultat de ce test? Ca parait simplissime….

    2. Et avec le brexit , la suppression du TGV « snowtrain » qui amenait les clients britanniques au pied des stations savoyardes, suppression annoncée l’été dernier qui n’a fait réagir aucun acteur de la montagne bizaremment, on aura zéro britannique et c’est déjà -70% de CA minimum pour LES écoles de ski indépendantes (il n’y a pas que les rouges..) et beaucoup de magasins ,taxis, prestataires qui vivent grâce à cette manne de touristes comme les sociétés de remontées mécaniques , pas pressées d’ouvrir car elles savent que l’hiver est foutu.

      l’hiver 20/21 est une catastrophe économique annoncée depuis longtemps, il n’y a que les dirigeants incompétents qui sont surpris.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Le concurrent chinois d’Airbus et Boeing fait son marché

Le concurrent chinois d’Airbus et Boeing fait son marché

3481 vues
1 mars 2024 0

L’avionneur public chinois Comac, le plus sérieux concurrent de l’européen Airbus et de l’américain...

Groupe Jumeirah : nommée il y a à peine un an, pourquoi la PDG quitte son poste

Groupe Jumeirah : nommée il y a à peine un an, pourquoi la PDG quitte son poste

2305 vues
29 février 2024 0

Lundi dernier, c’est par un message interne au Groupe Jumeirah que Amid Kauskal, CEO...

Pourquoi TUI fait le bonheur de l’aéroport de Brest

Pourquoi TUI fait le bonheur de l’aéroport de Brest

3592 vues
28 février 2024 0

Le tour opérateur TUI, présent à Brest depuis plus de 20 ans, va exploser...