Des salariés d’ Aéroport De Paris au bord de la crise de nerfs


Aéroports de Paris traverse en ce moment la plus grande crise de son histoire. En plus des conséquences économiques désastreuses dues à la pandémie actuelle, dont on ne voit toujours pas la fin, le climat social dans l’entreprise s’est largement détérioré. La Quotidienne se fait l’écho de la grogne du syndicat CFE-CGC ADP, première organisation syndicale de l’entreprise.

Alors qu’un accord de RCC signé fin 2020 par les syndicats prévoyait déjà le départ de 1 150 des 6 400 salariés, la direction veut imposer des baisses de rémunération et menace de licencier. Inacceptable pour Véronique Pigueron, présidente de la CFE-CGC ADP.

Elle précise ainsi «  dans le contexte de crise sanitaire et sociale de la pandémie, les syndicats d’ADP ont été appelés à participer en 2020 à des négociations sur trois projets d’accords : RCC (rupture conventionnelle collective), APLD (Activité partielle de longue durée) et APC (accord de performance collective) ».

La Direction exigeait la signature indissociable de ces trois accords, sous la menace de mesures unilatérales à l’encontre des salariés.

Faute d’obtenir l’accord majoritaire des syndicats représentatifs, refusant de céder à des pressions inacceptables, les négociations ont finalement repris pour déboucher sur la signature unanime d’un accord RCC, prévoyant 1 150 départs volontaires de l’entreprise, dont 700 non remplacés, ce qui représentait un effort conséquent pour le personnel restant dans l’entreprise, concernant leurs conditions et leur charge de travail !

« La Direction d’ADP, rappelle Véronique Pigueron, dans la foulée de la signature de cet accord qui interdisait tout licenciement économique avant janvier 2022, a prévu d’imposer des modifications DEFINITIVES des contrats de travail, entraînant des pertes financières de plusieurs milliers d’euros , ainsi qu’une clause de mobilité géographique imposée, sous la menace d’un licenciement, dans le cadre d’un PSE, entrant en vigueur en janvier 2022, pour tous les salariés réfractaires !

Les salariés, bien qu’ayant subi plus d’une année d’activité partielle, étaient prêts à consentir un sacrifice financier temporaire et proportionné pour surmonter la crise; la CFE-CGC a donc proposé, avec persévérance mais en vain, une clause formelle de « retour à meilleure fortune »!

« EN MÊME TEMPS », le groupe ADP endettait l’Entreprise pour plus de 10ans en achetant des aéroports à l’étranger, investissant 1,2 Milliard d’euros aux Indes, 400 millions d’euros au Kazakhstan, etc.. et faisait bénéficier son équipe dirigeante d’une augmentation de 10 % en 2020 ! Grande preuve d’éthique et de solidarité !!!

ADP, qui était considérée comme un modèle d’entreprise à mission est devenu sous l’autorité d’Augustin de Romanet, qui préside Paris Europlace, une entreprise à vocation purement financière dont le PDG peaufine le dégraissement et l’appauvrissement de ses salariés.

De plus, que la Direction d’ADP s’octroie le droit de modifier, de facto, unilatéralement et définitivement les contrats de travail, représente un précédent très dangereux pour les droits de tous les salariés !

Cette Direction, méprisante et autiste aux propositions des syndicats depuis plusieurs mois, contraint les salariés à manifester autant que nécessaire pour être enfin entendus par elle et son actionnaire majoritaire, aux abonnés absents…l’Etat ! conclut la présidente du syndicat.





    5 commentaires pour “Des salariés d’ Aéroport De Paris au bord de la crise de nerfs

    1. Des propos pas digne d’une responsable syndicale. Mais plus rien ne m’étonne venant de ces responsables, qui ne défendent que ce qui ne les concernent ou leur garde rapprochée… Entre la direction d’adp et celle de la CGC, les salariés ne sont pas aidés…

    2. Le mot de Veronique Pigueron es inapproprié effectivement. Mais le fond de l’article est ailleurs :
      suite a plusieurs réorganisations désastreuses les conditions de travail sont devenues plus que pénibles depuis 5 ans ; S’est ajouté le covid tout le monde comprend que la situation a changée et qu’il faut faire des efforts mais aujourd’hui on nous oblige a accepter le couteau sous la gorge des baisses de rémuneration définitives. Quand romanet gras comme une oie de noel avec ses 450000€ annuels dit que personne n’aura de diminution de salaire de plus de 7% c’est faux lui et son quarteron s’augmentent de manière indescente tandis que l’on perd entre 15 et 20% du salaire 2019. personnellement en 2020 et 2019 j’ai perdu 11,5% de rémunération et j’ai encore subit une baisse de rémunération entre le 1er semestre 2020 et aujourd’hui.

      Je comprends et j’envie les gens qui ont pu trouver une porte de sortie avec le RCC. d’ailleurs sur 1150 départs proposés il y a eu plus de 1600 candidats.
      En 26 ans de boite je n’ai jamais vu autant de gens démotivés, démobilisés. LA force de cette entreprise résidait dans la motivation et l’implication des employés tous passionnés par l’aérien. La direction a du mal a comprendre qu’ADP sans la compétence de son personnel CA VAUDRA BIENTOT ZERO Euros

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bonnes vacances à tous … et faites vous vacciner vite !!!

Bonnes vacances à tous … et faites vous vacciner vite !!!

4936 vues
15 juillet 2021 2

Toute la rédaction de La Quotidienne vous souhaite de joyeuses vacances d’été et vous...

Tourisme spatial : comment Branson a gagné son pari contre Jeff Bezos

Tourisme spatial : comment Branson a gagné son pari contre Jeff Bezos

3502 vues
13 juillet 2021 0

Le célèbre milliardaire anglais Richard Branson a rejoint l’espace, dimanche 11 juillet dernier, à...

Royaume Uni : des touristes en force aux Baléares et aux Canaries

Royaume Uni : des touristes en force aux Baléares et aux Canaries

2684 vues
7 juillet 2021 0

Les réservations touristiques britanniques à destination des Baléares et des îles Canaries ont explosé...