Delta, United et American dans le viseur de Trump ?


Les hauts dirigeants des trois des plus grandes compagnies aériennes aux États-Unis ont rencontré le président Donald Trump, après l’envoi de leur courrier au Secrétaire d’État, Rex Tillerson. Les patrons des trois compagnies américaines réclamaient des mesures contre les subventions gouvernementales données à leurs concurrents dans le Golfe. Il semble que la réponse du nouveau président n’ait pas vraiment répondu à leurs attentes.

Une plainte contre les compagnies du Golfe

Selon les informations diffusées par des médias américains, le courrier indiquait : « Les transporteurs du Golfe ont reçu plus de 50 milliards de dollars en subventions de la part de leurs gouvernements depuis 2004 ».

« Si rien n’est décidé, nous continuerons à voir les transporteurs du Golfe se développer sur le marché américain. Ils risquent de provoquer des dommages sur l’emploi dans notre pays. ».

Ils ont ajouté que les accords « d’open-sky » permettent aux transporteurs du Golfe de voler librement vers les États-Unis.

C’est ce que les patrons des grandes compagnies aériennes américaines voudraient voir supprimer ou réduire.

Donald Trump a confirmé que leurs rivaux font de gros investissements aux US

Le président américain aurait mis en garde les compagnies aériennes américaines qui leurs rivaux étrangers apportent des investissements cruciaux à la nation, en soutenant des emplois et l’industrie du tourisme.

Tout en promettant de les soutenir face à une concurrence difficile, le président leur aurait posé des questions : « Permettez-moi de vous demander : que pouvons-nous faire pour rendre vos compagnies aériennes meilleures, d’avoir de plus beaux bilans financiers, de créer plus d’emplois, de gagner des parts de marché dans le monde entier ? « « Donnez-moi des suggestions pour que nous vous rendions la vie plus facile et que vous puissiez employer beaucoup plus de personnels américains ? ».

Emirates avait déjà signalé sa contribution à l’économie américaine

Emirates comme les autres compagnies du Golfe avaient déjà signalé qu’elle employait des milliers de personnes aux Etats-Unis. Emirates rappelle qu’elle a déjà commandé 346 Boeing 777 d’une valeur de 140 milliards de dollars au prix catalogue depuis 1991 sans parler des frais de maintenance et de réparation effectués par GE. Au-delà des chiffres, c’est la US Travel Association et son président, Roger Dow, qui s’est exprimé en faveur de la concurrence et des compagnies du Golfe

L’US Travel Association défend les compagnies du Golfe

L’Association des agences de voyages aux Etats-Unis avait également fait entendre sa voix : « les accords de « ciel ouvert » ont permis de créer des centaines de milliers de nouveaux emplois dans le monde du voyage et en particulier dans l’industrie aéronautique. Cela a conduit à des baisses de tarifs pour les voyageurs, plus les vols vers d’importantes destinations et de nouvelles opportunités pour les compagnies aériennes des États-Unis ».

Il semble que les « big three » n’ont pour le moment pas obtenu gain de cause. Mais elles sont assez puissantes pour tenter de faire pression sur l’administration américaine. En attendant, Donald Trump aurait réclamer une amélioration des aéroports …mais en ajoutant qu’il n’aimait pas les taxes … !!!

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Nouvelles du ciel : Garuda Indonesia, Alitalia, Finnair, Luxair Luxembourg airlines, El Al, Austrian Airlines, etc

Nouvelles du ciel : Garuda Indonesia, Alitalia, Finnair, Luxair Luxembourg airlines, El Al, Austrian Airlines, etc

2228 vues
10 juillet 2020 0

Le nombre de vols d’ Alitalia sur la Sicile et les Pouilles est en...

Level France arrête toutes ses opérations

Level France arrête toutes ses opérations

9639 vues
9 juillet 2020 31

Le groupe IAG, propriétaire de Bristish Airways, Iberia ou encore Vueling a décidé de...

Lufthansa baisse le salaire de ses dirigeants

Lufthansa baisse le salaire de ses dirigeants

1653 vues
9 juillet 2020 0

Les 9 milliards d’euros d’aide publique ne suffiront pas à mettre de l’ordre dans...