Pas de vacances pour les Européens cet été ?


La 16ème édition du Baromètre d’Europ Assistance sur les Vacances d’Été montre qu’en 2016, les Européens seront moins nombreux à partir en vacances d’été (54 %, – 7 pts par rapport à 2015). En comparaison, les Américains et les Brésiliens seront plus nombreux à partir (respectivement 61 % et 64 %).

Après l’embellie de l’année dernière, les intentions de départ en vacances d’été repartent à la baisse cette année dans la plupart des pays européens. 57 % des Français envisagent de partir cet été, soit un recul de 6 pts par rapport à 2015.

La tendance se vérifie dans les autres pays : – 7 pts auprès des Allemands (55%), – 11 pts pour les Espagnols (49%), – 8 pts chez les Italiens (52 %), et – 10 pts auprès des Belges (47 %). Seule l’Autriche fait figure d’exception avec un taux stable par rapport à l’année dernière (63 %, + 1 pt).

La situation outre-Atlantique apparaît plus positive : les Américains et les Brésiliens affichent des taux supérieurs (respectivement 61 % et 64 %), proches des niveaux observés l’année dernière dans les pays européens.

Un poste « vacances » impacté par la baisse du pouvoir d’achat pour les ménages les plus modestes

C’est en Europe du Sud que la tendance est la plus lourde : 35 % des Italiens et 26 % des Espagnols ne seront pas en mesure de financer des vacances cette année, contre 20 % des Français et 15 % des Belges.

Le budget « vacances » apparaît, en effet, comme l’un des postes les plus difficiles à maintenir pour les Européens modestes : 21 % des ouvriers et des retraités déclarent qu’ils renonceront à ce poste budgétaire en 2016, contre seulement 11 % des cadres et 13 % des employés.

Le budget moyen des Européens qui partiront en vacances se maintient globalement alors que le tourisme local se renforce dans les pays latins

Bien que le budget moyen des pays d’Europe du Sud tend à augmenter cette année, 2 045 € en Italie (+ 337 €) et 1 886 € en Espagne (+ 167 €), celui-ci reste sensiblement inférieur à la moyenne européenne (2 247 €). Cela explique que le poste « budget » demeure parmi les trois premiers facteurs jouant un rôle essentiel dans le choix de la destination des résidents des pays d’Europe du Sud.

Le budget des Français se situe quant à lui exactement à la moyenne cette année, à 2 233 €. Ces derniers sont les vacanciers qui partent le plus longtemps l’été avec une moyenne de 2,5 semaines, contre 2,1 semaines en moyenne en Europe.

En termes de destinations, des changements sont perceptibles par rapport à l’année dernière dans les pays latins, où la tendance est à un renforcement du tourisme local : 64 % des Français envisagent de rester en France pour les vacances (+ 7 pts par rapport à 2015), 69 % des Espagnols (+ 4 pts), et 74 % des Italiens (+ 12 pts).

La préoccupation à l’égard du risque d’attentat arrive juste après celle sur le climat

Si le facteur « climat » reste le principal facteur d’influence sur le choix de la destination (42 %), le risque d’attentat arrive juste derrière (40 %). En France et en Italie, les taux sont légèrement inférieurs à la moyenne (37 % respectivement) et c’est en Belgique qu’il est le plus bas (23 %).

Certains pays seront plus particulièrement évités cette année par les vacanciers européens qui prennent en compte le risque terroriste dans leur choix de destination : les vacanciers français éviteront ainsi en majorité l’Egypte et les pays du Maghreb (47 % d’entre eux), comme les vacanciers espagnols et italiens (21 %). La France est quant à elle évitée par les Brésiliens (36 %), les Américains (20 %) et les Italiens (17 %, ex aequo avec l’Egypte).

Les Français mieux assurés contre les risques que la moyenne des Européens

Face aux risques, les Français sont globalement mieux couverts que la moyenne des Européens, notamment pour un problème concernant leur domicile pendant leur absence (91 % contre 57 %).

Viennent ensuite un problème de santé les touchant eux-mêmes ou une personne qui les accompagne (85 %), une panne de véhicule (80 %), la perte d’effets personnels (71 %) ou un accident de transport (69 %).

Enfin, il est intéressant de noter que 13 % des Européens expliquent être couverts par un contrat d’assurance contre le risque d’attentats alors que ce taux s’élève à 29 % parmi les Français.

Mode d’hébergement : l’exception française, ou le succès des locations saisonnières

Alors que l’hôtel reste la solution d’hébergement envisagée par la majorité des vacanciers européens, américains et brésiliens, les Français se distinguent par une préférence marquée pour la location saisonnière : 38 % d’entre eux ont l’intention de louer un appartement ou une maison pour leurs vacances d’été, alors que ce taux se situe entre 20 % et 30 % pour l’ensemble des autres pays.

En outre, les Français sont les plus intéressés par la location d’un logement de vacances directement auprès d’un particulier (46 % contre 34 % en moyenne pour les Européens, 38 % pour les Américains et 36 % pour les Brésiliens).





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La lettre poignante du président de Tui sur le Covid-19

La lettre poignante du président de Tui sur le Covid-19

12480 vues
2 avril 2020 0

Fritz Joussen, le PDG de TUI, vient d’écrire une lettre de sa propre main...

Monaco a son plan pour sauver son économie touristique

Monaco a son plan pour sauver son économie touristique

2717 vues
1 avril 2020 0

Pour les spécialistes et les autorités de Monaco, l’activité touristique en Principauté risque d’être...

Quand les acteurs du tourisme se mobilisent pour les hôpitaux

Quand les acteurs du tourisme se mobilisent pour les hôpitaux

1840 vues
31 mars 2020 0

La période est terriblement difficile pour les agences de voyage et les voyagistes mais...