La croisière garde son rythme…


Réuni en workshop, l’association Internationale des Compagnies de Croisières (Clia) a dressé le bilan 2015 qui s’avère très positif.

L’Europe toutes voiles dehors

Les chiffres annoncés montre un réel dynamisme du secteur en Europe, la production de l’industrie de la croisière atteint 40,95 milliards d’euros en 2015, soit une hausse de 2 % versus 2014, c’est un record jusqu’ici jamais atteint. 10 000 nouveaux emplois ont été crée en 2015 en Europe ce qui porte à 360 571 le nombre d’employés dans l’industrie de la croisière.

croisières-2Si les croisières continue de croître dans d’autres régions du monde, l’Europe reste essentielle pour la dynamique du secteur. Cette tendance est soutenue par trois facteurs clés :

• L’Europe représente le deuxième plus grand marché source de passagers au monde – 6,6 millions d’Européens sont partis en vacances sur un navire de croisières en 2015, 3 % de plus qu’en 2014.

• L’Europe reste la deuxième destination de croisière la plus populaire au monde, derrière les Caraïbes. L’étude a montré que 6,12 millions de passagers ont embarqué sur des navires de croisières depuis des ports européens en 2015, soit 4,5 % de plus que l’année précédente.

• En tant qu’épicentre de la construction mondiale de navires de croisières, les chantiers navals européens continuent de construire les navires les plus innovants et les plus importants au monde avec des dépenses liées aux nouvelles constructions ainsi qu’à la maintenance, de plus en plus importantes pour la quatrième année consécutive. 48 navires de croisières sont actuellement dans les carnets de commandes des chantiers navals européens jusqu’en 2019, avec une valeur totale de plus de 27 milliards d’euros.

En 2015, les compagnies de croisières ont dépensé 4,6 milliards d’euros dans les chantiers navals européens, ce qui représente une augmentation de 1,2 % de leur chiffre d’affaires par rapport à 2014.

« Nous nous réjouissons que la contribution économique de la croisière en Europe et à l’échelle nationale enregistre un nouveau record pour l’année 2015, démontrant ainsi clairement l’importance que représente notre industrie dans le paysage touristique et industriel. Les compagnies sont engagées dans des programmes de construction de nouvelles unités toujours plus innovantes et respectueuses de l’environnement, contribuant fortement à l’augmentation des retombées dans le secteur de la construction et de la réparation navale, et offrant aux chantiers français une visibilité sans précédent. L’action des ports membres de CLIA permet également d’attirer de plus en plus d’escales grâce aux efforts réalisés en matière de qualité d’accueil des navires, des passagers et des membres d’équipage, confortant des retombées économiques importantes sur l’ensemble du territoire français. », a expliqué Georges Azouze, président de CLIA France.

La France en tête

La contribution économique directe de la France progresse de près de 11 %, atteignant un nouveau record à 1,238 milliard d’€. Le nombre de passagers ayant embarqué en France atteint également un nouveau record avec 309.600 passagers.

croisières-3« La croisière est durablement installée dans les options de vacances des français, nous avons divisé par trois le prix d’une croisière sur ces 20 dernières années. Elles sont de plus en plus adaptées aux désirs des plus exigeants. Outre les bars, attractions intérieures et extérieures, la gastronomie reste une expérience très importante pour une croisière qui se fait forcément en pension complète. Certains, parmi les plus gros bateaux de croisières offrent jusqu’à 30 options de restaurations différentes » assure Cedric Rivoire-Perrochat, Directeur Général de CLIA France.

La croisière en chiffres :

 39 compagnies de croisières domiciliées en Europe, opérant 123 navires d’une capacité d’environ 149 000 lits.

 73 autres navires d’une capacité de 100 000 lits sont déployés en Europe par 23 compagnies de croisières non-européennes.

 40,95 milliards d’euros de retombées économiques totales.

 360.571 emplois.

 11 %, c’est la contribution économique directe de la France.

 +4 % en 2015 sur le marché source français (nombre de français ayant réservé une croisière) nouveau record 615.000 passagers.

 6 navires de croisières sont dans les chantiers STX de Saint-Nazaire pour des livraisons entre 2016 et 2019, valeur plus de 5,3 milliards d’euros.

 L’économie Française a augmenté de 1,2 % en 2015 et les prévisions de croissance sont de 1,4 % en 2016 et de 1,6 % en 2017.

Robert Kassous





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La lettre poignante du président de Tui sur le Covid-19

La lettre poignante du président de Tui sur le Covid-19

13371 vues
2 avril 2020 1

Fritz Joussen, le PDG de TUI, vient d’écrire une lettre de sa propre main...

Monaco a son plan pour sauver son économie touristique

Monaco a son plan pour sauver son économie touristique

2759 vues
1 avril 2020 0

Pour les spécialistes et les autorités de Monaco, l’activité touristique en Principauté risque d’être...

Quand les acteurs du tourisme se mobilisent pour les hôpitaux

Quand les acteurs du tourisme se mobilisent pour les hôpitaux

1841 vues
31 mars 2020 0

La période est terriblement difficile pour les agences de voyage et les voyagistes mais...