Coups bas à Cuba : le Tourisme sous haute tension


Sous l’administration Trump, on aura eu droit à une amplification du système des punitions des pays ou des entreprises qui ne suivraient pas les ordres de Washington. Cuba subit déjà de nombreuses restrictions depuis 1962 mais l’administration américaine en rajoute et les agences de voyages n’approuvent pas !

Il y a déjà eu les restrictions pour les croisières

Il y a quelques mois, Donald Trump a interdit les navires de croisière d’accoster à Cuba. Plus de 800 000 croisiéristes qui avaient réservé, ont été touchés par la mesure. Il s’agissait de « punir » le régime castriste pour son soutien au gouvernement vénézuélien (pas très sympathique aussi, il faut bien le reconnaître !).

Plusieurs compagnies de croisières, dont Carnival, Royal Caribbean et même MSC, ont mis fin à leurs liaisons avec Cuba.

La compagnie MSC Croisières a dû offrir des compensations

MSC avait immédiatement modifié ses itinéraires précédemment programmés, qui comprenaient une escale à La Havane. Cette mesure concernait notamment, le MSC Armonia, qui ne pouvait plus faire escale dans le port de la capitale cubaine. L’alternative est une escale prolongée à Cozumel, au Mexique. Les clients qui avaient réservé avant l’instauration des mesures américaines se sont vus offrir des compensations.

Désormais, c’est la suspension des vols

Le gouvernement américain a interdit les vols commerciaux de son territoire à toutes les villes de Cuba, à l’exception de La Havane.

Il faut dire qu’il y a 9 aéroports sur l’île. American Airlines est de loin le plus important transporteur américain à destination de Cuba.

La compagnie américaine exploite également le plus grand nombre de vols à destination d’aéroports autres que ceux de La Havane. Jet Blue est également concernée. En fait les aéroports concernés sont surtout : Camagüey, Holguín, Santa Clara, Santiago, Varadero.

Une association d’agences de voyages dénonce les mesures

L’association des agences de voyages « Cuba Educational Travel » (CET) a dénoncé le fait que la suspension des vols des États-Unis vers de nombreuses destinations à Cuba dans le cadre de la politique du gouvernement américain, est un coup dur porté surtout aux familles de l’île. Le président du CET, Collin Laverty, ajoute que « cette autre mesure est totalement contreproductive à va nuire à beaucoup de familles cubaines, les hommes d’affaires cubains et de nombreuses entreprises américaines. Les voyages entre les États-Unis et Cuba profitent à de nombreuses familles résidant dans les deux pays ».

Quel résultat depuis 1962 ?

L’embargo est en vigueur depuis 1962. Malgré les sanctions économiques, commerciales et financières, le régime cubain est toujours en place. Vers la fin de son mandat, le président Obama avait amorcé un rapprochement. Mais les tentatives de normalisation des relations entre les deux pays ont tourné court avec l’élection de Donald Trump.

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Expedia en plein dans la tourmente

Expedia en plein dans la tourmente

1609 vues
6 décembre 2019 0

Mark Okerstrom, le président opérationnel du groupe Expedia, et Alan Pickerill, le Directeur financier...

Déjà un million de voix contre la privatisation d’ Aéroports de Paris

Déjà un million de voix contre la privatisation d’ Aéroports de Paris

1216 vues
5 décembre 2019 0

Le Conseil constitutionnel a enregistré hier au 4 décembre 1 000 500 signatures en...

Les Seychelles à la reconquête des touristes Français

Les Seychelles à la reconquête des touristes Français

1735 vues
4 décembre 2019 0

Pour la deuxième année consécutive, les Français ne sont plus les premiers touristes aux...