Coup de plume de Pierre Doulcet : Ni Martin, ni Gugusse


DoulcetLa dernière plantade de mes confrères sur la non-mort de Martin Bouygues nous révèle combien ce métier de journaliste, qui fut l’essentiel de ma vie, risque actuellement de sombrer dans un « bobotisme » (qu’il soit de gauche ou de droite d’ailleurs) insultant pour nos glorieux anciens qui firent la grandeur de ce métier.

En effet, comment ne point s’apercevoir que dans la presse d’aujourd’hui, quelle que soit sa spécialité, l’obsession du scoop à tout prix (en ne prenant souvent même pas le temps de faire la moindre vérification), amène ma profession à un niveau de médiocrité méritant évidemment le scepticisme de l’opinion face à un tel amateurisme.

Si ce fiasco devait, en toute logique, se traduire par des sanctions exemplaires envers les confrères responsables de cette bévue grotesque, qu’ils ne comptent donc pas sur un flot de lamentations de ma part.

Car non seulement ils ont commis une grave faute professionnelle mais, par leur incompétence, ils ont en prime ridiculisé l’ensemble de la corporation.

Vous me direz – et ce n’est nullement une excuse – que les politiques eux aussi atteignent parfois des degrés de légèretés incompatibles avec leur fonction.

Même au plus haut niveau, à l’image de notre actuel président batifolant dans une ambiance à la Closer avec des actrices et son ex-compagne Ségolène aux Philippines, ou bien l’arrogance quelque peu méprisante de son prédécesseur (ne maîtrisant plus son vocabulaire) en traitant de » gugusses  » les quatre parlementaires qui se sont rendus à Damas, oubliant ainsi avec vélocité son invité d’honneur, Bachar el Assad, à la revue du 14 juillet 2008 et sa responsabilité indéniable (avec celle du bobo BHL) dans ce qui est devenu le chaos lybien…

Dommage. J’appréciais chez le bonhomme son dynamisme, nécessaire à notre pays oubliant trop rapidement à propos de la politique présente et passée, ce texte de Valéry selon lequel « l’Histoire est le produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré. Il fait rêver, il enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs, exagère leur réflexe et les conduit au délire des grandeurs  » …..

En ce début d’un mois reconnu pour ses giboulées de tous ordres, il ne me semble donc pas inutile, après l’épisode Charlie, de vous informer que je ne me sens donc ni « Martin » ni « Gugusse » !

J’ose espérer qu’il en ira de même de toute l’équipe de La Quotidienne que j’embrasse affectueusement.

Pierre Doulcet

Ps. Et comme toujours : pdoulcet@me.com





    2 commentaires pour “Coup de plume de Pierre Doulcet : Ni Martin, ni Gugusse

    1. Vous avez certes raison concernant certains loupés de nos
      anciens.
      Mais soyons justes .Ils n’avaient
      pas a leur disposition la technologie dont dispose aujourd’hui une agence comme
      l’AFP a l’origine du fiasco grotesque  » Martin  » !
      La course au  » scoop  » à tout prix
      sans vérification minimum et un
       » bobotisme  » grandissant ne sont
      pas non plus pour rien vis-à -vis
      de ce phénomène redoutable pour le journalisme actuel.
      Et merci pour votre opinion positive à mon égard. Même si je
      ne la mérite certainement pas en bien des points cela fait toujours
      plaisir venant d’un observateur (malheureusement anonyme !) de votre niveau.


    2. Cher ami

      Vous avez la mémoire courte et l’âge, comme le disait Victor Hugo « embellit le passé oubliant son quotidien ».

      Vos glorieux prédécesseurs ont connu quelques loupés. Rappelez vous Nungesser et Coli (Le succès du vol de Nungesser et Coli est annoncé, à Paris, vers 23 heures à l’Aéro-Club de France26. Plusieurs journaux français, dont les éditions spéciales de La Presse27 et des Ailes22, relaient l’information, mais ni l’Oiseau blanc ni ses pilotes ne seront jamais revus).

      Oublions la mort d’Hitler annoncé par le petit parisien en janvier 45 et quelques centaines de bévues identiques au fil de l’histoire de la presse. Sans même parler de Boulin (suicidé dans le dos) ou du célèbre « De Gaulle fuit en Allemagne » de l’Aurore après les premiers jours de mai 68.

      Les journalistes d’aujourd’hui me semblent tout autant impliqués que vous dans leur métier avec des outils magiques comme le numérique.

      Certes « tout était mieux avant » mais malheur, nous sommes aujourd’hui et le passé ne se refait plus. C’est la force de l’âge que de ne jamais s’arrêter à une époque qui n’existe plus !

      Bien à vous,
      Un lecteur qui reconnaît volontiers votre talent et admire votre carrière,

      Rick

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bonnes vacances à tous !

Bonnes vacances à tous !

1653 vues
15 juillet 2019 0

Toute la rédaction de La Quotidienne vous souhaite de joyeuses vacances d’été et vous...

Comment satisfaire ces touristes en mal de sensations ?

Comment satisfaire ces touristes en mal de sensations ?

2358 vues
12 juillet 2019 0

On pourrait croire que les touristes seraient effrayés par l’éruption d’un volcan ou un...

Départs de dernière minute : il reste encore des places en Tunisie

Départs de dernière minute : il reste encore des places en Tunisie

2142 vues
11 juillet 2019 0

Selon les professionnels de la distribution des voyages, notamment sur internet, les réservations traitées...