Coup de plume de P.Doulcet : Les Julies après les Pionniers !


doulcetEn ce début 2014, lorsque j’observe les répercussions de la politique sur l’exercice du métier d’agent de voyages et que je me souviens (et tant pis si certains ne vont pas me manquer de me traiter de radoteur) de époque insouciante, et néanmoins créatrice, pour cette profession des années 60 /70 durant lesquelles on vit apparaître les pionniers de la profession (les Maillot, Trigano, Polderman, Peyresaubes, Demonchy, Baladi, Pinson et j’en passe) où l’on trouvait alors incongru de mélanger  » tourisme  » et  » politique « ,  force est bien de constater que nous ne vivons plus dans le même schéma.

Nous sommes en effet passés, en matière de voyage, du besoin de découverte en totale tolérance, à la crainte, diffuse mais bien réelle, que la dite découverte se  retrouve piégée par un sectarisme violent.

Et cela justement à cause de la  » politique  » dont les pionniers d’ hier ne voulaient pas entendre parler en matière de tourisme.

Pour mieux les comprendre, il est nécessaire évidemment  de savoir que la » politique  » dans laquelle le « tourisme  » évoluait en ces temps joyeux, ignorait le fléau du terrorisme.

Un sacré détail permettant de mieux déchiffrer ce que nos pionniers considéraient , comme secondaire, et même hors propos, de mélanger les deux.

En dépit d’ailleurs de leur opinion personnelle (souvent négative) sur les dirigeants des pays en forte poussée touristique.dans leur propre production ou distribution .

Aujourd’hui la réalité du monde violent dans lequel la profession se doit d’évoluer se retrouve aux antipodes des conditions dans lesquelles nos pionniers faisaient alors découvrir de nouvelles destinations autres que l’hexagone !

Et dont l’optimisme ambiant de ce que l’on nomme les Trente Glorieuses en fut le moteur essentiel !

Mais oublions ce qui ne fut pas une légende et revenons au quotidien du « Conseiller en voyage » 2014, appellation préférée de notre perspicace Julie dont la vivacité dans ses réactions, souvent malicieuses, méritent de retenir l’attention des dirigeants de cette profession.

En effet, si d’aventure, chaque jour, Monsieur ou Madame Tout le Monde souhaitent connaître le pays dans lequel la politique n’aura guère d’influence sur le déroulement de leurs vacances, ils découvriront que les Conseillers en voyages, façon Julie, par la force des choses, sont devenus des fins connaisseurs en la matière.

L’ appui des Julies (masculin et féminin) en faveur de l’action démocratique des femmes tunisiennes, dont le tourisme devrait être le grand bénéficiaire, en est d’ailleurs l’exemple frappant.

D’où la nécessité pour la profession de mieux les associer aux manifestations, Assises, congrès et autres Rencontres de ce métier . Vous avez dit Réunion ?

Je dois avoir mal entendu !

Pierre Doulcet

Ps . Comme toujours: pdoulcet@me .com





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme durable : Pourquoi les professionnels du tourisme doivent agir ?

Tourisme durable : Pourquoi les professionnels du tourisme doivent agir ?

1413 vues
25 juin 2019 0

Il n’y a pas un jour où on ne parle pas d’une information sur...

Tension USA – Iran : quelles conséquences pour le tourisme ?

Tension USA – Iran : quelles conséquences pour le tourisme ?

1468 vues
24 juin 2019 0

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à leur comble depuis qu’un drone...

Tourisme en Amérique Latine : comment Globalia fait d’une pierre deux coups

Tourisme en Amérique Latine : comment Globalia fait d’une pierre deux coups

1434 vues
21 juin 2019 0

Le groupe espagnol, qui détient notamment Air Europa et la chaîne hôtelière Be Live,...