Comment faut pas confondre les deux !


julieVoilà Super Julie et son petit noir bien corsé du matin.

Ça faisait longtemps que je vous avais pas parlé de mon petit café. Faut dire que les merdouilles que je rencontre à l’agence ne m’arrivent pas toujours de bon matin, encore heureux !

Sinon, je finirai par faire des crises de mollesse tellement le précieux liquide m’aide, certains matins, à émerger.

Tiens, hier matin en a encore été la preuve éclatante.

De complètement avachie devant mon écran avec la tasse pleine, je me suis progressivement redressée au fur à mesure qu’elle se vidait. Ça y est, j’allais pouvoir enfin attaquer les difficultés.

Pas manqué. A peine avalée la dernière gorgée que le téléphone sonnait, déversant dans la foulée un joli lot d’insultes.

J’avais beau être réveillée, ça m’a sonné d’un coup.

Euh, on se calme, Monsieur. D’accord, t’es à Shanghai et le décalage horaire joue certainement en ta faveur, vu que t’as l’air totalement au taquet. Mais moi pas encore tout à fait, alors calmos steuplait !

Il m’a bien fallu trois bonnes minutes pour arriver à le calmer et lui demander de m’expliquer tranquillement son problème. Parce que c’est pas en hurlant que j’allais mieux comprendre.

Au contraire, souvent (je sais pas vous) Super Julie, elle se braque quand on lui crie dessus. Réflexe animal du fond des âges probablement !

Bon, il a fini par baisser le ton mais impossible de lui faire abandonner son vocabulaire plutôt (là je suis gentille) borderline.

Je me suis quand même résolue à l’écouter malgré ça. On allait pas y passer des plombes non plus. Quand un client vocifère au téléphone alors qu’il est à l’autre bout de la planète, c’est qu’en général, il y a un problème dont il va falloir s’occuper en urgence …et reléguer à plus tard toutes les premières lignes de la to do list du jour.

Et bien pas toujours.

Parfois, vous avez simplement affaire à un client pas très dégourdi qui a présagé de ses connaissances.

Le mien avait récupéré sa voiture de location sans poser aucune question sur certains points techniques, notamment le type de carburant adéquat. Et voilà qu’il était bloqué à la station service avec le gros doute d’avoir mis du diesel dans un réservoir essence ou inversement (il beuglait tellement que j’ai pas compris toutes les subtilités).

Euh, bouge pas, Monsieur, je prends mon jet privé, j’accoure et on vérifie tout ça ensemble autour d’un petit verre ! Lol !

Allez, on en voit vraiment de toutes les couleurs dans ce métier. Je vous embrasse tous bien fort et notamment les hommes qui fanfaronnent au volant de leur bijou et regardent les femmes comme des dangers potentiels de la route. S’ils savaient comme ils sont ridicules parfois…

Julie Labrune. 28 ans
Conseiller en voyages





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment j’échangerai quand même pas mon Throne …

Comment j’échangerai quand même pas mon Throne …

53323 vues
17 mai 2018 0

Bonjour à tous ! La rédaction de Laquotidienne.fr m’a fait parvenir tous vos petits...

Comment à l’ IFTM j’ai pas fait tapisserie !

Comment à l’ IFTM j’ai pas fait tapisserie !

56779 vues
2 octobre 2017 3

Grand bonjour à tous ! Oui je sais, ça faisait un bout de temps que...

Comment la charentaise, ben c’est pas forcement ringard !

Comment la charentaise, ben c’est pas forcement ringard !

34511 vues
12 juillet 2017 1

Coucou les p’tits loups, je rentre de quelques jours à la plage et cela...