Club Med, les enchères continuent


Le conseil d’administration du Club Méditerranée a donné son feu vert hier à l’OPA améliorée de Fosun présentée comme amicale par le groupe de loisirs et soutenue par son management.

« Le Conseil d’Administration a constaté que ce projet, étant le mieux-disant financièrement, combine l’intérêt des actionnaires, de la Société par un soutien à sa stratégie, et de ses salariés. Dès lors, le Conseil d’Administration a décidé à l’unanimité de recommander à ceux des actionnaires qui souhaitent bénéficier d’une liquidité immédiate, d’apporter leurs titres à cette offre  » précise le communiqué du Club.

Le conseil avait déjà favorablement accueilli la deuxième offre déposée le 12 septembre par Gallion Invest II, véhicule d’investissement majoritairement contrôlé par Fosun, estimant qu’elle alliait « augmentation de valeur pour l’actionnaire et volonté de poursuivre et renforcer la stratégie actuelle du Club Méditerranée« .

Fosun était revenu dans la course avec une offre de 22 euros par action, contrant celle à 21 euros de l’homme d’affaires italien Andrea Bonomi.

Dans un courrier adressé fin septembre au PDG du groupe Henri Giscard d’Estaing, le syndicat Unsa a fait part de ses critiques sur la stratégie prônée par Fosun, visant à développer le Club Med dans les pays émergents à forte croissance, principalement la Chine.

Estimant que « l’ancrage européen ne peut plus être garanti avec un actionnariat français à minima« , le syndicat a exprimé « l’inquiétude des salariés quant à leur devenir et à celui du Club dont l’avenir ne sera plus européen mais ouvertement chinois« .

Andrea Bonomi, s’est lui aussi manifesté auprès du conseil du Club. Après avoir demandé des données financières actualisées auxquelles il n’aurait pas eu accès, l’homme d’affaires a estimé, dans une lettre datée du 3 octobre, que les termes du financement de Gallion II pourraient « accentuer la pression sur le Club Méditerranée avec le risque identifié par les salariés de rationalisation de l’activité, ce qui comporterait des conséquences sociales négatives pour les salariés du siège et des villages ».

Le financier a également réitéré ses critiques envers une stratégie de développement « sans aucun engagement envers le marché français ou européen« , lui qui assure vouloir préserver « la France et l’Europe comme un actif essentiel du Club« .

Le marché parie quant à lui sur une poursuite de la bataille et une nouvelle surenchère, le titre Club Méditerranée s’échangeant, depuis la dernière offre de Fosun, nettement au-dessus des 22 euros proposés.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Thomas Cook Voyages : accords et désaccords

Thomas Cook Voyages : accords et désaccords

1483 vues
23 mai 2019 0

Les analystes boursiers (et certains organes de la presse professionnelle tourisme), s’en donnent à...

Un été touristique des français qui s’annonce très favorablement

Un été touristique des français qui s’annonce très favorablement

1361 vues
22 mai 2019 0

Hier matin avait lieu la conférence de presse des Entreprises du Voyage, le syndicat...

Comment Cannes veut séduire les start ups du Tourisme

Comment Cannes veut séduire les start ups du Tourisme

1292 vues
21 mai 2019 0

Déjà bien positionnée sur l’accueil de salons professionnels du tourisme et destination favorite des...