Le ciel du Costa Rica perturbé par un volcan en éruption


Le volcan Turrialba, proche du principal aéroport du Costa Rica est entré en éruption. Certains vols sont retardés, voir annulés. Cette information ne peut que nous inciter à évoquer un pays qui fait d’énormes efforts en matière de politique environnementale.

Un volcan qui culmine à 3340 m

Le volcan Turrialba est un volcan actif, qui se situe dans le centre du Costa Rica. Les touristes pouvaient faire des randonnées vers le bas du cratère principal. Cependant depuis deux ans, on a assisté à une augmentation de l’activité volcanique, ce qui a conduit à fermer le parc national entourant le volcan. Il fait partie des plus grands volcans avec celui d’Irazu au Costa Rica.

aéroport international Juan SantamaríaLe principal aéroport du Costa Rica perturbé

Bien que l’aéroport reste ouvert, certaines compagnies aériennes ont annulé ou retardé des vols vers le Costa Rica. Il n’y aurait pas eu d’alerte pour les cendres volcaniques, mais les compagnies décident de la dangerosité ou non du phénomène. L’aéroport international Juan Santamaría dessert la capitale du Costa Rica, San José.

Une politique environnementale rigoureuse

Depuis de nombreuses années, le gouvernement mène une véritable politique environnementale. Plus de 30 % de la superficie de ce petit pays de 51.000 km2 est protégée, à travers une vingtaine de parcs nationaux. L’image « verte » du pays n’est pas nouvelle. C’est Christophe Colomb qui aurait donné le nom de ce pays qui signifie « cote riche ».

L’éco-tourisme fait partie des gênes du pays

L’argument écologique représente le principal atout pour attirer des touristes plus nombreux chaque année. Dès 1997, les autorités ont mis en place une certification pour le tourisme durable (CST). Le but fondamental du CST est de faire de la durabilité une réalité pratique et nécessaire. Un des objectifs est d’améliorer la façon dont les ressources naturelles et sociales sont utilisées. On encourage la participation active des communautés locales.

costa rica 2Le concept du tourisme durable au Costa Rica est exemplaire

Le développement du tourisme durable doit être considéré comme l’interaction équilibrée entre l’utilisation des ressources naturelles et culturelles, l’amélioration de la qualité de vie au sein des communautés locales, et le succès économique de l’industrie, ce qui contribue également au développement national. Le tourisme durable est non seulement une réponse à la demande, mais aussi une condition impérative pour rivaliser avec succès maintenant et dans l’avenir.

Investissements dans les énergies renouvelables

Le Costa Rica a investi dans toutes les énergies alternatives. L’année dernière, l’état a produit durant 75 jours, 100 % de son énergie de manière renouvelable. Un record qui fera du Costa Rica le premier pays neutre en CO2 d’ici à 2022.

costa ricaLe tourisme représente une part importante du PIB

Le pays possède une superficie d’un peu plus de 50 000 km² pour 5 millions d’habitants. Mais ce sont 2,5 millions de touristes qui sont arrivés en 2014. Chaque année le pays augmente son tourisme de 5 % par an. L’activité touristique représente 7 % du PIB. Ce qui est loin d’être négligeable.

La mode des éco-lodges n’est pas nouvelle au Costa Rica

Le Costa Rica propose les meilleurs éco-lodges qui permettent aux visiteurs de produire un impact minimal sur l’environnement sans sacrifier au confort de ces hébergements. De nombreux établissements ont reçu une certification.

Lapa Rios EcolodgeNotre choix : Lapa Rios Ecolodge

La péninsule d’Osa est la destination où se situe la plus grande biodiversité du pays.

Le Lapa Rios Ecolodge est situé dans la forêt tropicale, offrant une vue sur l’océan et les nombreux sentiers naturels et les cascades. Les clients ont la possibilité d’en apprendre davantage sur les pratiques du développement durable avec une visite guidée destinée à mettre en évidence l’importance de maintenir les merveilles naturelles du Costa Rica.

Lapa Rios Ecolodge-2Le Lapa Rios combine un service exceptionnel avec un design unique pour créer une expérience haut de gamme dans la forêt tropicale. C’est cher, certes, mais pourquoi ne pas se faire plaisir ?

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Quand le pouvoir malgache s’improvise voyagiste

Quand le pouvoir malgache s’improvise voyagiste

1165 vues
12 juillet 2019 0

Le football peut rendre fou tant la passion est exacerbée. Actuellement, la Coupe d’Afrique...

Le Nouveau Brunswick, la province Canadienne qui veut attirer les groupes francophones

Le Nouveau Brunswick, la province Canadienne qui veut attirer les groupes francophones

2299 vues
11 juillet 2019 0

Parlez du Canada à un français et aussitôt il vous répondra Québec et Montréal...

Les défis futurs du tourisme monténégrin

Les défis futurs du tourisme monténégrin

1158 vues
9 juillet 2019 0

J’ai dressé hier un tableau flatteur du tourisme monténégrin. Il représente ma perception sincère...