Chez Salaün, Moscou fait bonne impression


teyssierJe viens de découvrir la Russie grâce à Pouchkine tours. Une marque de Salaün Holidays bien implantée à Moscou.

Je reconnais humblement que ma connaissance de Moscou se limitait à quelques poncifs datant le l’union soviétique.

J’avoue que mon orgueil d’européen, plein de préjugés et de clichés surannés, à été mis en lambeaux au cours de ce magnifique voyage parfaitement organisé par Pouchkine Tours.

Pourtant, dès l’arrivée à Sheremetyevo tout semblait conforme à mes préjugés. Le transfert de l’aéroport au centre ville confortait mon impression sur la capitale Russe. Une mégalopole de 13 millions d’habitants.

Le parcours était bordé d’immeubles sans charme. Je me sentais vaguement conforté dans mes certitudes. Funeste erreur.

Dès notre arrivée sur la rue Tverskaïa, j’allais déchanter. Nous nous sommes installés au luxueux Sheraton. Sur tous les écrans du hall, passaient en boucle des images de défilés de mode présentant de magnifiques modèles à la beauté slave tout en blondeur et à la démarche de chat. La nouvelle image des femmes russes.

Les hommes eux sont branchés, modernes et logotés. Des boutiques de toutes les enseignes sont présentes partout.

La ville de Moscou est devenue un temple de la consommation. Un flot incessant de véhicules modernes haut de gamme.

De la lumière, beaucoup de lumières. C’est vrai que le Noël russe se terminait et nous entrions dans la période de l’épiphanie chère aux russes. Mes certitudes volaient en éclats.

D’autant plus que je découvrais l’existence du café Pouchkine, chanté par Gilbert Bécaud. Pourtant, je pensais qu’il n’existait pas. Mais un investisseur français avait repris l’idée du chanteur pour en faire un restaurant de luxe réputé pour la qualité de sa gastronomie et de son service et sa décoration.

Décidemment la nouvelle Russie était aussi réactive qu’opportuniste.

La visite de l’église du Christ-Sauveur, situé sur les bords de la Moskova. Une église orthodoxe détruite par Staline et reconstruite à grands frais à la fin du siècle dernier me confirmait une évidence. Le peuple russe était profondément religieux, voire mystique.

La suite du voyage le démontra clairement par la suite.

Le métro moscovite me redonnait quelques espoirs. Il était conforme à sa réputation. Immense, majestueux, somptueusement décoré. Un palais souterrain pour le peuple. Mais, c’est avant tout un moyen de transport rapide, fonctionnel et efficace. Un métro parfaitement propre et sécurisé.

Puis, ce fut la découverte de la forteresse du Kremlin. Ses tours rondes, ses édifices religieux qui côtoient le mausolée de Lénine.

La richesse de ses musées, dont le réputé palais des armures. Avec comme, symbole la basilique polychrome de Basile le bienheureux situé sur la Place Rouge (la place jolie.) La cathédrale de Kazan également reconstruite. Puis la Douma, siège du parlement de la nouvelle démocratie russe. Le théâtre Bolchoï autant de majestueux bâtiments de style néoclassique.

Autant de symboles de l’immense culture du peuple russe, de la richesse de son histoire. Un patrimoine architectural qui se mélange aux gratte-ciel de Moscou, qu’ils soient modernes ou soviétiques. Moscou est une ville bouillonnante et vie, en perpétuelle évolution. Totalement ouverte au modernisme et ouverte aux nouveautés.

La mise en scène et l’éclairage sont parfaits les bâtiments rénovés, mis en valeur. Cette partie de la ville m’a fait penser à Disneyland Paris. Du fait de la patinoire extérieure actuellement installée sur la place rouge je suppose.

Autre symbole de la nouvelle Russie, le Goum. Centre commercial crée à la fin du XIXe siècle qui fut nationalisé par les bolcheviks. Aujourd’hui, c’est un centre commercial regorgeant de produits de luxe occidentaux vendus à des prix souvent dissuasifs. Mais pour vos emplettes, les marchés locaux sont là pour vous permettre de découvrir une autre Russie. Celle du petit peuple moscovite. Une aubaine pour acheter vos souvenirs.

Seul souvenir du temps passé, notre guide, qui ne s’appelait pas Nathalie et elle travaillait pour Pouchkine tours. Elle avait pourtant conservée certains vieux réflexes de l’époque du socialisme triomphant. Elle était disponible, cultivée, rigoureuse. Mais totalement stressée par le comportement trop fantasque à son goût des touristes français.

En résumé, Moscou est une ville fascinante, d’une richesse cultuelle incroyable. Une métropole qui oscille entre modernité et tradition située à 3 heures 10 de Paris. Une destination idéale à découvrir au cours d’un long week-end ou d’une semaine.

Les russes sont accueillants. Historiquement, ils sont francophiles depuis longtemps. Pouchkine Tours sera votre interlocuteur idéal.

François Teyssier





    4 commentaires pour “Chez Salaün, Moscou fait bonne impression

    1. Bonsoir François,

      Vraiment, je vois mal où vous pouvez trouver une volonté de « censurer » dans ce que j’ai écrit. Et même si j’avais cette idée absurde, comment pourrais-je parvenir à mes fins ?

      Quant au « politiquement correct », je pense qu’il y a un malentendu que j’attribue aux (trop) nombreux sens que peut avoir cette expression.
      Cela dit, il est vrai que vos remarques sur la « nouvelle démocratie » russe, la « nouvelle image des femmes russes », et le « petit peuple moscovite » m’ont surpris.

      Pour le reste, l’impression très contrastée que Moscou vous a faite (et ce n’est pas étonnant), m’a paru assez amusante dans le fond. Mais je ne suis pas sûr que cela soit très motivant pour quelqu’un ne connaissant ni la ville ni le pays.

      Signaler ces points, à ma façon qui, je peux le comprendre, vous a paru un peu excessive, ne signifie pas que je ne respecte pas vos opinions. Réjouissons-nous d’avoir cette possibilité de dialogue, de débat, même au travers d’un compte rendu de voyage.

      C’est donc bien sincèrement que je vous salue et vous souhaite une bonne soirée !

    2. L’ambition de cette chronique n’était ni sociale, ni politique.

      Vos propos « politiquement corrects » et orientés me semblent
      peu appropriés concernant un article qui cherche uniquement à
      donner mes impressions, mes découvertes dans un pays
      que je ne connaissais pas et sur lequel je n’avais aucun
      a priori.

      Mais, c’est votre opinion et je le respecte, mais n’essayez pas de
      censurer celle des autres.

      Bien à vous,

    3. Bonjour,

      Drôle d’image tout de même de cette « nouvelle démocratie » (chacun appréciera comme il l’entend, et l’on n’oubliera pas l’Ukraine) : défilés de mode (avec remarque sexiste au passage), grandes marques internationales, luxe inabordable, religiosité et mysticisme, de grands et célèbres monuments aussi, puis… cette impression de Disneyland. Et une mention condescendante du « petit peuple moscovite ».
      Moscou n’est pas la Russie, ou pas tout-à-fait, et surtout Moscou n’est PLUS la Russie, hélas.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment aujourd’hui à 14h30, Thomas Cook France joue son avenir

Comment aujourd’hui à 14h30, Thomas Cook France joue son avenir

1795 vues
19 novembre 2019 0

A la suite de la remise des offres améliorées jeudi 14 novembre, un regroupement...

L’ APST doit tout changer désormais

L’ APST doit tout changer désormais

1489 vues
13 novembre 2019 0

Le Conseil d’Administration de l’ APST (Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme) réuni, le...

Manor boucle avec succès son congrès de Monaco

Manor boucle avec succès son congrès de Monaco

1865 vues
12 novembre 2019 0

Le 26ème congrès du réseau Manor à Monaco, du 9 au 11 novembre dernier,...