Brexit : Should I stay or should I go ? I Go finalement !


Les bureaux de vote ont fermé hier soir à 22h heure locale (23h en France). Coup de tonnerre : le Brexit a été voté par une majorité de Britanniques. Leur vie quotidienne devrait rapidement subir les conséquences concrètes de la sortie du pays de l’Union européenne avec évidemment des conséquences pour le tourisme. La situation pourrait même tourner à la catastrophe.

Should I stay or should I go, telle est la question à laquelle devaient répondre, par référendum, des millions d’électeurs britanniques mercredi 23 juin dernier. La Quotidienne, sans faire de pronostique, avait déjà proposé les 3 conséquences du Brexit (contraction de British et Exit) sur le secteur tourisme.

Brexit-voyage des anglais en franceLa Grande-Bretagne a accueilli l’an passé plus de 36 millions de touristes, dont près 70 % venaient de l’Union européenne. UKInbound l’association d’études spécialisée dans le tourisme Made In Britain craint donc le pire “C’est comme un suicide économique. Pourquoi se retirer volontairement d’un marché qui fournit les deux tiers de l’activité à nos membres ?”, s’interroge ainsi Deidre Wells, directrice de UKinbound.

Baisse du pouvoir d’achat des voyageurs

En cas de Brexit, les instituts de prévisions avait anticipé une chute de la livre sterling face à l’euro et au dollar. Les Britanniques devraient voir les prix augmenter pour leurs voyages à l‘étranger, ce qui pourraient réduire le nombre de voyageurs. Selon l’association des agences de voyages britanniques (Abta), qui a commandé un rapport intitulé « Quelles conséquences d’un Brexit sur le secteur touristique britannique ?  »

Le coût supplémentaire, pour une famille de quatre personnes, pour un séjour de huit jours dans un autre pays de l’Union européenne serait de 291 euros.

brexit-La France devrait elle aussi être directement impactée, car s’est la seconde destination des Britanniques derrière l’Espagne, avec plus de 6 millions de visiteurs en 2015. A l’inverse, le Royaume-Uni pourrait devenir une destination très attractive pour les touristes Français et étrangers puisque le taux de change pourrait être plus intéressant.

L’envol du prix des billets low cost

Invitée à l’aéroport de Londres-Luton pour répondre aux questions des journalistes et surtout des employés inquiets, Carolyn McCall, Chief Executive Officer d’EasyJet a été on ne peut plus claire : « La zone aérienne commune créée par l’UE permet à n’importe quelle compagnie européenne de voler n’importe où en Europe. C’est aussi simple que cela. Il n’y a ni limites, ni restrictions, ni coûts. C’est ce qui a permis de conserver des prix faibles, et à des compagnies aériennes comme EasyJet d’étendre leur réseau« .

Même discours pour Michael O’leary, le PDG Ryanair, militant de la première heure contre une sortie de l’Union qui s’attend à « l’apocalypse » sur les compagnies aériennes low-cost.

Avec cette sortie, les accords de ciel ouvert (1992) ne seront plus valables à partir de 2018, la hausse du prix des billets des compagnies présentes sur le sol britanniques étant d’après les spécialistes  inéluctable avec  des transporteurs du Royaume obligé de renégocier toutes les autorisations de vol avec chacun des pays membres.

L’hôtellerie impactée

L’hôtellerie d’outre-Manche enregistre depuis six ans des records d’arrivées internationales. 35,8 millions de visiteurs étrangers sont venus en Angleterre en 2015, c’est une hausse de 4 % rapportant quelque 21,8 milliards de livres sterling à l’économie du pays. Ici, l’impact de sortie est donc plus nuancé :

brexit-2 La sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne pourrait créer des contraintes supplémentaires, augmentation des taxes, frein à la libre circulation des biens et des personnes. Douanes, taxes, et peut-être même, une exigence de visas aux citoyens souhaitant entrer sur le territoire britannique, toutes ces contraintes hors UE, pourraient déstabiliser le développement du tourisme du Royaume-Uni.

 

Robert Kassous





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Pourquoi Costa annule les 5 premières croisières du Smeralda

Pourquoi Costa annule les 5 premières croisières du Smeralda

1307 vues
17 septembre 2019 1

Alors que la croisière inaugurale de 15 jours de son tout nouveau fleuron le...

Performances hôtelières tourisme : comment les Régions françaises se démarquent encore

Performances hôtelières tourisme : comment les Régions françaises se démarquent encore

1171 vues
16 septembre 2019 0

« Les performances hôtelières en juillet dernier sont contrastées après un mois de juin particulièrement...

Pourquoi le géant chinois du Tourisme Ctrip va changer de nom ?

Pourquoi le géant chinois du Tourisme Ctrip va changer de nom ?

1782 vues
13 septembre 2019 0

Ctrip, une des premiers groupes de voyages au monde, a l’ambition de réaliser une...