Booking.com fait l’unanimité contre lui


A la suite de la saisine de l’Autorité de la concurrence par les syndicats hôteliers français, qui avaient dénoncé certaines clauses figurant dans les contrats conclus entre les hôteliers et les agences de réservation en ligne, Booking.com a proposé des engagements, publiés sur le site Internet de l’Autorité de la Concurrence, laissant penser qu’il s’engagerait à supprimer temporairement la clause de parité tarifaire.

Après analyse, le GNI (Groupement national des indépendants) considère qu’il s’agit ni plus ni moins d’un tour de passe-passe destiné à valider le business model des OTA et leur marketing racoleur, réalisé sur le dos des hôteliers, spoliés de leurs droits élémentaires de piloter librement leur entreprise.

Didier Chenet, President du GNI« Chaque mois en France, six hôtels indépendants ferment. En refusant leur liberté tarifaire aux hôteliers, Booking.com vise avant tout à préserver sa rente et son modèle économique qui génère : l’augmentation et le lissage des prix, une dégradation de la rentabilité des hôtels, une information trompeuse pour les consommateurs, notamment sur les tarifs et le classement des hôtels et enfin une perte de recettes fiscales pour l’Etat français. » déclare Didier Chenet (photo), Président du GNI avant de poursuivre : « Nous sommes décidés à aller jusqu’au bout et à maintenir nos demandes de suppression de toutes les clauses visées dans notre plainte, celle de parité tarifaire dans son intégralité, et les autres même si cela doit prendre du temps ».

Pour beaucoup d’hôteliers, les propositions émises par Booking.com ne répondent en aucune manière aux préoccupations émises par les organisations professionnelles et notamment le GNI.

Elles maintiennent la parité tarifaire vis-à-vis des hôtels et ne la supprime que vis-à-vis de ses concurrents, ce qui conduira, en pratique, à maintenir la situation existante, au détriment des hôteliers et des consommateurs qui sont plus de 79 % à chercher et à réserver leurs chambres d’hôtels sur Booking. com

En vertu de cette clause, les hôteliers doivent proposer les mêmes prix sur tous ses canaux de réservation, en ligne et hors ligne, et même sur le site propre de l’hôtel.

Cette clause permet aux agences de réservation en ligne de pratiquer des montants prohibitifs de commissions, dès lors que la répercussion des commissions sur le prix des chambres est nécessairement lissée sur l’ensemble des canaux de distribution (site de l’agence de réservation en ligne et ceux de ses concurrents, site de l’hôtel, par téléphone, à l’accueil de l’hôtel etc.).

Si le dispositif proposé par Booking.com était appliqué, explique Didier Chenet « la situation actuelle serait en réalité maintenue, et même aggravée par une validation du business model de Booking.com par l’Autorité de la concurrence, ce qui lui donnerait un blanc-seing pour continuer d’exercer, en toute liberté, une pression tarifaire sur les ¾ des hôtels référencés sur Booking.com ».

Les propositions de Booking.com, lui permettraient en effet d’exercer librement une pression sur les hôtels afin qu’ils respectent, dans les faits, la parité entre leurs canaux indirects de distribution.

Imaginons qu’un hôtel décide d’afficher une offre promotionnelle sur une autre OTA que Booking.com. Il la proposera également sur son site propre, afin de rester compétitif (rappelons que pour toute réservation faite via le site d’un OTA, l’hôtel doit payer une commission de 15 % à 30 % du prix du séjour).

En application de la clause de « parité restreinte », l’hôtel serait obligé de proposer cette même offre à Booking.com. Les prix se trouveraient lissés sur l’ensemble des canaux de l’hôtel. Il sera donc dissuadé de le faire : la situation existante sera maintenue.

Dans la mesure où l’hôtel serait, dans les faits, contraint de lisser ses prix sur tous ses canaux de distribution sans pouvoir proposer d’offres promotionnelles en direct, les consommateurs ne bénéficieront donc pas d’une baisse des prix.

Plus grave encore, dans le cadre de sa défense auprès de l’Autorité de la Concurrence,Booking.com a révélé publiquement (dans la section 1.3 de ses propositions), que le classement des hôtels sur son site ne relève pas tant de leurs qualités ou des commentaires des clients, mais bien plutôt de critères purement commerciaux destinés à lui assurer une rente de situation (rentabilité de l’hôtel, taux d’annulation de nuitées, taux de conversion, paiement de la commission dans les délais, respect de la parité…).





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La fatalité du Tourisme et du Transport aérien en Inde

La fatalité du Tourisme et du Transport aérien en Inde


20 mai 2019 0

L’Inde est un grand pays en très fort développement économique. Sa population est équivalente...

La Croatie renforce sa position dans le Tourisme de bien-être

La Croatie renforce sa position dans le Tourisme de bien-être


17 mai 2019 0

L’Association des spas européens (ESPA) vient de tenir son congrès annuel dans la station...

Monaco veut créer un site balnéaire Tourisme haut de gamme

Monaco veut créer un site balnéaire Tourisme haut de gamme


17 mai 2019 0

C’est l’un des projets structurants de Monaco en liaison avec le chantier en cours...