Benjamin Smith va-t-il casser la cabane ?


Benjamin Smith, numéro deux d’Air Canada, a été nommé COO par le conseil d’administration d’Air France-KLM. C’est une petite révolution dans le groupe franco-néerlandais et les défis ne manquent pas.

Benjamin Smith, un vrai pro de l’aérien

Benjamin Smith, de nationalité canadienne mais né à Hong Kong, est un vrai professionnel de l’aérien. Il a débuté sa carrière chez Air
Canada en 2002 et y a occupé successivement les fonctions de directeur commercial, directeur de la planification du réseau. Il
intègre la direction exécutive du groupe canadien en 2007.

Benjamin Smith est à l’origine d’Air Canada Rouge, la marque « low cost » de la compagnie aérienne qui a démarré en 2013. Il a semble-t-il réussi à assurer un dialogue avec les deux syndicats du groupe aérien canadien.

La polémique autour de son salaire

Sa rémunération annuelle pourrait atteindre 4,25 millions, selon les résultats d’Air France-KLM. La rémunération de Benjamin Smith a
fait l’objet de critiques de la part des syndicats d’Air France mais pas uniquement. Même une partie de la classe politique a critiqué le
salaire.

Alexis Corbière de la France Insoumise en indiquant : « Pourquoi doit-il gagner 3 à 4 fois plus que son prédécesseur ? Alors qu’on refuse toute augmentation aux salariés ». Mais le comité chargé du recrutement a bien compris que pour attirer des dirigeants avec une vraie expérience, il fallait revoir à la hausse le salaire du dirigeant. Le salaire proposé est peu ou prou équivalent à celui du patron de Lufthansa ou d’IAG British Airways.

Le nouveau patron prendra ses fonctions fin septembre prochain

Il va donc succéder à Jean-Marc Janaillac, qui a démissionné cette année après avoir échoué à mettre fin à une série de grèves
paralysantes chez Air France-KLM. La compagnie aérienne a annoncé qu’elle annoncerait les détails « dès que possible » sur le poste de président non exécutif.

Des objectifs importants pour Benjamin Smith

Il va devoir réduire les coûts et améliorer les opérations dans un secteur concurrentiel, tout en essayant de maîtriser les syndicats
mécontents.

L’ambiance dans le groupe franco-néerlandais est toujours aussi explosive. Avec d’un côté, les pilotes de KLM qui vont déclencher des grèves suite à l’échec de négociations. Et de l’autre, les syndicats français qui n’excluent pas de faire grève si leurs revendications n’aboutissent pas. Ces derniers, n’ont d’ailleurs pas apprécié l’arrivée d’un étranger à la tête de la compagnie aérienne.

Mais au-delà des problèmes sociaux importants à gérer, Benjamin Smith va devoir redresser l’image de la compagnie et surtout son
cours de bourse qui a perdu plus de 30 % cette année.

Que va faire l’état français ?

L’État français est toujours le principal actionnaire du transporteur, avec une participation de 14 %. Cependant, l’état a déjà indiqué vouloir
sortir mais pas à n’importe quel prix et devrait rester discret par rapport aux futures décisions du nouveau patron exécutif d’Air France. Par ailleurs, il devra renouer les liens avec KLM, qui n’a jamais vraiment formé un tout cohérent avec Air France depuis leur fusion en 2004.

Comme on peut s’en douter, la tâche du canadien ne va pas être facile mais les réformes seront nécessaire pour redonner du tonus dans ce
groupe aérien aujourd’hui en difficulté.

Nous sommes bien loin de la petite cabane au Canada.

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et coronavirus : pourquoi on annule tout azimut

Tourisme et coronavirus : pourquoi on annule tout azimut

1898 vues
19 février 2020 0

Si le salon aéronautique de Singapour qui s’est miraculeusement déroulé, il y a quelques...

Trafic aérien : La France est-elle toujours championne en gestion aéroportuaire

Trafic aérien : La France est-elle toujours championne en gestion aéroportuaire

1597 vues
18 février 2020 0

Il n’y a pas trop de secteur d’activité où la France peut s’enorgueillir d’une...

Tourisme et Coronavirus : un double fléau, humain et économique

Tourisme et Coronavirus : un double fléau, humain et économique

1856 vues
17 février 2020 0

L’épidémie du Covid-19 – tel est le nom donné à ce coronavirus – n’est...