Barrer la vue sur le mont Fuji, la solution pour empêcher le Sur tourisme ?


Une ville japonaise vient de commencer, hier mardi 21 mai, à installer une grande barrière grillagée sur un point d’observation populaire du mont Fuji, dans le but de dissuader un nombre toujours croissant de touristes de prendre des photos.

Le site le plus célèbre du Japon est visible à des kilomètres à la ronde, mais les habitants de Fujikawaguchiko en ont assez des flots de visiteurs, pour la plupart étrangers, qui jettent des déchets, s’introduisent sans autorisation et enfreignent les règles de la circulation dans leur quête d’une photo à partager sur les réseaux sociaux.

Se garant illégalement et ignorant l’interdiction de fumer, ils s’entassent sur le trottoir pour photographier la montagne enneigée qui s’élève de manière photogénique dans le ciel derrière un dépanneur, ont déclaré des habitants.

Les ouvriers ont commencé mardi à mettre en place le filet noir de 2,5 m sur 20 m, et en fin de matinée, ils avaient déjà terminé.

Un nombre record de touristes étrangers arrivent au Japon, où les visiteurs mensuels ont dépassé les trois millions pour la première fois en mars, puis à nouveau en avril.

Mais comme dans d’autres hauts lieux touristiques, comme Venise – qui a récemment lancé un essai de frais d’entrée pour les visiteurs d’un jour – l’afflux n’a pas été universellement bien accueilli.

À Kyoto, l’ancienne capitale du Japon, les habitants se sont plaints du harcèlement des touristes par la célèbre geisha de la ville.

Et les randonneurs empruntant l’itinéraire le plus populaire pour gravir le mont Fuji cet été se verront facturer 2 000 ¥ (13 euros environ) chacun, avec des entrées plafonnées à 4 000 pour réduire les embouteillages.

Le mont Fuji est couvert de neige la majeure partie de l’année, mais pendant la saison de randonnée de juillet à septembre, plus de 220 000 visiteurs gravissent péniblement ses pentes abruptes et rocheuses.

Beaucoup grimpent toute la nuit pour voir le lever du soleil, et certains tentent d’atteindre le sommet de 3 776 m sans interruption et tombent malades ou se blessent.

Les responsables régionaux ont soulevé des préoccupations en matière de sécurité et d’environnement liées à la surpopulation sur le volcan actif, symbole du Japon et lieu de pèlerinage autrefois paisible.

Les habitants proches d’autres lieux de photo populaires dans la région, notamment le pont Fuji Dream, se seraient également plaints du Surtourisme ces dernières semaines.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et nautisme : un danger de plus pour l’environnement ?

Tourisme et nautisme : un danger de plus pour l’environnement ?

3037 vues
21 juin 2024 0

L´enjeu est de taille quand on sait les ravages que peut occasionner la pollution...

La médiation touristique : pour qui ? pourquoi ?

La médiation touristique : pour qui ? pourquoi ?

2718 vues
20 juin 2024 0

La Médiation du Tourisme et du Voyage (MTV) a été créée le 18 juillet...

Le GDS Sabre veut révolutionner le service Conciergerie dans l’industrie du tourisme

Le GDS Sabre veut révolutionner le service Conciergerie dans l’industrie du tourisme

2626 vues
19 juin 2024 0

Le GDS Sabre  vient d’annoncer le lancement de SynXis Concierge.AI, une solution innovante exploitant...