Au salon ITB de Berlin, la France toujours aussi frileuse


Pour un pays qui clame haut et fort qu’il est la première destination touristique au mode, La France joue quand même petit bras ! Comme par les années passées, le stand France est ridiculement petit, un confetti comparé aux structures tourisme mises en place par les autres pays. Même le stand de la Bulgarie est plus grand ! Et on ne vous parle même pas de nos concurrents directs Grèce ou Espagne.

Ne cherchez pas de représentation politique française, il n’y aura même pas de Secrétaire d’Etat au tourisme pour porter le message d’une France prête à accueillir le monde entier. Le tourisme, en ces temps un peu incertains, est pourtant, et de loin, le premier créateur d’emplois, chez nous comme partout ailleurs. Beaucoup l’ont compris, mais pas nos élites ministérielles et autres énarques.

Lors de la vaste restructuration des régions de France, l’argument massue était qu’en diminuant leur nombre, on les renforcerait et qu’ainsi elles seraient beaucoup plus efficaces, argument qui devait s’appliquait aussi au tourisme. Et bien à Berlin on pouvait de demander où sont passées toutes ces belles régions. Seules quelques unes étaient présentes. Que font les autres ?

La Nouvelle Aquitaine

Les régions qui sont venues ont bien fait leur travail. Les visiteurs étaient bien là et cela pendant les trois jours totalement réservés aux professionnels.

Un succès mérité, avec en chef d’orchestre Christian Kergal, le Directeur d’Atout France en Allemagne. C’est à son invitation que Madame Anne-Marie Descôtes, l’Ambassadrice de France en Allemagne, est venue passer quelques instants sur le stand France pour saluer les exposants. Un petit geste officiel qui a été bien apprécié.

Cette année, c’est la région Nouvelle Aquitaine qui occupait la place d’honneur sur le stand France. Régine Marchand, la Présidente du CRT nouvelle Aquitaine est venue accompagnée de Michel Durrieu, Directeur Général du CRT, pour soutenir ses équipes en particulier Bordeaux et le Médoc, la Vallée de la Dordogne (avec entre autres Micheline Morissoneau) et le Pays Basque.

Quatre conférences ont été programmées sur deux jours pour présenter différentes facettes du tourisme en Nouvelle Aquitaine.

Et pour montrer ce que peut être la belle gastronomie de cette région, la région avait fait venir le Chef Christophe Maury du Château de Bouilhac à Montignac-Lascaux en Dordogne, qui fut à la manœuvre pour un buffet exceptionnel. Foie gras et caviar d’Aquitaine furent de la partie.

Auvergne-Rhône Alpes et Alsace-Champagne

Bien présentes sur le stand ces régions de France proposèrent elles aussi des conférences de découverte. L’Auvergne a mis l’accent sur son site emblématique, la célèbre Grotte Chauvet, dont on peut maintenant découvrir les merveilles grâce à une reconstitution complète.

Comme à Lascaux, pour préserver ces inestimables peintures rupestres, le site original est totalement fermé aux visites à l’exception de quelques éminents chercheurs scientifiques en nombre extrêmement réduit. Mais les toutes dernières techniques de reproduction sont d’une telle qualité que les visiteurs oublient totalement qu’ils sont devant des fac-similés. L’émotion est au rendez-vous.

Du côté de l’Alsace et de la Champagne, l’accent fut mis lors de leur conférence, sur le cyclo-tourisme et les nombreuses voies vertes dédiées qui permettent à tous et surtout aux familles de circuler en toute sécurité.

La France Terre de Culture

Tout un côté du stand France était dédié à la France de la Culture, un pôle essentiel de l’attractivité touristique qui était bien mis en avant. Mais à l’exception de l’ADT Touraine-Val de Loire il n’y avait aucune représentation régionale ni même départementale.

Seuls des petites structures, certaines privées, étaient présentes. Les châteaux de la Loire s’y taillaient la part du lion. Le Château du Clos Lucé, les Châteaux de Rivaud, de Chaumont-sur-Loire, de Blois voisinaient avec la magnifique Abbaye de Fontevraud. Nantes et Saint Nazaire étaient représentés, tout comme Poitiers.

La Martinique est venue faire une présentation de son tourisme à l’heure de l’apéritif et de l’happy hour. La Réunion et la Guadeloupe sont restées sur leurs propres stands individuels situés très loin de là quasiment à l’autre bout du salon.

Un dernier petit regret, dans le guide des stands et sur tous les panneaux, la France n’apparaît pas à la lettre « F », ni même à Frankreich.

Le visiteur ne pouvait trouver le stand France que par hasard au gré de ses pérégrinations, car s’il voulait savoir le numéro et l’emplacement du stand, il aurait dû chercher à la lettre « A » pour Atout France, un nom qui ne parle à personne, même pas à un français.

Personnellement, j’aimerais bien savoir quel est le brillant génie qui a bien pu proposer un tel jeu de mots pour désigner l’organisme sensé représenter le tourisme français à l’étranger !

Frédéric de Poligny





    1 commentaire pour “Au salon ITB de Berlin, la France toujours aussi frileuse

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Le Québec en hiver, un tourisme  qui n’a pas froid aux yeux

Le Québec en hiver, un tourisme qui n’a pas froid aux yeux

1142 vues
20 mars 2019 0

Québec Original nous l’avait promis, nous allions vivre au Québec pour lâcher prise. Eh...

La Nouvelle-Zélande tire les leçons du drame de Christchurch

La Nouvelle-Zélande tire les leçons du drame de Christchurch

1173 vues
18 mars 2019 0

Nous sommes tous bouleversés par la mort de 49 personnes à Christchurch. Les extrémistes...

Thaïlande : la sécurité des touristes renforcée sur Phuket

Thaïlande : la sécurité des touristes renforcée sur Phuket

2361 vues
15 mars 2019 0

Plusieurs bombes ont explosé dans les provinces de Satun et de Phattalung entre samedi...