ATR, un label du tourisme devenu responsable


ATR dévoile son nouveau label et s’ouvre à un cercle plus large de professionnels engagés dans le tourisme responsable.

A partir de la certification engagement de service, développée avec AFNOR en 2006 et objet d’une centaine d’audits externes réalisés pour contrôler le respect du référentiel « vers un tourisme responsable », sur la période 2007-2014, ATR a décidé de faire évoluer le « balisage » des entreprises qui souhaitent être labellisées.

Après une année 2014 sous le signe du 10e anniversaire, 2015 sera donc l’année de la rénovation du label ATR et de l’ouverture du réseau ATR à un cercle plus large d’entreprises engagées dans le tourisme responsable.

Si les 9 opérateurs fondateurs de l’association en 2004 étaient spécialisés dans le tourisme d’aventure, et logiquement enclin à se positionner sur la thématique, le tourisme responsable n’est pas une chasse gardée.

Déjà l’adhésion puis la certification de Voyageurs du Monde et de Comptoir des Voyages avaient démontré la capacité des opérateurs spécialisés dans le tourisme sur mesure de prétendre au label.

vincent fonvieille-atr-tourisme responsable-la balaguereA l’occasion du Grand Bivouac à Albertvillle en octobre , Vincent Fonvieille, Président d’ATR, avait d’ailleurs rappelé que le tourisme responsable était l’affaire de tous.

Il avait notamment annoncé l’ouverture de l’association à des opérateurs positionnés sur des marchés différents.

« Pour être à la hauteur du projet horizon 2020 et de l’ambition de fédérer plusieurs dizaines de membres, l’association rénove donc son label pour en faire un outil au service des entreprises qui souhaitent intégrer le réseau, valoriser leur démarche et agir ensemble pour un tourisme responsable« .

Dans le même temps, le label doit aussi représenter une garantie pour les consommateurs qui souhaitent disposer d’un label fiable et compréhensible.

D’ailleurs 2015 sera marquée par le lancement d’un nouveau site Internet d’ATR, donnant la part belle aux exemples de bonnes pratiques, aux portraits d’acteurs et à l’invitation au voyage responsable.

En terme de sensibilisation du grand public, la rénovation de la Charte éthique du voyageur est également au programme, en y associant naturellement le SETO mais aussi le SNAV, ATD et ATES.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Big Data dans le tourisme : Trop de données tuent les données

Big Data dans le tourisme : Trop de données tuent les données

1447 vues
18 novembre 2019 0

Pierre Paperon*, ingénieur et ex DG de Lastminute.com estime que seules 2 à 3...

Première édition niçoise réussie pour Food Hotel Tech

Première édition niçoise réussie pour Food Hotel Tech

955 vues
12 novembre 2019 0

Selon les organisateurs près de 4 800 visiteurs professionnels dont des directeurs d’hôtel ou...

Tourisme de bien être et big data, une tendance en pleine forme

Tourisme de bien être et big data, une tendance en pleine forme

1472 vues
8 novembre 2019 0

Le premier colloque sur le tourisme de bien-être et santé organisé à Enghien-les-Bains, avait...