Asia fait face


La faillite de Thomas Cook France n’aura pas de conséquences majeures pour Asia, a tenu a confirmer Guillaume Linton, le Président du tour opérateur hier lors de son déjeuner-conférence de presse traditionnel de rentrée.

« Asia est impacté par la faillite de Thomas Cook France, c’est un énorme gâchis, car le réseau d’agences de voyages britannique était notre 2ème partenaire le plus important avec près de 12 % de notre chiffre d’affaires annuel » expliquait-il précisant que seule la partie des agences intégrées lui fera défaut. « Des agences de voyages intégrées Thomas Cook qui représentent 7 % de nos ventes« .

En fait, ce que constate le président d’Asia c’est l’obsolescence plus ou moins programmée de l’intégration verticale des grands distributeurs de voyages, à la mode il y a encore quelques années.

« Le forfait pré-packagé semble avoir atteint ses limites, l’heure est maintenant à la différenciation, à la personnalisation avec beaucoup plus de souplesse et d’agilité« .

Et c’est précisément ce que revendique Asia, le tour opérateur qui simplifie l’Asie, avec une philosophie de proximité, de simplicité, d’efficacité et aussi d’humilité.

Des valeurs affichées dès le début de l’entreprise par son fondateur le regretté Jean Paul Chantraine, et aujourd’hui parfaitement revendiquées par Virginie Gerbault, Yannick Barde, Guillaume Linton et l’ensemble des collaborateurs du voyagiste.

« L’exercice 2018-2019, clôt au 31 octobre prochain, se terminera autour des 70 millions de chiffre d’affaires et illustre toujours nos choix judicieux de proposer une Asie pour tous et une Asie pour chacun » poursuit Guillaume Linton.

Le choix du restaurant « Ran », dans le 8ème arrondissement de Paris, pour ce déjeuner de presse, un endroit nouveau, construit en 1728 et mélange de sophistication, de modernité et de tradition, en est la preuve vivante.

« La défaillance de Thomas Cook nous conforte dans notre stratégie multi-canale B2B au 2/3 et B2C (web et agences partenaires) pour 1/3. Et avec une logique de référencement premium (Chez Havas ou Selectour notamment, ndlr) la seule qui aujourd’hui nous intéresse ! ».

Côté destinations, Asia aura performé quasiment sur tous ses axes à part peut être sur le Sri Lanka cette année (attentats), en Indonésie (aléas climatiques), en Chine (contraintes liées aux visas) et en Thaïlande (avec le taux de change du bath défavorable).

Les 87 circuits sur l’Asie, (l’offre la plus riche du marché, ndlr), les 200 circuits privés (7300 clients pour 7 millions d’euros) ou les nouvelles destinations programmées (Géorgie, Azerbaïdjan) sur les nouveaux catalogues auront eu finalement raison car tous plébiscitées sur le marché et auront donné de nouvelles ambitions à un voyagiste à la tête bien faite et également bien pleine.

D’ailleurs la récente arrivée au Comité de Direction d’Asia de Julien Beaufreton, un brillant banquier d’affaire qui avait accompagné le LBO de l’entreprise, est tout sauf une coïncidence. Il faudra se préparer à une montée en puissance, c’est certain.

PR





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Fin de parcours pour Plus Belle l’Europe

Fin de parcours pour Plus Belle l’Europe

1406 vues
2 avril 2020 0

« La crise sanitaire que nous traversons a eu raison de Plus Belle l’Europe » explique...

Tui est sauvé mais à quel prix

Tui est sauvé mais à quel prix

31743 vues
30 mars 2020 21

Toutes les entreprises du voyage sont en grande souffrance. On le sait, depuis la...

Covid-19 : une ordonnance salutaire pour le tourisme français

Covid-19 : une ordonnance salutaire pour le tourisme français

2484 vues
26 mars 2020 0

Les professionnels du tourisme (SETO/EDV) se félicitent de la publication hier de l’ordonnance conciliant...