Arrêt de Twim Travel, Gobert répond à Romano


gobert dominiqueIl n’est pas dans mes habitudes de demander un « droit de réponse » chez mes confrères,  néanmoins, il m’est impossible de ne pas réagir aux propos indécents de Monsieur Romano.

En revanche, Monsieur Romano, vous qui avez en haute estime, je vous cite sans ouvrir vos guillemets, « la presse, la vraie, celle qui a pour valeur le respect de la vérité, la vérification des sources, l’indépendance et l’incorruptibilité… », je vous informe que lorsque l’on veut répondre, on s’adresse directement au média concerné.

Vous savez, vous qui ne mentez jamais, que nous vous avions bien entendu offert cette possibilité dans nos colonnes de TourMag.

Et vous auriez eu une bien belle audience, sans vouloir réduire celle de La Quotidienne que j’ai eu le grand plaisir et privilège d’installer dans le paysage médiatique de la presse professionnelle du tourisme en France.

Mais, vous qui ne voulez pas polémiquer, vous mettez en doute le sérieux de la retranscription de vos propos auprès de ma consœur, laquelle a eu la courtoisie de vous offrir l’occasion de vous exprimer.

Comme vous le dites, et je n’ouvre toujours pas vos guillemets, la vérité vraie n’est pas assez commerciale.

C’est mettre en doute la probité de ma consœur. Inacceptable.

Pour quelqu’un qui ment comme un arracheur de dents, cette vérité est assez cocasse!

Votre sincérité n’a d’égale que votre propension à dénier toute réalité, y compris le fait d’avoir exercé durant plusieurs mois, le métier d’agent de voyages en toute illégalité.

Monsieur Romano, vous jugez mon écriture digne d’un chroniqueur des bacs à sable, narcissique, Zola du microcosme corporatiste, maniant la langue comme un cantonnier de votre village, et je n’ai plus la force de continuer, mais vos supporteurs (en français) pourront lire le reste…

Pas très sympa pour votre cantonnier, mais s’il se travaille au petit blanc, il aura sans doute bien rigolé.

En ce qui me concerne, votre appréciation sur mes qualités (!!) littéraires m’indiffère à un point que vous ne pouvez surement pas imaginer. Il faudrait pour cela que vous soyez en possession d’un esprit qui vous fait, hélas, cruellement défaut ! Et j’ai toujours préféré Rabelais à Proust, désolé !

Vous avez raison, je connais bien les affres et les tourments d’un chef d’entreprise.

J’ai effectivement monté une société, avec quelques associés, il y a plusieurs années maintenant.

Oui, en bon gestionnaire, j’ai déposé le bilan parce que nous n’avions pas suffisamment de moyens pour développer ce projet.

Contrairement à vous, Monsieur Romano, je n’ai planté personne. Pas un client, pas un fournisseur, pas un salarié.

J’ai perdu beaucoup d’argent dans cette société (et là, pour une fois, je vous rejoins) en laquelle je croyais.

Pour votre information, je continue à rembourser les hypothèques que j’avais prises sur mes biens personnels. La dernière échéance est pour la fin 2016.

Et le site que nous avions créé, que vous le vouliez ou non, n’était qu’un portail, non marchand.

Je n’ai jamais travaillé dans l’illégalité et je dis toujours la vérité.

Contrairement à ce que vous clamez, la vérité n’est jamais complexe: elle est au contraire toute simple. Il suffit de l’énoncer !

Mais, contrairement à vos propos, j’assume mes échecs et je n’invoque pas un mariage, (qui ne regarde que vous), une conjoncture délicate ou la météo pour faire référence à mon vocabulaire de comptoir. Ce qui est d’ailleurs assez méprisant pour tous ces agents… de comptoir !

Je passe sur vos simagrées concernant mes voyages. Oui, j’ai voyagé dans un cadre professionnel, non, je n’ai pas payé lors d’invitations, la plupart du temps pour des congrès ou des voyages de presse qui sont loin d’être des vacances.

Et lorsque je pars à titre personnel, en famille, je paie ! Avec quelques ristournes, je vous l’accorde, parce que j’ai quand même quelques amis !

Pour votre information, je cause (j’étais sur de vous faire plaisir) l’anglais, l’espagnol, et l’argot. Avec quelques notions d’italien et de Corse.

Bien. Et comme il faut bien finir, je remarque que, dans votre diatribe qui n’a d’intérêt que de vouloir faire pleurer les âmes sensibles, pas un instant vous ne déplorez le dommage subit par vos clients.

Pas plus que vous ne vous apitoyez sur le sort de vos ex-salariés, ceux qui ont cru en votre sincérité et à votre vérité !

Il est d’ailleurs intéressant de constater que, parmi vos admirateurs, l’un parle de déontologie (???) et un autre semble avoir fait du dépôt de bilan, une activité économique particulièrement fructueuse…

Merci, Monsieur Romano, vous avez fait du bon boulot. Si je puis, en toute modestie, vous donner un tout petit conseil : apprenez à lire, vous constaterez que je n’ai repris que vos propos, ceux que vous aviez confiés à ma gentille consœur, et que la grande partie de mon édito posait la question de savoir s’il était possible d’exercer aujourd’hui, le métier de voyagiste (ou d’agent de voyage) en toute illégalité…

Vous savez, Monsieur Romano, se faire traiter de sot par un imbécile, c’est un repas gastronomique pour un fin gourmet !

Il se trouve que j’aime les bonnes tables…

Dominique Gobert,
Editorialiste Tourmag

 





    6 commentaires pour “Arrêt de Twim Travel, Gobert répond à Romano

    1. très beau récit Mr Gobert à ce monsieur malhonnête qui se permet de voler ces clients et ces employés.
      Je fait partis des dit client qui lui ont versé 3000 euros pour un voyage de noce qui n’existera que sur papier sans savoir que l’assurance était une falsification de document.
      Y a t’il des associations qui se sont créer contre ce dit monsieur? savez quel recours à t’ont?
      Je suis écœurée, plus de voyage de noces car plus d’argent de côté, 3000 euros à la poubelle et au final c’est lui qui en à profité, si ça c’est pas du vol…
      bien à vous

    2. Chez Mr Gobert,

      Quel plaisir de lire votre réponse à Mr Romano… allias « le gourou » comme le surnommais certains Twimeur…
      Comme certains, j’avais senti la catastrophe arriver à grands pas et j’ai quitté le navire en septembre 2013 car cela faisait plusieurs mois que je ne percevais plus mes commissions sur les ventes que je faisais ce qui a d’ailleurs failli me couter mon couple… et mon appartement car sans revenus difficile de payer son loyer…
      Mais ce n’était pas, semble-t-il, le souci de Pierre André…
      C’est vrai que les gens qui travaillent dans le tourisme sont des gens qui travaillent pour la gloire…

      Pour obliger Mr Romano à me payer mes commissions, je n’ai eu d’autre choix que de démissionner… Il faut le faire quand même… et encore, il m’a fallu batailler pour être payé (en plusieurs fois)… un de mes fournisseurs attend depuis juillet 2012 le règlement d’une facture de 800 $… Encore bon, 3 millions de $, je comprendrais mais bon 800 $….

      Sachant que Mr Romano n’en est pas à sa 1ère faillite, il serait bien que nos politiques se penchent sur le problème de ses patrons qui passent leur temps à monter et défaire des sociétés laissant ainsi sur le carreau salariés et clients dans la panade…
      En plus, franchement, qu’Atout soit au courant qu’il n’y avait plus de garantie et ne prévienne personne c’est franchement une honte.
      Je plains vraiment ceux qui n’ont pas eu la chance et le déclic de sauter du navire avant qu’il ne coule.
      Que penser des clients laisser sur le carreau… ?

    3. Merci d’avoir remis au coeur du débat les clients, les fournisseurs et les salariés de twimtravel, tous ces grands oubliés de l’autosatisfecit de M Romano dans la Quotidienne !

    4. Mauvaise querelle faite à l’ami Dominique . C’est vrai qu’il est grinçant, qu’il énerve , qu’il provoque! J’en connais quelques faux culs qui auraient signé la diatribe un peu enfantine du pseudo TO mais pas pseudo hâbleur ! Pour contrer Dominique autant avoir et de l’esprit et des lettres ( » à part les trois qui forment le mot Sot…) sic . Bravo Dom . Belle élégance dans ta réponse : …persevere angelicum

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

De la casse sociale chez les capitalistes du voyage

De la casse sociale chez les capitalistes du voyage

1571 vues
5 juin 2020 0

Il suffit de lire Astérix pour comprendre que depuis l’époque de nos ancêtres les...

Pourquoi les métiers du tourisme attirent toujours autant ?

Pourquoi les métiers du tourisme attirent toujours autant ?

2014 vues
28 mai 2020 3

Dans un secteur du tourisme complexe, très concurrentiel et impacté par des crises exogènes...

Après Thomas Cook, un autre distributeur de voyages en grand danger

Après Thomas Cook, un autre distributeur de voyages en grand danger

14889 vues
26 mai 2020 3

La faillite de Thomas Cook restera l’un des plus grands traumatismes de la profession...