American Airlines, à l’offensive sur tous les fronts


Avec les Américains, on fait toujours dans le lourd. Après la fusion entre American Airlines et US Airways, par exemple, la nouvelle compagnie, la «compagnie combinée», comme l’appelle curieusement son Pdg, Doug Parker, aligne une flotte de 1500 appareils, pour 6 700 vols quotidiens vers 339 destinations dans 54 pays… Et elle n’emploie pas moins de 100 000 personnes !

De quoi peser dans le dialogue social, non ?

Mais pour que la « compagnie combinée » soit réellement une seule et unique compagnie, encore fallait-il que la FAA, l’autorité américaine du transport aérien, lui accorde un certificat unique.

Et bien c’est chose faite. Après 18 mois de labeur acharné, la nouvelle American Airlines a réussi l’intégration de toutes les procédures opérationnelles des deux compagnies : vols, maintenance, régulations… un travail qui a mobilisé 700 personnes autour de 465 manuels différents pour opérer la sélection du meilleur technique des 2 compagnies.

Parallèlement, alors que US Airways a rejoint Oneworld, American Airlines a aussi réalisé la fusion des 2 programmes de fidélisation et entamé le rapprochement des 2 personnels. En France, par exemple, où les 2 compagnies sont regroupées au T2A de CDG, les deux équipes commerciales sont déjà réunies sous la responsabilité de Frédérique Lavie pour le marché loisirs, et Sophie Guillemot-Crespo pour le segment affaires.

Americain Airlines-Craig DeweyReste encore à unifier les systèmes de réservations et les sites internet, une étape qui, selon Craig Dewey (photo), le directeur commercial Europe, Afrique, Moyen-Orient, devrait être franchie dans les quelques mois à venir.

Ce vaste chantier étant donc en phase terminale, American Airlines a lancé un grand programme de rénovation, avec 2 Mds US$ d’investissements, pour l’ensemble de son produit, à bord et au sol.

American Airlines-Nouvel Admirals Club CDG - 2Des nouveaux sièges lit, des cabines entièrement rénovées, en éco comme en classes avant, avec le wifi et des prises de courant, un nouveau design pour les salons Admirals Clubs, de nouvelles bornes libre service pour accélérer l’enregistrement… rien ne va échapper au rajeunissement général qui devrait se conclure d’ici la fin 2016.

American Airlines-ImmagineEntre temps, American Airlines aura reçu 112 appareils supplémentaires à la fin 2015 et 84 l’année suivante, dont plusieurs A 320 et 350-900, histoire de disposer d’une flotte jeune et plus économique, pour gagner en souplesse et adapter toujours plus vite ses capacités à la demande réelle du marché.

Dans ce genre de situation, on a dit souvent qu’une fusion d’entreprise n’est pas choses facile, surtout à de pareilles échelles.

L’intégration American Airlines et US Airways semble toutefois bien partie et les résultats cumulés de la nouvelle entreprise, avec 2,9 Mds US$ de bénéfice net en 2014 contre un perte de 1,8 Mds US$ en 2013, sont là pour le confirmer.

Cela étant, dans un marché de moins en moins stable, où le long terme est plutôt difficile à lire, on peut se demander comment un tel navire pourrait changer vite de cap en cas de gros temps.

Et subitement, on comprend mieux l’offensive des compagnies américaines en général contre leurs consœurs du Golfe.

Faudrait pas qu’un grain de sable vienne gripper la machine.

Récemment encore, le rapport du cabinet Risk Advisory Groupe, commandé par Etihad, estimait à 71,48 Mds US$ le soutien financier que les grandes compagnies américaines, dont American Airlines, avait reçu du gouvernement américain depuis 2000.

Du coup la riposte a sévèrement grondé. Delta Airlines, United Airlines, American Airlines et plusieurs associations professionnelles se sont engagées dans un partenariat destiné, selon elles, à faire respecter les accords de ciel ouvert.

Elles demandent carrément au gouvernement US de bloquer « temporairement » les vols d’Emirates, d’Etihad et de Qatar Airways vers les Etats-Unis !

Rien que ça…

Le Pdg de Qatar Airways, Akbar Al Baker, a répondu en menaçant de quitter l’alliance Oneworld si ce petit jeu allait encore plus loin.

Quand je vous dis qu’avec les Américains, on fait dans le lourd.

Bertrand Figuier





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tension USA – Iran : quelles conséquences pour le tourisme ?

Tension USA – Iran : quelles conséquences pour le tourisme ?

1371 vues
24 juin 2019 0

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à leur comble depuis qu’un drone...

Tourisme en Amérique Latine : comment Globalia fait d’une pierre deux coups

Tourisme en Amérique Latine : comment Globalia fait d’une pierre deux coups

1404 vues
21 juin 2019 0

Le groupe espagnol, qui détient notamment Air Europa et la chaîne hôtelière Be Live,...

Pourquoi les croisières au départ de Singapour font un tabac ?

Pourquoi les croisières au départ de Singapour font un tabac ?

1369 vues
20 juin 2019 2

La situation géographique de Singapour aurait pu être un handicap. La ville-état se trouve...