Air France, sac de nœuds ou panier de crabes


alea-jacta-estL’adage cher à Jean Cocteau semble être parfaitement applicable à la situation vécue par Air France et les divers protagonistes du conflit actuel. « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur».

L’opacité de la situation actuelle est pour les non initiés un grand mystère. Les acteurs sont multiples, leurs intérêts respectifs ne sont pas toujours évidents. Alors, n’étant pas dans le secret des dieux, armé de mon seul bon sens, je vais tenter d’analyser les tenants et les aboutissants de cette situation hautement explosive. Enfin, je vais essayer.

Que s’est-il passé depuis que le DRH d’Air France, Xavier Brosetta à été molesté par des syndicalistes agressifs ?

Images fortes, violentes et symboliques qui ont étonné et choqué le monde entier.

La communication de crise initiée par la direction d’Air France a alternée le meilleur et le pire. Entre postures martiales, effets d’annonce et justifications lénifiantes. Une communication souvent affaiblie en temps réel par les nuances politisées et parfois contradictoires des représentants de l’état français actionnaire.

Après avoir été discret pendant longtemps, le gouvernement fort de ses 15,9% d’actions navigue désormais en eaux troubles. Un mariage à trois avec la direction de la compagnie et l’ensemble du personnel.

Le départ en 2016 de 1000 « volontaires » a été confirmé sans autre précision par le PDG d’Air France M. Pierre Gagey. Il semble évident que l’emploi des collaborateurs d’Air France ne devrait pas être l’enjeu préalable d’une négociation pour l’acception du plan « Perform 2020. Un jeu pervers, forcément « perdant/perdant. »

Maintenant, comment interpréter le remplacement, à partir du 1er novembre prochain, de M. Xavier Broseta auquel succédera M. Gilles Gateau. Ce dernier étant toujours l’actuel directeur de cabinet adjoint du Premier ministre Manuel Valls.

Sera-t-il un choix judicieux ? En bon apparatchik M. Gilles Gateau navigue depuis longtemps dans le sillage du pouvoir socialiste. Il semble avoir eu une expérience du dialogue social acquise au ministère du travail de Michel Sapin. Mais, il faut rappeler qu’il a également été chargé de mission à l’ANPE. Un spécialiste polyvalent. Quel sera son rôle, seul l’avenir nous le dira.

A défaut d’explications officielles, la seule déduction possible est qu’à Air France la gestion des ressources humaines est éminemment politique et que le gouvernement veut désormais être au cœur de l’action.

Autres protagonistes, les syndicats, qui le 22 octobre, lors d’une réunion du comité central d’entreprise (CCE), ont voté à l’unanimité, le lancement d’une procédure de droit d’alerte afin d’interroger la direction sur la stratégie future de la compagnie.

Ignorance ? Défiance ? Stratégie ? Le mystère s’épaissit un peu plus. Seule évidence, le dialogue social est au point mort à Air France. La faute à qui ? Pour toutes les parties, c’est la faute de l’autre. Au point qu’une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Et les navigants ? Une fraction catégorielle du personnel de la compagnie en lutte permanente avec son employeur.

Dont la principale ambition est de préserver ses acquits : Salaire, temps de travail, et cherchent à faire perdurer coûte que coûte, une image élitiste et surannée du transport aérien qui leur est favorable. Et qui, pour ce faire, multiplient les grèves, les actions coercitives, dénient la productivité qui semble indispensable à la pérennité de leur entreprise ou qui ergotent sur leur responsabilité.

Pendant ce temps, la compagnie perd de l’argent et devient la risée du monde entier. C’est vrai, Air France c’est autre chose. Plus exactement, cela devrait être autre chose.

Votre dévoué,

Lucius Maximus,
Sénateur indépendant.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Brèves du ciel : Alitalia, Ryanair, Icelandair, Bangkok Airways, Lufthansa, Aegean airlines, Thomas Cook Aviation, etc.

Brèves du ciel : Alitalia, Ryanair, Icelandair, Bangkok Airways, Lufthansa, Aegean airlines, Thomas Cook Aviation, etc.

2575 vues
7 avril 2020 0

La crise économique, l’arrêt des livraisons du Boeing 737Max censés devenir la plaque tournante...

Remboursement vol billets d’avion : faut-il suivre l’Allemagne ?

Remboursement vol billets d’avion : faut-il suivre l’Allemagne ?

12652 vues
6 avril 2020 7

Comment procéder au remboursement des billets d’avion des clients sans mettre à mal l’ensemble...

Infos de l’aérien : Emirates, Qatar Airways, Condor, Aegean Airlines, Lufthansa, Lot Polish Airlines, etc.

Infos de l’aérien : Emirates, Qatar Airways, Condor, Aegean Airlines, Lufthansa, Lot Polish Airlines, etc.

16108 vues
3 avril 2020 4

La Commission européenne a accepté mardi d’autoriser la France à suspendre pour une période...