Ryanair a t-il un vrai problème avec l’alcool ?


Ryanair est un intarissable think tank, un laboratoire d’idée pour les transporteurs aériens lowcost. Michael O’Leary son bouillant président, prêche actuellement la tempérance en matière de consommation d’alcool dans les aéroports britanniques. Presque un comble venant d’un irlandais.

Car selon les poncifs, quels sont les loisirs favoris des Irlandais ? Faire la fête, boire des pintes de Guinness, faire ou écouter de la musique, chanter et parfois se battre, quoi que cette dernière option soit devenue facultative… 

Pour avoir vécu à Londres dans le quartier de Kilburn et avoir un peu fréquenté le quartier Temple-bar à Dublin, ce n’est pas moi qui vous dirai que c’est totalement une idée reçue. Les Irlandais savent et aiment vivre.

Notons que pour un Irlandais il existe une différence de taille : les Anglais boivent avec moins d’humour, de panache et de talent qu’eux.

En dépit de quoi, Ryanair veut désormais des passagers sobres à bord de ses avions.

Les statistiques aidant Ryanair, elles établissent, une augmentation de 600 % des incidents à bord de ses avions consécutifs à une surconsommation d’alcool. Les Irlandais font rarement dans la dentelle !

Alors nécessité faisant loi le transporteur cherche à mettre en place des mesures visant à éviter toute perturbation de ce type sur de et vers la perfide Albion. Sous-entendu, ce sont les Anglais qui abusent. Pas les Irlandais (CQFD.)

Alors que les passagers ne sont pas autorisés à consommer leurs achats de duty free . Dans la plupart des cas, la consommation d’alcool est impliquée dans les incidents en cours de vol.

Fort de ce constat, en toute logique, Ryanair appelle les aéroports du Royaume-Uni à prendre des mesures pour éviter toute surconsommation excessive d’alcool.
Donc, ils suggèrent d’interdire la vente d’alcool dans les bars avant 10 h du matin.

Plus drastique encore rendre obligatoire la présentation d’une carte d’embarquement lors de l’achat de boissons alcoolisées dans les bars et restaurants des aéroports britanniques. Dans la limite à deux verres d’alcool par passager.

Tempérance ne signifie pas abstinence.

Ryanair prône l’instauration d’un contrôle strict et la vente d’alcool avec la présentation de la carte d’embarquement. Un doute m’assaille : j’ai peur que les bars des aéroports ne soient plus fréquentés par des voyageurs en partance.

Mesure complémentaire, les passagers voyageant de Glasgow, Prestwick et Manchester sur Alicante et Ibiza ne seraient pas autorisés à embarquer de l’alcool acheté au duty free. Les passagers peuvent soit mettre leurs achats de boisson en soute ou la laisser.

Kenny Jacobs, le directeur du marketing de Ryanair, confirme :
«Il ne serait pas équitable que les aéroports puissent bénéficier (permettre) de la vente illimitée d’alcool aux passagers et laisser les compagnies aériennes gérer seules l’aspect sécuritaire.»

Il conclut : « tous les vols concernés par les mesures préconisées relèvent tous du court-courrier. Nos ventes d’alcool à bord sont minimes« .

Ouf, je suis rassuré, de ce fait c’est donc aux autorités aéroportuaires de mettre en place ces mesures préventives dans leurs locaux. Clair, net et précis.

François Teyssier





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bourse des Vols encore une fois reconnue fiable

Bourse des Vols encore une fois reconnue fiable

962 vues
22 septembre 2017 0

Pour la 5ème année consécutive, Bourse des Vols (Viaticum Sa), présidée par Fabrice Dariot...

Despegar veut décoller à la bourse de New York

Despegar veut décoller à la bourse de New York

1505 vues
20 septembre 2017 0

Ceux qui comprennent la langue espagnole savent que Despegar veut dire décoller. Et Despegar.com...

Axa va utiliser la blockchain pour ses assurances voyage

Axa va utiliser la blockchain pour ses assurances voyage

2195 vues
19 septembre 2017 1

Nos lecteurs ont été, semble-t- il, très intéressés par notre article sur la blockchain...