Vague de chaleur intense en Inde : le tourisme mis à mal


La vague de chaleur dévastatrice qui a touché l’Inde et le Pakistan ces derniers mois indéniablement due au changement climatique et donne un aperçu de ce que pourra être l’avenir de la région, ont déclaré des scientifiques internationaux dans une étude publiée lundi 24 mai dernier.

Le groupe World Weather Attribution a analysé les données météorologiques historiques qui suggèrent que ces vagues de chaleur précoces et longues qui affectent une vaste zone géographique sont des événements rares, qui se produisent une fois par siècle. Mais le niveau actuel de réchauffement climatique, causé par le changement climatique d’origine humaine, a rendu ces vagues de chaleur 30 fois plus probables.

Si le réchauffement climatique augmente à 2 degrés Celsius de plus que les niveaux préindustriels, des vagues de chaleur comme celle-ci pourraient se produire deux fois par siècle et jusqu’à une fois tous les cinq ans, a notamment déclaré Arpita Mondal, climatologue à l’Institut indien de technologie de Mumbai, qui faisait partie de l’étude.

Des résultats concordants

Une analyse publiée la semaine dernière par le Bureau météorologique du Royaume-Uni a déclaré que la vague de chaleur indienne était probablement rendue 100 fois plus probable par le changement climatique, avec des températures torrides susceptibles de se reproduire tous les trois ans.

« Le résultat réel se situe probablement quelque part entre le nôtre et le résultat du Met Office (Royaume-Uni) pour savoir dans quelle mesure le changement climatique a augmenté cet événement« , a déclaré Friederike Otto, climatologue à l’Imperial College de Londres, qui faisait également partie de l’étude.

Ce qui est certain, cependant, c’est la dévastation causée par la canicule. L’Inde a traversé le mois de mars le plus chaud du pays depuis le début des enregistrements en 1901 et avril a été le plus chaud jamais enregistré au Pakistan et dans certaines parties de l’Inde.

Les effets ont été en cascade et étendus : un glacier a éclaté au Pakistan, provoquant des inondations en aval ; la chaleur précoce a brûlé les récoltes de blé en Inde, l’obligeant à interdire les exportations vers les pays sous le choc des pénuries alimentaires dues à la guerre de la Russie en Ukraine ; cela a également entraîné une flambée précoce de la demande d’électricité en Inde qui a épuisé les réserves de charbon, entraînant de graves pénuries d’électricité affectant des millions de personnes.

Ensuite, il y a l’impact sur la santé humaine. Au moins 90 personnes sont décédées dans les deux pays, mais l’enregistrement insuffisant des décès dans la région signifie qu’il s’agit probablement d’un sous-dénombrement. Et le secteur du tourisme est lui aussi fortement impacté.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Un joyau de plus à Oman

Un joyau de plus à Oman

1155 vues
1 juillet 2022 0

Jumeirah Group, la société hôtelière de luxe de renommée mondiale et membre de Dubai...

Les Etats Unis s’attendent à une nette baisse des voyages

Les Etats Unis s’attendent à une nette baisse des voyages

1284 vues
29 juin 2022 0

Quelques jours après que les États-Unis aient abrogé leur exigence de test Covid-19 pour...

Tourisme en Afrique noire : Le potentiel de l’ Ouganda mis en avant

Tourisme en Afrique noire : Le potentiel de l’ Ouganda mis en avant

1343 vues
28 juin 2022 0

L’Office ougandais du tourisme, en partenariat avec le haut-commissariat ougandais à Kigali, a présenté...